Le Saigneur de la jungle : Philip José Farmer

Titre : Le Saigneur de la jungle
Auteur : Philip José Farmer
Édition : Marginalia (Nov 1975)

Résumé :
Le Dr Watson n’avait pas tout dit…

Philip José Farmer — mythographe attitré des plus célèbres héros de romans d’aventure — a poussé dans ses derniers retranchements le confident inlassable du Grand Détective : celui-ci aurait eu en 1916 un client exceptionnel en la personne de Lord Greystoke.

Et quel client ! Un Américain excentrique, immortalisé sous le nom de Tarzan…

Il semble bien que Sherlock Holmes et son fidèle compagnon aient vécu en sa compagnie, parmi les périls d’une Afrique chère à Ridder Haggard, les heures les plus folles de leur existence.

Sherlock et Tarzan, enfin rendus aux fantasmes secrets de leurs nombreux admirateurs, voilà ce que recèle ce précieux manuscrit du Dr Watson, miraculeusement retrouvé par Philip José Farmer !

Les mânes de Conan Doyle et d’Edgar Rice Burroughs apprécieront.

Critique :
Sherlock Holmes vs Tarzan… J’ai lu (et vu) mon détective préféré mis à toutes les sauces et avec bon nombre de personnages célèbres, mais l’histoire avec le Roi de la Jungle, je n’avais pas encore eu l’occasion de la lire !

Ayant récemment pu acquérir ce petit pastiche holmésien, je me suis empressée de ne pas trop le laisser trainer dans les étagères.

Ce qu’il en ressort de la confrontation de ces deux monuments littéraires ? De cette confrontation entre un cerveau et des muscles ? Vaut mieux ne pas avoir le second degré en option sinon, vous risquez fort de grincer des dents lors de la lecture.

J’avoue que j’ai failli lâcher le roman quand Holmes a dit « Ce trou du cul »… Entendre ça de sa bouche, c’est inhabituel, impensable, non canonique ! Plus tous les noms d’oiseaux dont il affuble certains, j’avoue que j’ai eu un peu de mal.

— Watson, dites-moi, ce trou du cul n’est-il pas en train de leur tirer dessus avec une mitrailleuse ? Comment diable peut-il à la fois piloter cet avion, lui faire faire des loopings et manier une arme qu’on doit d’ordinaire tenir des deux mains pour en tirer un rendement efficace ?

Heureusement que le roman donnait le ton dès le départ : Tous les personnages de ce roman sont réels. Toute ressemblance avec des personnages de roman serait absolument fortuite.

Parce que oui, nous sommes ici dans la farce le plus totale mais le voyage a le mérite d’être court et dépaysant : Londres, durant la Première Guerre Mondiale, puis dans un avion qui vous secoue de tous les côtés, avec un Holmes qui vous vomira dessus, puis dans un autre avion, on passe dans un zeppelin, on termine dans la brousse africaine, avec Tarzan, puis avec des indigènes et le Von Bork du Dernier coup d’archet…

Dans ce roman, tout le monde est très typé, surtout nos deux anglais qui le resteront jusqu’au bout du petit doigt levé durant l’heure du thé. Quant à Watson, il ne brillera pas par son intelligence et aura même le rôle de l’homme qui ne peut rester insensible aux charmes féminins.

— Nous devons sauter maintenant !
— Quoi ? Déserter ? Mais voyons, Watson, nous sommes Anglais !
— Pardonnez-moi, c’était une parole en l’air. Nous… nous tiendrons jusqu’au bout. Nul slave ne pourra se vanter d’avoir vu un Anglais perdre la face.

Bref, on ne se prend pas au sérieux, même dans la bacille que Holmes doit récupérer afin d’éviter que les Allemands l’utilisent durant la Guerre. Oui, ici, tout est poussé, détourné, ridiculisé ou canonisé afin de vous faire sourire et hausser les sourcils devant des comportement pas du tout holmésien.

Mais qu’importe la bouteille, j’ai ressenti l’ivresse du burlesque. La farce est efficace. Le grotesque est tenu en laisse et ne débordera pas de trop. Plus aurait été contre-productif.

À savourer dans son divan, les doigts de pieds en éventails, sans prise de tête, le second degré enclenché et sans avoir peur de voir Holmes dans des situations peu communes, utilisant un langage plus que fleuri, un Watson un peu balourd et un Tarzan roi de la jungle fort peu conventionnel aussi.

Sans titre 5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le « Challenge US » chez Noctembule  et « A year in England » chez Titine.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Le Saigneur de la jungle : Philip José Farmer »

    • C’est un pastiche loufoque, mais c’est bien dosé, mais faut tout de même avoir le second si pas le 3ème degré pour la lecture !!

      De plus, ce petit livre n’est pas facilement trouvable, je te raconte pas les années de recherche, et il n’est pas à 2€ non plus ! mdr

      Aimé par 1 personne

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Décembre 2015 | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : A year in England – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s