Les chevaliers d’Heliopolis – Tome 1 – Nigredo, l’oeuvre au noir : Alejandro Jodorowsky & Jérémy

Titre : Les chevaliers d’Heliopolis – Tome 1 – Nigredo, l’oeuvre au noir

Scénariste : Alejandro Jodorowsky
Dessinateur : Jérémy

Édition : Glénat (17/05/2017)

Résumé :
Fin du XVIIIe siècle. Dans un monastère au Nord de l’Espagne se dissimule le temple sacré des Chevaliers d’Héliopolis : une assemblée d’alchimistes immortels et coupés du monde.

Alors que le disciple Dix-sept s’apprête à compléter sa formation et à intégrer l’ordre, son maître Fulcanelli dévoile aux autres chevaliers le terrible secret de ses origines.

Dix-Sept est en réalité le fils caché de Louis XVI et de Marie-Antoinette : le roi de France Louis XVII ! Héritier de cette destinée, le jeune homme va-t-il réclamer le trône qui lui est dû ou rester dans l’ombre, fidèle aux préceptes millénaires de l’Alchimie ?

Critique :
Hé bien, j’ai vu votre Louis XVI sous un angle jamais vu : son fessier royal !

Ça commençait fort avec ce roi qui devait chatouiller la vulve de sa femme avec une plume de paon royal afin qu’elle soit fertile et surtout, qu’ils arrivent à baiser ensemble !

J’ai pouffé de rire car ça m’a rappelé une vieille blague avec une feuille de palmier.

En tout cas, riez sous cape si vous voulez, mais 9 mois après l’introduction du sceptre royal dans la grotte aux merveilles, Louis XVII était né.

Je ne vais pas vous raconter l’Histoire de France et ce qui se passa en 1789 et plus tard, lorsque vos souverains perdirent la tête. Je connais tout ça aussi mais les auteurs ont pris quelques libertés avec l’Histoire en l’accommodant à la sauce fantastique et le résultat n’est pas si mal que ça.

Bon, j’ai haussé les sourcils d’étonnement face à un gorille qui sait se battre à l’épée, mais c’est le fait qu’il parle qui m’a le plus étonné. Bah, nous étions avec un groupe d’Immortels, alors, hein, nous n’étions plus à ça près !

Les dessins de Jérémy sont un plaisir pour les yeux, les couleurs aussi. Réalistes, somptueux dans les décor, ça donne déjà envie de feuilleter l’album pour les revoir une fois de plus.

Son trait me semblait connu et j’ai donc fait un petit tour sur Babelio pour en savoir plus. Bingo, je connaissais, en effet, puisque j’ai lu les deux premiers tomes de la saga de pirates « Baraccuda » dont je vous parlerai plus tard.

Le scénario prends quelques libertés avec l’Histoire, mais pas tant que ça et quand il le fait, il le fait bien. Ceci n’est pas tout à fait une uchronie même si, dans notre histoire, Louis XVII n’est pas mort. Il est encore un peu tôt pour savoir si nous allons nous diriger vers l’uchronie ou pas.

Ce premier album semble poser les bases, sans entrer trop dans les détails car nous ne savons pas à quoi servent chez Chevaliers d’Héliopolis, ni quel destin ils réservent au Dauphin qui, pour le moment, est un guerrier hors pair mais peine un peu à attirer notre capital sympathie.

Pour ses parents, ceux qui furent guillotiné, là, le capital sympathie est aux abonnés absents car il n’y a pas grand-chose pour les sauver ou les racheter. Le Roi est un salopard de violeur (dans la bédé, pour le reste, je ne l’ai pas connu) et son épouse une mère sans coeur.

Réalité historique (je ne connais pas tout et les témoins sont morts) ou pas, ce roi Louis XVI qui est un horrible personnage par tous les côtés ?

Premier tome qui pose les bases mais qui développe peu, nous laissant donc avec moult questions sans réponses. Réponses qui, je l’espère, seront apportées dans le tome suivant et pas tout à la fin de la saga ou jamais.

Ma curiosité est éveillée, j’ai loué le deuxième tome afin de me faire une idée plus précise et si ce n’est pas à la hauteur, je passerai à autre chose. Ce qui serait dommage car le graphisme est à la hauteur, lui.

Moi je ne demande qu’a poursuivre car j’ai pris du plaisir à ma lecture.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°112.

 

Légendes du mythe de Cthulhu – Tome 1 – L’Appel de Cthulhu : Howard Phillips Lovecraft [LC avec Rachel]

Titre : Légendes du mythe de Cthulhu – Tome 1 – L’Appel de Cthulhu

Auteur : Howard Phillips Lovecraft
Édition : Points (2015) / Bragelonne (epub)
Édition Originale : The Call of Cthulhu
Traducteur : François Bon

Résumé :
Au fond de l’océan, dans la cité maléfique de R’lyeh, l’infâme Cthulhu sommeille en attendant d’imposer son règne sur la terre, tandis que ses disciples préparent son retour. La malédiction qui s’abattit sur Sarnath.

Les créatures étrangers qui peuplaient l’antique cité ont été massacrées par les nouveaux arrivants.

Leur vengeance sera terrible.

Critique :
— Allo ?
— Bonjour, c’est le Cthulhu à l’appareil ! Veux-tu être mon esclave ?
— Non mais dites donc, espèce de bougre de petit mal poli ! J’t’en foutrai, moi, des culs tu lus ! Va fan cthulho. Tu peux te brosser pour que je répète Iä, Iä, Cthulhu fhtagn.

Après Call Of Duty, voici Call of Cthulhu et si c’est aussi un appel, ce n’est pas le même.

Vous n’aurez pas droit à « Cthulhu téléphone maison », mais à « Cthulhu t’aphone la raison » car c’est ce qui arrive à ceux qui tombe sous son pouvoir et qui l’idolâtrent.

Cet espèce de mollusque à tête de pieuvre (ou de calamar, j’ai pas eu le temps de bien voir) et pourvu d’aile de chauve-souris (de dragon ?) est un ancien Dieu déchu qui ronge son frein sur un atoll (les opticiens) perdu dans l’océan Pacifique et il attend son heure qui va venir.

Faut juste un alignement des étoiles et l’affaire est faite. En attendant ce grand jour, des humains dévoyés lui vouent un culte immémorial par le biais de sculptures antédiluviennes qui le représentent.

Ce qui est bizarre, avec cette nouvelle, c’est que l’on nous raconte tout l’histoire par le biais d’un homme qui enquête sur le calamar gigantesque et qui rassemble tous les témoignages qu’il peut.

Ce narrateur ne sera pas le seul car nous lirons, par son entremise, d’autres témoignages sur des phénomènes des plus étranges… Véritable enquête dans une autre enquête, nous suivrons ce Sherlock Holmes de l’étrange rassembler tout ce qu’il trouve sur les phénomènes étranges qui ont touché des tas de personnes à travers le monde.

Je me suis prise au jeu, je me suis immergée dans ce récit qui sentait la crevette et le poisson pas frais (Cthulhu ne doit pas sentir la rose, si ??) et l’angoisse est montée au fur et à mesure de cette courte nouvelle.

Pas au point d’aller se planquer sous le lit ou de vérifier qu’aucune tentacule ne traînait dans mes chiottes, mais à un moment donné, j’ai eu de la chair de poule et non, je ne lisais pas dehors, par -1° !

Tiens, pour votre punition, vous me recopierez ce mantra 100 fois : Ph’nglui Mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn ! Les consonnes en vertes et les voyelles en rouge.

Ce que ce charabia veut dire ? QUOI ? Vous ne parlez pas le R’lyeh ?? Allez, je vous aide : « Dans sa demeure de R’lyeh, le défunt Cthulhu attend en rêvant ».

Afin que vous n’alliez pas vous coucher bête (pour ceux et celles qui n’ont pas encore lu le Cthulhu), je vous ajoute une citation du Necronomicon que je verrais bien gravée sur ma pierre tombale :

N’est point mort celui qui éternellement dort, et en d’étranges éternités, la Mort elle-même peut trépasser.

Une chouette lecture qui manquait à mon tableau de chasse, un choix excellent car c’est court mais intense et maintenant, je peux épingler l’auteur dans mes trophées et dire que maintenant, moi aussi, je sais ce qui dort dans les profondeurs de l’océan Pacifique…

♫ Sous l’océan ♪

Un livre lu avec Rachel, sous sa proposition, dans le but d’arriver à faire une LC où nous serions sur la même longueur d’ondes car niveau LC, nous avons toujours été aux antipodes au niveau de nos avis et de nos ressentis.

Camisole : Salomon de Izarra

Titre : Camisole

Auteur : Salomon de Izarra
Édition : Payot et Rivages (03/02/2016)

Résumé :
Edgar Griffith, un jeune comptable, se rend à l’asile Cliffton, afin d’en vérifier les registres dans le cadre de son travail.

Accueilli par le directeur, l’inquiétant Oswald Barker, il se retrouve rapidement piégé par une tempête et par les fous qui en ont profité pour se révolter et tuer tout le personnel.

Bien vite, il se voit forcé de monter un à un les étages et de découvrir les horreurs toujours plus insoutenables que l’asile lui réserve.

Jouant avec les codes du récit lovecraftien pour mieux les subvertir, Salomon de Izarra nous plonge, à travers ce roman au style incisif et à la narration percutante, dans un univers d’une complexité déroutante, propice aux jeux troubles de l’imaginaire.

Critique :
♫ Accroche tes mains à ma taille, pour pas que ta raison déraille ♪ Tout ira mal et si tu peux ♪ Prie l’asile et le bon Dieu ♪

Si un jour on me demande de vérifier des comptes dans un asile perdu dans le trou du cul du coin, croyez-moi, je me fais porter malade et je démissionne après avoir offert ce roman au boss.

Edgar Griffith va découvrir des horreurs en montant les étages dans cet asile…

Huis-clos oppressant, thriller fantastique, ce roman a le don de vous mettre les nerfs à vifs.

Où commence la folie, où commence un cauchemar ? Est-ce vraiment un cauchemar ou est-ce la réalité ? Notre comptable est-il fou à lire ou sain d’esprit ?

S’il y a un indice qui donne une réponse à mes questions, je suis passée à côté et c’est donc avec effroi que je me suis rendue compte que j’étais arrivé à la fin et qu’elle était abrupte et ouverte.

Ce sera mon seul bémol car tout le roman est bourré d’intenses émotions de peurs, de frissons, de questions, de courses, d’envie de sauter par la fenêtre pour échapper à tout ça.

Oppressant, ce huis-clos dans un asile qui semble être un personnage à part entière. Une fois dedans, difficile de faire marche arrière, pas envie de le déposer, juste envie de se planquer sous un plaid pour le lire en sécurité.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°106 et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chroniques Littéraires (Menu Terreur – Ghost and Hauntings – Maisons hantées).

Black Butler – Tome 28 : Yana Toboso

Titre : Black Butler – Tome 28

Auteur : Yana Toboso
Édition : Kana Dark (18/10/2019)
Édition Originale : Kuroshitsuji, book 28 (2019)
Traducteur : Pascale Simon

Résumé :
Un autre comte, qui connaît le passé des Phantomhive, apparaît devant Ciel, la tête haute. Il défie Ciel dans un jeu ingénieusement préparé… Sa faute est révélée au grand jour et il perd tout… La petite alouette noire se débat…

Voici, pour vous, l’histoire de celui qui a enfreint les lois plus que quiconque…

Critique :
Depuis que je suis les aventures du comte Ciel Phantomhive et de son diable de majordome, on peut dire que j’ai eu ma dose d’aventures trépidantes et de suspense.

Mais là, on a encore franchi un palier…

D’ailleurs, à partir du tome 26 et du coup de batte de baseball dans le plexus, j’en ai pris pour mon grade niveau révélations de folie et montée dans le suspense.

Là, on a chu avec le comte Phantomhive et on se demande comment son diable de majordome va arriver à nous sortir tous de ce guêpier dans lequel un autre nous a balancé.

Comme c’est drôle, lorsque l’on chute de son piédestal, tous les gens qui étaient de notre côté font un pas de côté et nous laisse nous casser la gueule, chacun retournant sa veste, toujours du bon côté, comme le chantait si bien Jacques Dutronc.

Normal, personne n’a envie de suivre celui qui tombe dans sa longue chute. Tout le monde essaie de jouer le bon chameau et de s’attitrer les bonnes grâces de celui qui a fait un croche-pied. C’est humain, nous ferions la même chose.

Mais gare quand celui qui est tombé plus bas que terre remontera à la surface… Là, ça va chier grave et niqu** sa race ! Notre comte n’a pas dit son dernier mot, même si pour le moment, il est K.O debout et apathique.

Qui lui restera fidèle ? Qui le conspuera ? Qui le trahira ? Comment retrouvera-t-il sa position d’avant ? La retrouvera-t-il un jour, seulement ? Et comment se comporteront à ce moment là ceux qui lui ont tourné le dos à la vitesse de l’éclair ?

Nous le saurons au prochain épisode et je sens que l’attente va être longue, mais longue, avant le tome 29.

Intensité, ce sera mon résumé de ce tome 28. Comme je vous le disais, depuis le tome 26, j’en ai pris plein ma gueule et je me demande comment le mangaka va pouvoir nous tenir en haleine lorsqu’il aura clôturé cet arc qui est majeur.

Je pourrais avoir la suite, s’il vous plait ?? Et vite !!!

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°101, le Challenge « British Mysteries 2019 » chez MyLouBook et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chroniques Littéraires (Menu Terreur – 666 –  possessions, démons).

L’étranger des Carpathes : Karl von Wachsmann

Titre : L’étranger des Carpathes

Auteur : Karl von Wachsmann
Édition : Le Castor Astral (Novembre 2013)
Édition Originale : Der Fremde (1844)
Traducteur :

Résumé :
Dans une forêt sauvage secouée de vents terribles, un convoi de nobles seigneurs est pourchassé par des loups affamés. Dans leur course folle, les fugitifs parviennent aux abords du château maudit de Klatka, où ils sont secourus par un homme aux allures étranges.

Peu de temps après, la jeune Franziska commence à souffrir d’un mal mystérieux, qu’aucun médecin ne parvient à guérir…

Ce récit a été publié en 1844, soit presque trente ans avant Carmilla de J.-S. Le Fanu (1872) et plus d’un demi-siècle avant Dracula de Bram Stoker (1897).

Les similitudes avec ce dernier sont telles qu’elles ne laissent aucun doute sur le fait que Stoker l’a lu et s’en est inspiré. Il est pour la première fois traduit en français.

Critique :
Bram Stoker aurait-il vampirisé le court roman de Karl von Wachsmann ?

Au vu de ce que je viens de lire, il est en effet flagrant que le grand Bram s’est inspiré fortement de cette histoire parue 50 ans avant son célèbre Dracula.

L’histoire a retenu son comte Dracula et a oublié le chevalier Azzo Von Klatka, supputant même ensuite que c’était von Wachsmann qui avait copié sur le roman de Bram.

L’étranger des Carpathes, c’est tout le squelette du plus célèbre des vampire et l’histoire que je viens de dévorer à pleines dents est la même que celle du roman bien connu, mais en plus courte, en moins épistolaire et à quelques détails près (pas d’ail, pas de pieu de bois, de balles en argent, pas de chauve-souris).

Comme si Bram Stoker avait pris cette histoire comme base et l’avait agrémentée de moult détails, la faisant devenir sienne en l’étoffant de bien plus de choses car l’histoire que je viens de lire faisait partie d’un recueil de nouvelles et ne fait que 64 pages.

On a beau « connaître » l’histoire, on a beau sentir l’inspiration que Bram en tira, cette petite nouvelle se lit avec délectation, se suce jusqu’à la dernière goutte.

Si certains personnages sont plus mis en avant que d’autres (Franziska), on s’attache pourtant à tous les autres (Bertha la douce, le comte de Fahnenberg, le chevalier Woislaw), même à Franz, qui a tout d’un chieur à être toujours aux petits soins pour Franziska alors qu’elle le rabroue tout le temps.

L’écriture est ancienne et elle est très bien rendue par la traduction, lui donnant un air de vieille histoire retrouvée au fond d’une malle car le style est propre à celui de l’époque.

Autant où le comte Dracula était un être pourvu de belles manières, autant au Azzo Von Klatka est frustre, moqueur, cynique et irrévérencieux. C’est ce qui plait à Franziska, mais elle est bien la seule à lui trouver des qualités. Elle n’en fut pas récompensée.

Si j’avais acheté ce petit livre placé en tête de gondole dans une célèbre librairie bruxelloise, c’était à cause du bandeau-titre qui est accrocheur au possible.

Je ne ferai pas un procès de plagiat à Bram Stoker car s’il a sans doute puisé ses idées dans cette nouvelle, il a été assez intelligent et imaginatif pour la transformer, l’étoffer et faire de Dracula un personnage qui traverse le temps et berce l’imaginaire romantique de certaines, contrairement à Von Klatka, le pauvre.

Mhouhahahaha.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°100 et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chroniques Littéraires (Menu Le sentier de la Terreur – Créatures de la nuit : vampires).

Gwendy et la boîte à boutons : Stephen King et Richard Chizmar

Titre : Gwendy et la boîte à boutons

Auteurs : Stephen King et Richard Chizmar
Édition : Livre de Poche (05/09/2018)
Édition Originale : Gwendy’s Button Box (2017)
Traducteur : Michel Pagel

Résumé :
Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés.

Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise.

Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.

La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

Critique :
La vie, c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Et bien, avec cette boîte à boutons qui a tout de magique, on obtient chaque fois un chocolat délicieux, qui coupe la faim et qui représente un animal de manière si réaliste que ça en est magnifique.

Jamais elle ne se tarit, cette boîte ! Si on tire sur l’autre manette, on obtient des pièces d’argent très rares qui valent un max.

Mais attention à ne pas trop jouer avec les différents boutons de couleurs, tout en sachant que le rouge est le seul qu’on ne pourra utiliser qu’une seule fois.

Un bouton rouge qui détruirait tout… Il me semble avoir vu le même sur le bureau d’un certain président à la houppette blonde mal coiffée… Et cette personne ne fait pas preuve du même discernement que la jeune Gwendy.

Une fois de plus, pas de monstres sous le lit mais du fantastique avec cette boîte qui semble posséder Gwendy et apporter le bien dans sa vie : adieu les kilos en trop, les parents arrêtent de boire, ses points à l’école sont super, elle est populaire, les mecs lui courent après.

Oui mais, ne doit-on pas donner une contrepartie pour tous ces avantages ?? Sans aucun doute et elle risque d’être salée, la facture.

Une histoire courte de 160 pages mais qui se dégustent avec plaisir, comme un caramel qu’on laisserait fondre sous la langue, le faisant tourner dans sa bouche pour en récupérer toutes les saveurs.

Une histoire courte qui ne sera pas le roman de l’année, qui n’est pas exceptionnelle mais qui possède un petit truc qui fait crac-boum-hue et qui fait que l’on dévore cette grande nouvelle (ou ce court roman) d’une seule traite, sans s’arrêter, suivant les questions et interrogations de Gwendy, sa vie, ses aspirations, ses soucis.

Malgré sa construction simple, Stephen King fait intervenir des faits de société, que cela concerne les ados des années 70 ou des questions plus profondes comme sur la bombe H. On peut ne pas être d’accord avec sa vision mais au moins, ça a le mérite d’être soulevé et on peut entamer les débats.

Sans révolutionner le genre, cette novella a un petit quelque chose qu’on aime, un petit quelque chose qui nous tient en haleine, un goût de chocolat qui fond dans la bouche…

Et puis, lire une histoire du King qui commence en 1974 à Castle Rock a toujours une saveur particulière. Un retour aux sources, en quelque sorte.

Sans oublier cette question qui taraude : qu’aurais-je fait, moi, si j’avais été en possession de cette boîte qui a un pouvoir de destruction autant que de bienfait ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°99 et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chroniques Littéraires (Menu Terreur – 666 – Possessions, démons + Stephen King).

Dans les Hautes Herbes : Stephen King & Joe Hill

Titre : Dans les Hautes Herbes

Auteurs : Stephen King & Joe Hill
Édition : Albin Michel – Ebook (27/09/2019)
Édition Originale : In the Tall Grass (2012)
Traducteur :

Résumé :
Cal et Becky sont frère et sœur. En route pour rejoindre de la famille à l’autre bout des États-Unis, ils sont contraints de s’arrêter après avoir entendu les appels à l’aide d’un petit garçon perdu dans un champ où la végétation est d’une hauteur vertigineuse.

Ils s’enfoncent dans les hautes herbes.

Désorientés, et plus éloignés de la route qu’il semble possible, ils se perdent l’un et l’autre. Les pleurs de l’enfant deviennent de plus en plus poignants, plus désespérés.

« DANS LES HAUTES HERBES », de Stephen King et Joe Hill (2012), disponible en français, exclusivement en ebook, chez Albin Michel.

Critique :
Vous savez pourquoi les pygmées (les Schtroumpfs et Sarko) rigolent quand ils courent tout nus dans les herbes ??

Non ??

Parce qu’elles leur chatouillent les couill** (et le kiki aussi) !

Et dans cette courte nouvelle il est justement question de hautes herbes…

Les hautes herbes du King ne chatouilleront les couill** d’aucune personne de petite taille car elles font 2 mètres de haut et donc, hormis chatouiller celles du Géant Vert… Je sors !

Le King sera toujours le King et je pense que même s’il publiait l’annuaire téléphonique, il arriverait à nous foutre la trouille !

Quel gosse n’a jamais eu envie d’aller se perdre dans un champ de maïs, lorsque les tiges sont bien hautes ?

Formidable partie de cache-cache où l’on doit être attentif à tous les bruits, repérer leur direction et trouver celui ou celle qui tente de se fondre dans cette masse verte.

Oui mais… Imaginez un champ d’herbes hautes où la réalité est tronquée, où les distances prêtes à confusion, où le temps et l’espace sont des notions abstraites.

Vous pensiez votre soeur non loin de vous ? Vous pensiez n’avoir fait que quelques mètres dans le champ ? Loupé ! Tous vos points de repère volent en éclat, comme si le champ vous entraînait plus loin de la route, telle la mer vous emportant loin du rivage sans que vous vous en rendiez compte.

« Touchez ma bosse, Monseigneur », disait le Bossu dans le roman de Paul Féval. Ici, c’est « Touchez la pierre et vous verrez »… Ah ben putain, c’est horriblement dégueulasse ce qui se déroule ensuite…

La Connaissance a un prix, apparemment. Un prix à payer qui est celui d’y perdre son âme. Paraît qu’il y avait déjà un prix à payer lorsque nous eûmes croqué la pomme… Ici, c’est la version trash qui vous coupera l’appétit.

Une nouvelle horrifique et fantastique très courte, qui fait dresser les poils sur les bras et vous poussera à éviter les hautes herbes à l’avenir…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°97 et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chronique Littéraire (Menu Terreur – Ghosts and hauntings –  Nature perverse).

Bourbon Kid – Tome 8 – Que le Diable l’emporte : Anonyme

Titre : Bourbon Kid – Tome 8 – Que le Diable l’emporte

Auteur : Anonyme
Édition : Sonatine (22/08/2019)
Édition Originale : The Greatest Trick (2019)
Traducteur : Cindy Colin-Kapen

Résumé :
Vous êtes bien-pensant ? Conformiste ? Poli, honnête et respectable ? Vous voulez le rester ? N’ouvrez jamais ce livre.

Tout le monde pensait que le tueur le plus impitoyable que la Terre ait jamais portée était mort. Et bien non. Le Bourbon Kid est bel et bien vivant.

Ce qui est une très mauvaise nouvelle. Pour tout le monde, mais surtout pour lui.

Plutôt que de profiter d’une paisible retraite plus ou moins méritée, notre homme va en effet devoir régler quelques dettes.

Avec à ses trousses toutes les bonnes et les mauvaises âmes de ce monde, le Kid a la très mauvaise idée de se réfugier dans un monastère où sommeillent de sombres secrets.

S’il a l’habitude d’affronter des vampires, des bikers, des ninjas, des policiers assermentés et autres créature de l’enfer, faire face à un moine fou et des nonnes psychotiques est une autre paire de manches.

Critique :
Une affiche pour Jack Daniels disait « It’s not scotch, it’s not bourbon. It’s Jack ».

(Pour les fâchés avec la langue de Shakespeare ou de Trumpinette : Ce n’est ni un scotch, ni un bourbon, c’est du Jack).

On pourrait dire de même avec le Bourbon Kid : Ce n’est pas du Bourbon, ce n’est pas du Scotch, c’est LE Kid ».

Quoi de plus inspiré que de commencer le !ème tome des aventures du Bourbon Kid durant la nuit d’Halloween et de le terminer durant la fête des morts ?

Petite mise en garde : si vous n’aimez pas les tueurs déjantés qui boivent du Bourbon, les vampires, le Diable, le fantastique, la scatologie, les anges, les moines tueurs, les aventures déjantées et des personnages passez votre chemin !

D’ailleurs, vous pourriez être fan de l’univers fantastique de Harry Potter et choir de votre chaise en lisant les romans du Bourbon Kid car on est dans le politiquement incorrect, dans le porte nawak (de temps en temps) et ici, rien n’est respectable, surtout quand Sanchez va couler un bronze.

Autant où Le Livre sans nom m’avait surpris d’une belle manière (waw), autant où Le cimetière du diable était bien mais sans le double effet Kiss Cool, autant où ce dernier tome manque assez bien d’épices et de cohérence, surtout à certains moments où on se dit que l’auteur a meublé en foutant n’importe quoi juste pour meubler.

Pourtant, tout n’est pas à jeter dans cette nouvelle aventure du Bourbon Kid : on en apprend un peu plus sur sa vie d’avant, les personnages habituels d’Elvis, Sanchez, La dame Mystique, Flake, Rodéo Rex et Jasmine sont mis à l’avant-plan, j’ai pris plaisir à revoir cette chère Janice Joplin et le diable, Scratch, m’a donné quelques sourires, surtout avec ses portails dans les chiottes.

Les derniers chapitres, eux, ils sont déjantés mais dans le bon sens du terme ! Ça bouge  à mort, c’est bourré de suspense, de retournements et j’ai pris mon petit coup de pied au cul en découvrant le piège et tout ce qui en a découlé. J’avais rien vu venir.

Aurais-je dû sentir le vent ? N’ayant pas lu les tomes précédents (Le pape, le kid et l’iroquois / Bourbon kid), je ne sais pas si dedans se trouvaient des indices pour ce final qui m’a coupé le souffle.

Si vous lisez ce roman, ne vous attendez pas à de la grande littérature et à des personnages d’une profondeur confondante, sauf dans leurs conneries où là, ils atteignent tous une profondeur démentielle.

Ne cherchez pas de la philosophie, ni la porte des chiottes, vous risqueriez une saloperie pulmonaire digne des gaz moutardes de la Grande Guerre. Et surtout, ne buvez pas à la flasque que vous tendra immanquablement Sanchez (le gros hispanique avec des traces de freinage dans le fond de son slip à la couleur déjà plus que douteuse).

Mais si vous ouvrez ce roman, faites-le en vidant votre cerveau car pour vous aérer l’esprit, il est excellent, même s’il brille moins que le premier tome puisque maintenant, nous savons où nous allons (si vous êtes vierge du Bourbon Kid, alors, commencez par le tome 1 !).

Vu ce que j’ai lu, je serai au rendez-vous pour le tome suivant !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°93 et le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chronique Littéraire (Menu Terreur –  666 : démons & Menu Le Sentier De La Terreur – Créatures de  la Nuit : Vampires).

 

Voyage lunaire – Tome 2 – Autour de la lune : Jules Verne [LC avec Rachel]

Titre : Voyage lunaire – Tome 2 – Autour de la lune

Auteur : Jules Verne
Édition : Le Livre de Poche Classiques (2001)
Édition Originale : 1869

Résumé :
Après trois mois d’intenses préparatifs, l’énorme boulet-wagon tiré par un gigantesque canon construit a même le sol de la Floride est enfin lancé vers la lune.

Il emmène a son bord trois hardis voyageurs : l’honorable président du Gun-Club, Impey Barbicane, le capitaine Nicholl et Michel Ardan, un français aventureux Ces trois hommes entendent bien être les premiers à poser le pied sur la lune.

Nos héros risqueront plus d’une fois leur vie. Arriveront t’ils jusqu’à l’astre de la nuit ? Et reviendront t-ils sur terre ?

Ceci est la suite du roman « De la Terre à la Lune » paru en 1865.

Critique :
Bardaf, c’est l’embardée ! Je pense qu’entre Jules Verne et moi, il n’y aura que le Tour du Monde en 80 jours et Michel Strogof pour nous rassembler car pour le reste, je suis une fois de plus passée à côté de ce roman !

Les personnages m’ont amusés au départ, leurs dialogues aussi.

L’aventure était belle et prometteuse : pensez-vous, nous allions vers la lune avant Tintin, un siècle avant Buzz Aldrin et Armstrong, le trompettiste de talent qui gagna aussi 7 Tour de France !

Mais à un moment donné, les détails techniques m’ont soûlé ! Bon sang, qu’est-ce que j’en avais marre de toutes les descriptions de chaque morceau de Lune, de ses reliefs…. Mais putain, on s’en fout !

Là, ça m’a achevé et j’ai eu envie de boire pour oublier ma déconvenue.

Si le départ était encore plaisant, ensuite, cette lecture fut laborieuse et sans ces sauts dans le récit, elle aurait pu être aussi longue que si j’avais pédalé entre la Terre et la Lune.

Alors, comme dans l’île mystérieuse, j’ai sauté, j’ai fait des bons comme j’en aurais fait sur une planète où la gravité est moins importante que sur la Terre et j’ai tracé ma route jusqu’à la fin…

Je ne me permettrai pas de me gausser pas sur invraisemblances techniques, à l’époque de sa parution, nous étions à 100 ans du premier pas sur la Lune et il faut tout de même saluer le talent visionnaire de Verne.

Bon, ce n’est pas encore avec ce roman que Rachel et moi allons nous trouver un coup de cœur livresque en commun autre que ceux que nous avons déjà. Va encore falloir creuser un peu pour en trouver d’autres.

Justement, Rachel m’a parlé d’un certain capitaine Hatteras et de ses aventures… Qui sait, ça pourrait marcher ?

Pour aller au lit moins bête : En dépit de ses invraisemblances et de ses erreurs (lancement par un canon, pesanteur présente sauf au « point neutre », etc.), le roman s’est avéré étonnamment prémonitoire par rapport à la mission Apollo 8 : l’initiative du voyage dans la Lune a bien été prise par les Américains, le départ de la mission américaine a eu lieu à Cap Canaveral, à quelques centaines de kilomètres seulement de l’endroit choisi par Verne en Floride, non pour les raisons qu’offre l’auteur, mais parce que la vitesse supérieure de rotation de la terre à cet endroit y est plus favorable.

Il y a bien eu trois astronautes à bord de la capsule et la mission a duré un peu moins d’une semaine, comme celle de Michel Ardan et ses amis.

Enfin, au retour, l’engin se retrouve dans l’océan après avoir effectué un contournement lunaire.

Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chronique Littéraire (Menu Petit Frisson – La PAL de l’enfer –  livres qui vous font sortir de votre zone de confort : classique).


Walt Slade – Tome 4 – Le Chariot mystérieux : Bradford Scott

Titre : Walt Slade – Tome 4 – Le Chariot mystérieux

Auteur : Bradford Scott
Édition : Marabout Junior (1966)
Édition Originale : Gunslick ou Dead in Texas (1965)
Traducteur : Cyrille Vermeersch

Résumé :
Dans une petite ville frontière au Sud des États-Unis, une légende terrifie les bergers mexicains : chariot fantomatique et affreuse bête à tête de loup apparaissant et disparaissant comme par miracle dans la nuit…

Devant les coups de main de plus en plus nombreux dépouillant les éleveurs, Walt Slade entreprend une difficile enquête, se heurtant à d’inexplicables événements.

Trouvera-t-il la clé de l’énigme ?

Critique :
Une petite touche de fantastique avec ce chariot fantôme qui terrifie les bergers et cette affreuse bête à tête de loup, les deux apparaissant et disparaissant dans la nuit…

Mais rassurez-vous, Walt Slade résoudra l’affaire et comprendra qu’il n’y a point de mystère ou d’intervention diabolique dans ce phénomène !

Nous sommes un peu comme dans Le Chien Des Baskerville, d’ailleurs, Walt Slade est un peu comme Sherlock Holmes : grand avec des yeux gris et des cheveux noirs, un nez busqué, un bon sens de la déduction, un cerveau.

Bref, un détective à cheval et au far west.

Walt Slade (prononcez « Wolt Sléde ») est donc un Texas Ranger qui a tout d’un super détective et d’un super héros car il s’en sortira toujours vainqueur (Bob Morane, sort de ce corps).

Grand et bô, il tire vite et droit, mieux que Lucky Luke et chevauche un superbe étalon noir. Sexy Boy…

Anybref, on aurait envie de chevaucher avec lui ou mieux, de se faire chevaucher par lui (ou de le chevaucher, on a tout le kamasutra pour s’amuser, tout compte fait).

Sans oublier qu’il est intelligent et courageux, qu’il possède de l’intuition pour résoudre ses affaires, il a une très belle voix et chante en s’accompagnant à la guitare… Rhâââ, lovely !

Dans cette enquête qui sent le fantastique, notre Texas Ranger va avoir affaire au Napoléon du Crime car le cerveau qui se trouve derrière toute cette mascarade carnavalesque est un cerveau brillant, tel un Moriarty dans le monde des cow-boys.

On a de l’action, du mystère, une enquête, la recherche d’indices, de l’aventure, de l’alcool, des cordes à lyncher, des balles de revolvers qui sifflent et des sueurs froides car notre bô Walt Slade a failli laisser des traces de freinages dans le fond de son caleçon long lorsqu’on lui tendit un piège dans un canyon resserré…

Cherchez pas à comprendre pourquoi j’ai un faible pour ce genre de littérature de gare (des psychiatres sont devenus fous en essayant de comprendre) car il n’y a pas d’explications censées, juste une envie folle de m’encanailler avec des romans qui volent moins haut que d’autres.

M’en fiche, j’ai pris du plaisir à relire les trois livres que je possède sur ce Texas Ranger qui a tout pour venir hanter mes nuits avec son six-coups qui crache le feu et sa longue Winchester… Phallique, tout ça !

Mais redevenons sérieuse. Pour se changer les idées et s’aérer l’esprit, rien de mieux qu’un Walt Slade ! Et ces derniers temps, j’ai tellement aéré mon cerveau qu’il y a des courants d’air dedans.

Bon, il est temps de reprendre une activité normale et de revenir à la littérature qui m’est chère : le polar et les romans noirs qui ont un peu plus de profondeur.

Quoique, dans les Walt Slade, on a une écriture assez imagée, fort poétique, d’ailleurs, je ne résiste pas à vous l’inclure en fin de billet :

Décevante était la lenteur avec laquelle il voyait se rapprocher la crête. Sa progression était devenue une reptation douloureuse le long de la paroi grise inondée de soleil, brûlante sous ses doigts saignants, qui marquaient son passage d’empreintes écarlates.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°53, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.