L’évangile des ténèbres : Jean-Luc Bizien [LC avec Stelphique]

levangile_des_tenebres

Titre : L’évangile des ténèbres

Auteur : Jean-Luc Bizien
Édition : Toucan (2011)

Résumé :
Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, apprend que Michaël Wong, l’un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord.

Face à l’absence de réaction de se hiérarchie, Ballahan voit rouge. Contre vents et marées, il décide de secourir le jeune Wong.

Dans Pyongyang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que ces ombres, il cherche de l’aide auprès de Suzan, ravissante correspondante d’une O.N.G. canadienne.

C’est alors que le Mal absolu surgit : un tueur monstrueux laisse dans son sillage une longue suite de cadavres atrocement mutilés. Paik Dong-Soo, brillant militaire nord-coréen, se lance sur ses traces. Ils se retrouveront tous, à l’issue d’un parcours halluciné, en un lieu oublié.

Celui qu’annonce l’Évangile des ténèbres…

ev_teneCritique du Cannibal Lecteur : 
Me voici de retour, saine et sauve, de ma petite virée dans le pays du Cher Leader, autrement dit Kim Jong-Il et de son rejeton, Kim Jong-un (qui n’était pas encore sur le trône au moment de l’action du roman).

Deux enquêtes : d’un côté, celle de Seth Ballahan, rédacteur en chef américain parti à la recherche de Michaël Wong, disparu en Corée du Nord et de l’autre, celle de Paik Dong-Soo, officier coréen (du Nord) qui recherche un tueur.

Ce que j’ai aimé ? La partie se déroulant en Corée du Nord (et j’en ai eu pour mon argent).

Là, rien à dire, j’en ai appris plus que si j’avais acheté un Guide du Routard. La misère des gens est grande, la famine y a fait des ravages, les habitants sont endoctrinés et tenu serré en laisse. Une horreur de vie…

Adoré frissonner avec les premiers moments passés avec le chasseur, quand il traque et éviscère ses proies. Un homme sans pitié, sans empathie, un psychopathe, un tueur froid et implacable. Mais de là à lui donner le titre de « Mal absolu » dans le 4ème de cover, il y avait un pas à ne pas franchir !

J’ai aimé aussi tous les passages avec le jeune Michaël Wong et celui qu’il nomma le monstre. On ne sait pas qui il est et le mystère était total.

Là où le bât à blessé sérieusement ?? Le personnage de Seth Ballahan m’est sorti par les trous de nez ! Lui, c’est LA caricature de l’américain, imbu de lui-même, soupe au lait, égocentrique, macho, con, tête brûlée, rempli de préjugés et persuadé de sa toute puissance. Il était en Corée du Nord et il croyait qu’il ferait bien tout seul, ce gros imbécile prétentieux !

À lui tout seul il a failli faire tout capoter au moins 36 fois, regardait tout le monde de haut et l’entendre parler ou penser me donnait envie de lui éclater la cervelle qu’il n’avait pas.

Purée, c’est sur un coup de tête (et de sang) qu’il a décidé de partir récupérer le jeune Wong en Corée. Quel imbécile ! On ne part pas en Corée du Nord comme on va à Disneyland. Bref, si l’auteur a voulu qu’on le déteste, c’est réussi.

L’enquête de Paik Dong-Soo était haletante, le personnage agréable à souhait, tenace, prêt à tout pour faire éclater la vérité, alors que bon, dans son pays, c’est assez risqué !

Par contre, la fin était, pour moi, totalement bâclée ! Comme si l’auteur, dans les dernières lignes, s’était dit « Mon dieu, je ne leur ai pas donné l’explication »… Allez hop, viens-y que j’te ponde maximum 10 lignes pour résumer l’affaire, sans même que l’on sache QUI était le tueur. Cool… *ironie*

Autre soucis, le style de l’écriture qui avait tendance, à certains moments, à diminuer en qualité. Le petit ressort de « la voix dans la tête » revient trop souvent et des mots comme « Monstre ou démon » sont trop utilisés, ils perdent de leur force à la fin.

Et Seth, bordel de dieu, qui continuait toujours sur le même registre !!

Au fait, j’ai pas croisé d’évangile des ténèbres, moi, dans le récit ? J’aurais sauté une page ? Une ligne où on en parle ??

Bon, ceci ne m’empêchera pas de continuer à lire la trilogie pour voir ce que les autres me réservent : même soupe ou avec une pointe de crème pour relever le goût ??

Étoile 2

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016) et Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016).

Pourquoi je l’ai choisi (Par Stelphique) :
Avec ma chère binôme de lecture Cannibal Lecteur, nous avons suivi les bons conseils de Smadj (et son influence contagieuse), qui souhaitait nous voir disséquer Bizien et sa trilogie des ténèbres…..

Synopsis :
Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, apprend que Michaël Wong, l’un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord. Face à l’absence de réaction de se hiérarchie, Ballahan voit rouge.

Contre vents et marées, il décide de secourir le jeune Wong. Dans Pyongyang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que ces ombres, il cherche de l’aide auprès de Suzan, ravissante correspondante d’une O.N.G. canadienne.

C’est alors que le Mal absolu surgit : un tueur monstrueux laisse dans son sillage une longue suite de cadavres atrocement mutilés. Paik Dong-Soo, billant militaire nord-coréen, se lance sur ses traces. Ils se retrouveront tous, à l’issue d’un parcours halluciné, en un lieu oublié. Celui qu’annonce l’Evangile des ténèbres….<

Les personnages :
Paik Dong-Soo, j’ai beaucoup aimé ce personnage. Même dans son regard posé sur la nature, c’est un insoumis dans l’âme, après il fait avec les moyens du bord, mais je l’ai trouvé convainquant en tant qu’enquêteur !

Seth Ballahan,  je l’aurai bien giflé à bien des reprises pour tout cet assemblement de défauts!!!!On peut même dire qu’il les collectionne!!! « -Faut croire que la connerie, c’est dans les gènes! », ben lui, il a sacré package génétique!!!!!Malgré tout, l’humain est perfectible (mmmhh, pourquoi je sens un doute là?!!! ), bon , et bien disons qu’on peut faire évoluer les personnages, et j’ai aimé son « amélioration » au fil des pages, je me dis que peut être à la fin de la trilogie, on va sans doute l’adorer….

>Le « Chasseur », chacune de ses interventions vous plongent dans des abimes de sang…..« Dans sa tête, des créatures célestes entamaient un chant révolutionnaire sublime, qu’il reprit à voix basse. « 

Ce que j’ai ressenti :… Une ballade dépaysante…

On tue un homme, on est un assassin.
On tue des milliers d’hommes, on est un conquérant.
On les tue tous, on est un dieu.

Première impression comme ça à chaud, j’ai du mal à m’expliquer le titre. Pour ce qui est des ténèbres, ouais, jusque là j’ai suivi, on peut carrément dire que ça colle, mais L’évangile ????!!!!^^…

Une trilogie, donc, des ténèbres, avec ce premier tome, on traverse déjà un long parcours effroyable et sombre, au fin fond de la pire cruauté humaine. Difficile de reprendre son souffle dans ses pages! Et ça attaque dès le prologue!!!!Il faut s’accrocher, ou plutôt avoir un cœur (à moins que ce ne soit un rein???!!!) à toute épreuve! Certains passages sont insoutenables, on sent l’horreur du régime totalitaire, et en fait, si on en apprend pas tant que ça en terme de sévices et immondices, puisque nous l’avons vécu dans l’Europe, on est juste horrifié de voir un tel calvaire se dérouler encore de nos jours sur notre planète.

Faut vraiment croire que l’Histoire continuera de se répéter encore et encore, et que ce sont, bien sur, les innocents qui en pâtiront. C’est donc avec tristesse et fatalisme que nous découvrons une Corée du Nord en proie à un dictateur impitoyable, et je peux vous dire que ça vous remue les tripes de lire que l’eugénisme, la folie des grandeurs, les camps de concentrations et autres horreurs sont encore en vigueur de nos jours…Le spectre et les ambitions de Hitler n’ont pas fini de nous hanter……

— Que savez-vous de lui ? l’interrogea-t-elle.
— Pas grand-chose, avoua Seth.
— Kim Jong était tout jeune quand il a perdu sa mère. Il n’a jamais connu l’amour maternel.
— Et alors ? intervint Seth. Si tous les mômes qu’on n’a pas dorlotés devenaient des dictateurs… Ce n’est quand même pas parce qu’on ne l’a pas suffisamment bercé qu’il a décidé d’asservir tout un peuple !

En cela, je trouve que l’auteur s’est admirablement débrouillé! Son cadre, l’ambiance lourde et pesante, la qualité de ses personnages également sont vraiment des points forts de ce roman! Il nous tient en haleine par des chapitres courts, efficaces, saisissants.Oui, mais voilà, le thriller en lui même ne m’a pas complètement convaincue. Il a tellement soigné son atmosphère, et, est parti tellement fort dans sa première partie de roman, que je reste un peu sur ma faim, à la fin…..

« Il fallait dominer la peine, l’asservir, la réduire à néant. « 

Sans spoiler, j’ai trouvé son « Chasseur » très bien mis en scène, il a une vraie carrure, (un monstre comme on les aime), mais pour ma part, j’aurai aimé une fin plus travaillée, plus d’explications sur ses réelles motivations, car s’il garde tout son mystère du fait qu’il ne soit jamais identifié, on pourrait au moins en savoir plus sur sa psychologie….

J’ai trouvé que ça se finissait sur une pirouette un peu grosse, et pour nous avoir mener aussi loin avec toute la richesse de son univers, Jean-Luc Bizien aurait pu, nous offrir un final en apothéose…

On démarre si bien, que ça nous laisse en bouche une pointe d’amertume sur le final. Bon après, c’est moi qui bloque sur les fins, elle pourra convenir à bien des lecteurs, mais pour mes attentes, ça a été un peu décevant…

Bon, ça ne m’empêchera de poursuivre avec ma binôme, cette trilogie!!!Je suis très impatiente de retrouver les acteurs des ténèbres, en espérant que les prochains tomes soient tout aussi riche en matière, et leur final plus explosif !

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

index LC Mois du polar - sharon-pour-logo-polar21

Publicités

40 réflexions au sujet de « L’évangile des ténèbres : Jean-Luc Bizien [LC avec Stelphique] »

    • Stelphique a mieux aimé, même si elle a relevé les mêmes trucs qui n’allaient pas, mais elle fut plus indulgente que moi qui l’ai saqué (santé !) justement parce qu’il partait trop bien et fini en eau de boudin.

      J'aime

  1. Coucou ! Un grand merci de m’avoir suivi sur Bizien.
    Je suis content que tu aies aimé Stelphique et un peu déçu pour toi ma Belette.
    Comme vous j’ai trouvé Seth imbuvable, je l’avais même traité de sale con sur Babelio.
    Je l’avais édulcoré sur l’article de C’est Contagieux car, magie de la vie et de ses tracas, c’est le personnage qui va le plus changer au cours de la trilogie. Comme dans la vraie vie en fait. Selon ce qu’on vit, on évolue. Je vous mets le lien de ma chronique pour comparer. Vous verrez qu’on est quand même pas mal aligné même si je suis plus en phase avec Stelphique 😉 et le « Berceau des Tenebres qui clôt la trilogie et qui est celui que je vouais que vous lisiez, est une tuerie !!!
    http://cestcontagieux.com/2015/06/07/levangile-des-tenebres-de-jean-luc-bizien-la-chronique-communiste/

    Aimé par 1 personne

  2. Alors si ta récente passion pour le Chearleader en Chef et sa démocratie parfaite te faisait loucher du côté de « envoyée spéciale » de Jean Echenoz dont l’histoire se déroule en partie là-bas… Je te dirais : vade rétro par le vasistas !

    Le style pourrait être plaisant mais l’intrigue est inconsistante et peu crédible (en fait pas du tout, suintant souvent le défaut d’infos) un peu brouillonne et accomplit le tour de force d’être pleine de longueurs en moins de 300 pages! Bref juste bon à caler une armoire!

    J’ai été très bête de me laisser séduire par la pub qu’en avait faite le monsieur livres de Canal+… Mais bon… j’aurais dû m’en douter… Canal+ et son entre soi des pseudos élites parisiennes de la première chaîne payante du pays… Où l’on tient un discours assez moralisateur en posant au public ce qu’il est bon de penser (honte à qui pense autrement mais vive la liberté d’expression!)… Bref… Ça ne pouvait être que survenu! Et pas étonnant qu’ils soient en déficit depuis 2 ans!

    Enfin… Je dévie… Je dévie… 🙄

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai plus droit à Anal Suce en clair… avant, en Wallonie, terre sinistrée, on avait durant quelques moments, le canal Plus en clair dans devoir payer et je me faisais les séries en VOSTFR (spin city, six feet under,…) ou les guignols mais depuis le nouveau boss et mon arrivée dans la Kâpitale de l’europe, basta, bernique, baise mon cul et on a droit à plus rien du tout ! Donc, me vendront rien.

      Je passe ce roman, je connaissais même pas son existence, de cet auteur, on m’a parlé de « 14 » et ce n’était pas la taille de l’objet du désir sur lequel nous louchions avec des yeux avides et la bave aux coins des lèvres.

      Quand au Cherlider, je laisse tomber, j’aime mieux le Cheddar.

      Je suis pas les idées lectures de la télé, sinon, je lirais rien du tout puisque je l’allume si peu… mais je suis les avis des blogueurs potos !

      J'aime

  3. Ping : Le mois du polar commence | deslivresetsharon

  4. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Février 2016 | The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Bilan du mois du polar | deslivresetsharon

  6. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s