Molosses – 06 – Walt Longmire : Craig Johnson

Titre : Molosses – 06 – Walt Longmire

Auteur : Craig Johnson
Éditions : Gallmeister Noire (2014) / Points Policier (2016)
Édition Originale : Junkyard Dogs (2010)
Traduction : Sophie Aslanides

Résumé :
Alors que l’hiver s’installe dans le comté le moins peuplé de l’État le moins peuplé des États-Unis, Walt Longmire, son shérif, se voit confier une curieuse mission : celle de mettre la main sur le propriétaire d’un pouce abandonné à la décharge.

L’enquête devient rapidement haute en couleur, car Walt se trouve face à deux molosses qui gardent le terrain, à son vieux propriétaire loufoque et à un promoteur immobilier multimillionnaire qui cherche à prendre possession des lieux pour étendre son vaste ensemble de ranchs luxueux.

Sans parler d’un jeune couple fleurant bon la marijuana, de la vieille institutrice au charme incontesté, du perroquet dépressif et déplumé et de quelques cadavres qui bientôt viennent compliquer cette affaire.

On retrouve dans Molosses le style enlevé de Craig Johnson et l’humour désopilant de son shérif au service d’un nouveau polar parfaitement abouti.

Critique :
Ne dites pas au vieux Geo Stewart qu’il possède une déchetterie mais bien un « Site municipal de dépôt, tri et de récupération des déchets ».

Malgré l’empilement de bagnoles en tout genre et du bordel qu’il y règne, ceci n’est pas une casse non plus mais bien le « Site municipal de dépôt, tri et de récupération des déchets ». Repeat after me *voix d’Elie Kakou*

Geo Stewart, c’est le vieux qui fait du surf de neige derrière une bagnole, qui tchoupe avec une dame (il frouchelle avec, quoi) et qui se fait renverser par une bagnole et se relève, tel Iron Man.

C’est l’hiver dans le comté d’Absaroka, Wyoming et tout le monde peut chanter ♫ Tombe la neige ♪ Et mon cœur s’habille de noir ♪ car le shérif Walt Longmire va avoir son lot de cadavres sur les bras, sans oublier un pouce trouvé dans une glacière, une grosse méforme de santé.

Les emmerdes volant toujours en escadrilles, on ajoutera que Sancho, dit Le Basque, veut quitter l’équipe du shérif ; que la copine de Longmire (Vic) lui fait quelques reproches ; que son pote, Henry Standing Bear, dit la Nation Cheyenne, broie du noir et qu’il ne doit pas oublier d’organiser le mariage de sa fille Cady.

Pour une fois, on a un roman plus léger que les précédents, comportant assez bien de morceaux d’humour et de réparties drôles qui me font toujours sourire. De nombreux personnages secondaires gravitent dans l’enquête sans que l’on sache s’ils seront impliqués ou non (faut tout lire pour le savoir), mais une chose est sûre, ils étaient tous réussis.

Des coupables qui seraient innocents ? Des innocents qui seraient coupables ? Longmire se gratte la tête et mène son enquête en traînant la patte. Pas parce qu’il n’en a rien à foutre, mais juste parce qu’il a mal à sa jambe, à sa fesse (mordu par un chien), sans parler de son oeil qui lui joue des tours et le médecin qui veut absolument le voir…

Les lecteurs/trices devraient faire une pétition pour que son employeur (l’auteur) l’envoie quelques semaines dans un climat chaud, en tongs, les pieds dans le sable, sans rien d’autre à avoir à faire que manger et gratter la tête de son chien.

L’enquête est bien ficelée et j’ai eu ma petite surprise dans le final, parce que celle-là, je ne l’avais pas vue venir ! Comme quoi, sous ses airs de vouloir divertir ses lecteurs en les faisant sourire à l’aide de dialogues enlevés, l’auteur sait aussi focaliser notre attentions ailleurs pendant qu’il réalise son tour sous nos yeux.

Moi, j’adore !

Allez, faudrait pas que je reste trop longtemps entre deux enquêtes de mon shérif préféré parce qu’elles sont trop bonnes.

— Vous avez laissé partir Geo ?
À travers ses épaisses lunettes, Doc contempla les flocons de poussière qui flottaient dans son bureau.
— Non il a filé à la Longmire.

— Qu’est ce que vous entendez par là ?
Isaac referma le livre qu’il tenait dans les mains et le posa sur le haut de la cinquième des piles fragiles qui se trouvaient sur son bureau.
— Il a signé son bon de sortie et il a disparu dans la nuit, un peu comme un individu que nous traitons régulièrement dans cet hôpital, et dont les fuites sont devenues tellement régulières que nous avons maintenant intégré son nom à notre lexique.
Je baissai la tête sans réprimer un sourire, et observai mes bottes d’un air faussement contrit.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°83], Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°31] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

9 réflexions au sujet de « Molosses – 06 – Walt Longmire : Craig Johnson »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Septembre 2020 [Mois Américain] | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Billet récapitulatif – Le mois américain 2020 | Plaisirs à cultiver

  3. Ah! Mais voilà qui m’a l’air sympathique! Sans l’amertume d’une petit (polar) noir trop corsé, sans le pathos (certes légitime) post colonialiste et esclavagiste qui te déprime et te révolte page après page… Sans cow-boys pétris de stéréotypes de genre ennuyeux qui ne connaissent que le langage de la poudre dans des relents de vieille sueur de whisky… Sans guerres qu’elles soient civiles, en Europe ou au confins de l’Asie contre le Rouge… Une bonne vieille enquête menée dans la joie et la bonne humeur avec des personnages hauts en couleurs… Mais voilà qui me redonnerait envie de reprendre un mojito tiens! 😀

    PS: C’est bizarre wordpress… quand tu laisses un com via l’ordi tu dois mettre ton adresse, pis ton nom… quand tu le fais via le téléphone c’est le contraire : d’abord le nom, après l’adresse… C’est sûr… Il y a un complot gafaméricain monté contre moi pour me rendre folle-zinzin! C’est certain!

    J'aime

    • Faudra leur péter la gueule aux lutins de WP ! Ah non, on va nous accuser de racisme anti-lutin ou d’être lutinphobe…. Je n’utilise jamais mon téléphone, il ne me sert que pour ma IRL tandis que le PC ne fait que la vie virtuelle. Je maîtrise mieux les VPN sur mon PC ! Puis merde, 17 pouces, on ne crache pas dessus 😆

      Mais oui, rien de toutes ses horreurs dont tu as l’habitude en passant boire un coup chez moi… Il y a 5 tomes avant mais tu ne seras pas perdue si tu plonge directement dans le 6… Faut juste que je vérifie si j’ai de la menthe parce que… faudra peut-être que je passe la prendre chez l’épicier du coin !

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.