Sorcières – La puissance invaincue des femmes : Mona Chollet [LC avec Bianca]

Titre : Sorcières – La puissance invaincue des femmes

Auteur : Mona Chollet
Édition : Zones (2018)

Résumé :
Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.

Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure de la sorcière. Elle est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ?

Ce livre explore trois archétypes de la chasse aux sorcières et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant – l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.

Mais il y est aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Critique :
Non, non, ce livre ne parlera pas des filles qui ont étudié à l’école de magie de Poudlard. Parce que elles, ce sont de vraies sorcières…

Non, plus terre à terre, Mona Cholet va nous parler de ces femmes accusées d’être des sorcières et qui n’en était pas.

Une vraie sorcière, telle que Minerva McGonagall, ne se serait jamais laissée brûler sur un bûcher ! Elle aurait changé tous ces juges laïcs en lombrics rampants. Na !

Le problème, c’est que les sociétés n’ont jamais aimé que des gens vivent différemment des autres, en marge de leurs règles. Et nous ne parlons pas des sociétés du Moyen-Âge, mais de celles de la Renaissance ! Comme quoi…

Quand des femmes, veuves ou célibataires, indépendantes, avec du savoir médical, avaient décidé de vivre sans être sous la coupe d’un père, d’un mari ou d’un fils, ça faisait grincer des dents et on finissait toujours par crier haro sur le baudet et à intenter des procès à ces pauvres femmes qui avaient voulu, ô les folles, vivre de manière indépendante !

À croire que nous foutons vraiment la trouille aux mecs lorsque nous refusons d’être des petites choses fragiles, des femmes à protéger, que nous parlons d’indépendance, de vivre sans compagnon, de faire des bébés toutes seules (♫) ou pire, quand on se rebelle ou qu’on se dresse devant le mec qui voulait nous agresser, sans peur dans nos yeux, mais avec la flamme qui dit « Viens, approche mon gars et tu vas voir ce que tu vas prendre dans ta gueule »…

Cette étude ne sera pas consacrée qu’aux chasses aux sorcières, aux femmes indépendantes, veuves, impertinentes… Mais l’autrice abordera aussi une bonne partie des problèmes rencontrés par les femmes dans le Monde et au fil du Temps.

Bizarrement, nous sommes souvent réduites à notre utérus et à notre condition de femme. Trump a attaqué Hillary sur sa condition de femme, se gaussant d’elle lorsqu’elle devait aller aux toilettes (Trump ne doit jamais pisser ou chier, lui !)…

Encore de nos jours, certains hommes ont souvent tendance à nous proposer, avec cynisme, de retourner à nos casseroles et à nos gosses. Et surtout, de nous occuper de notre mari ! Oui, la femme n’est bonne qu’au ménage, à s’occuper des autres (et de son mari) et à pondre.

Parce que la femme, pour être épanouie, doit faire des gosses ! Seule la maternité en fera une vraie femme et gare à elle si un jour elle ose dire à voix haute qu’elle regrette d’avoir eu des enfants, que ça lui a gâché sa vie. Tout le monde lui tombera sur le râble.

Idem avec les femmes qui veulent vivre seules, indépendantes, sans homme, sans enfants… Nous sommes en 2021 et c’est toujours mal vu. Il faut s’en justifier sans arrêt et tout le monde vous dira qu’un jour, vous le regretterez de ne pas vous être mariée ou d’avoir refusé d’avoir des enfants.

Moi, je suis pour être une tata, pas une maman. Je suis une super tata (je me jette des fleurs) et j’en ai ma claque aussi de devoir me justifier parce que n’ai rien voulu faire grandir dans mon utérus. M’envoyer en l’air, oui, prendre du plaisir, oui. Pour les gosses, je laisse ça aux autres. Ça en défrise toujours certaines ou certains…

Pour conclure (dans le foin), cette étude qui nous parle de la place des femmes dans la société, du féminisme, de nos droits obtenus de haute lutte (une dure lutte), du fait que certains ne veulent pas partager le pouvoir avec la moitié de l’humanité, que certaines femmes, elles-mêmes, préfèrent rester dans le rang, ne se lit pas d’une seule traite.

Les sujets sont vastes, denses et il vaut mieux être au calme pour en apprécier toutes les informations données. C’est 230 pages d’un condensé qui ne se boit pas d’un coup, tant on a envie aussi de grimper au mur devant toutes les injustices dont nous furent les victimes, nous les femmes. Et dont nous sommes toujours victimes !

Le plafond de verre est toujours sur nos têtes et nos droits, chèrement acquis, peuvent disparaître du jour au lendemain, sans que nous nous en rendions compte.

Gare à nous, les sorcières des temps modernes, qui refusons le maquillage, la teinture pour nos cheveux et qui, lorsque nous vieillissons, ne bénéficions pas de la sagesse que les mecs acquièrent, eux, avec les cheveux gris !

Putain, on s’est quand même bien fait baiser durant tout ce temps ! Parce que même sans être une petite chose fragile, même sans vivre avec un homme castrateur, même en possédant une grande liberté d’action, même en ayant fait mes propres choix, on s’en prendra tout de même plein la gueule du fait de notre sexe féminin.

Une étude sociologique à lire et à faire découvrir.

Merci à Bianca pour celle LC hautement instructive ! Hormis quelques points de détail sur lesquels nous avons des avis différents, pour tout le reste, nous avons appris des choses et nous sommes au diapason.

Le Haunted reading bingo du Challenge Halloween 2021 chez Lou & Hilde (Sorcières).

47 réflexions au sujet de « Sorcières – La puissance invaincue des femmes : Mona Chollet [LC avec Bianca] »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Octobre 2021 | The Cannibal Lecteur

  2. Et oui c’est vraiment mal vu de ne pas vouloir d’enfant… Quand je pense à ce que m’ont répondu les gynéco quand je leur ai parlé de stérilisation définitive… Ça m’énerve. Pourquoi sommes nous obligées de nous justifier quand on ne veut pas d’enfants, pourquoi doit on subir les remarques déplacées… Chacun vit sa vie comme il l’entend. Bref je m’égare. Merci pour cette découverte, elle m’intéresse beaucoup !
    Passes une belle soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ma belle-soeur a eu la blague lorsqu’elle a demandé qu’on lui ligature les trompes après deux enfants. Le médecin lui a dit « et si l’un de vos enfants meure, vous ne saurez plus en faire un autre »…. Elle a viré au rouge cramoisi ! Comme si on remplaçait un enfant mort par un nouveau…. :/

      Mais non, on ne peut pas refuser la maternité, on est programmée pour ça, point barre… La société a encore du chemin à faire !

      Aimé par 1 personne

      • Quelle horreur de pouvoir ne serait-ce qu’avoir l’idée de poser une question pareille… C’est d’une idiotie affligeante, d’autant plus qu’elle est prononcée par un professionnel de santé. C’est une honte.
        N’ayant pas d’enfants, ils m’ont suggérer d’avoir recourt à un suivi psychiatrique car je cite entre autres « ce n’est pas normal de vouloir se mutiler de la sorte pour ne pas obtenir quelque chose de naturel » et aussi « vous pensez à ces femmes qui cherchent toutes leurs vies a faire des enfants pendant que vous, vous refuser cet acte de la nature » …
        Sérieusement. Bref, si je me lance plus loin dans le sujet, je vais m’énerver toute seule 🤭😇
        Tu as raison, la société a du chemin à faire pour sortir de ses idéologies archaïques… J’espère que les générations à venir pourront obtenir ce droit comme ils sont sensés nous l’offrir maintenant, a notre demande et sans préjugés ridicules. 🤞

        Aimé par 1 personne

        • Entre nous, qu’est-ce que ça changera dans la vie de ces femmes qui ne savent pas avoir d’enfants que nous en fassions 10 ?? Ou même une seul ? Ça ne changera rien pour elles, malheureusement…

          J’ai répondu un jour, à une qui me cassait les choses que je ne possède pas « tu manges tous les jours, non ?? Et tu penses à ceux et celles qui crèvent de faim ? Ça ’empêche de manger ? Non… Pareil pour le logement que tu possèdes, les vêtements que tu portes, le job que tu as, les vacances que tu prends,…. ». Sont choqués, ensuite, on te dit que ce n’est pas la même chose… Ben si ! J’arrête aussi sinon je vais aller m’énerver à tes côtés 😆

          J’aime

  3. Tu lis des ouvrages féministes maintenant???
    Au moins l’évocation des sorcières, cela en fait des innocentes tuées. Toi qui aimes les histoires bien sombres, en voilà une qui est réelle en plus.
    Y a t’il une époque où l’on ne considérais pas une femme comme inférieure?

    Aimé par 1 personne

    • Mais oui ! Sans être féministe acharnée, je grince toujours des dents en apprenant que notre salaire est inférieur à celui d’un mec (pas dans toutes les professions) et qu’à partir du 4 novembre, bien des femmes bossent gratos puisque sur une année et sur un salaire mensuel net de 1.800€ (et des poussières), nous gagnons l’équivalent de 2 mois de salaire en moins par rapport à ceux qui possèdent une bite (et le même diplôme, la même ancienneté, le même poste). Merde, ça me défrise les poils du cul 👿

      Aimé par 1 personne

      • Et oui, mais le pire c’est que c’est illégal, que l’Etat sait quelles entreprises ne respectent pas la loi. Mais il ne fait rien. Il ne faudrait pas déranger les patrons d’entreprises. Un choix soutenu par le patronat. Donc celles qui font le choix de respecter la loi communiquent dessus et se font passer pour des gentils. L’égalité de salaire ce n’est pas encore pour demain.

        Aimé par 1 personne

        • Z’en ont rien à foutre… mais ils se permettent ensuite de traiter d’autres pays d’attardés ou « pas égalitaires en droit ».. Ok, on est mieux qu’eux pour certaines matières, mais bon, loin d’être au top nous sommes :/

          J’aime

  4. Là sorcellerie était une accusation bien pratique pour zigouiller celles qui dérangeaient mais effectivement la sorcière ce n’est pas une femme qui a pactisé avec Satan ou qui mijote des trucs infâmes dans son chaudron… c’est juste une femme qui menace l’ordre établi.

    Dans les théocraties accuser celui qui dérange de frayer avec le diable est le plus sûr moyen de s’en débarrasser avec zéro chances de défense !

    L’accusation de sorcellerie est toujours posée dans certaines parties de l’Afrique pour mettre au rencard des femmes ou même des enfants qui dérangent certains intérêts. Des enfants ou des veuves se sont trouvés dépossédés de leur héritage par des oncles ou tante sous couvert d’accusations de sorcellerie…

    D’ailleurs sur une chaîne YouTube (Occulture) consacrée à l’affaire de Salem les youtubeurs développent une thèse passionnante démontrant que ces accusations étaient portées par les membres d’un clan et leurs alliés contre une autre grande famille élargie juste pour pouvoir s’approprier leurs terres! C’est très convainquant !

    Et c’est clair; comme tu le dis si bien sous couvert d’humour… si les sorcières avaient de réels pouvoir diaboliques elles ne se seraient pas faites avoir! 🙄

    Cela étant tu as aujourd’hui quelques illuminées ecolo-féministes qui pratiquent des cultes et cérémonies païennes en se prétendant sorcières… évidemment leurs sortilèges éventuels sont aussi efficaces que mes prières à la Vierge pour gagner à la loterie! Mais… si ça les amuse d’y croire et que leurs rites réinventés trouvés sur le net et aux origines non attestées leur permet de trouver un sens à leur vie ou d’essayer de gagner des sous en faisant croire à des pigeons qu’elles vont les rendre plus heureux en brûlant de la sauge et en les aspergeant de sperme de hiboux fermenté dans de l’extrait de mandragore… grand bien leur fasse! 😬

    Je suis assez caustique au sujet de ces néo sorcières car si l’invention du concept de sorcière est le résultat de l’oppression patriarcale sur les femmes qui osaient le menacer je suis assez perplexe de voir des femmes se prétendre sorcières et féministes en ressortant tout le folklore et toute la panoplie de ces clichés inventés par quelques moines dérangés qu’un bout de sein, de fesse ou un vagin terrifiaient! Pas besoin d’organiser des sabbats ou d’enfourcher un balais pour être une femme libre et penser librement! Ressortir toutes ces bêtises néo-paganistes crées de toute pièces par un carholicisme qu’on prétend rejeter en sombrant quand même dans une pensée magique absurde ça n’a rien de rationnel… et pas certaine que ça serve vraiment la cause des femmes. 😤

    Aimé par 1 personne

    • La preuve que les femmes restent coincées dans le patriarcat et ne connaissent rien sur l’origine des sorcières… Pour la plupart, elles ne savent pas, donc, elles reproduisent ce qu’elles pensent être un truc drôle ou fun. L’humain n’est pas la créature la plus intelligente sur terre.

      J’ai appris aussi que les bûchers aux sorcières n’étaient pas le fait des curés, prêtres, inquisition, mais bien souvent des juges laïcs ou des bonnes gens… :/ Comme quoi, l’église n’est pas toujours coupable des conneries…

      Comme je résume souvent avec un proverbe qui fonctionne pour plein de choses « lorsque l’on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage »…

      En tout cas, tu as tout bien résumé dans ton comm ! 😉

      J’aime

      • En effet! L’inquisition catholique aurait brûlé moins de gens que les… protestants! En 20 ans Calvin aurait brûlé à lui seul plus que l’inquisition en quelques siècles ! Cela tient au fait qu’elle abandonnait les impies au bras séculier et que les autorités laïques n’attendaient pas leur concours

        Aimé par 1 personne

        • Et pourtant, on balance toujours sur l’inquisition ! Oubliant les autres, qui ont fait pire…

          PS : tu as l’auteur de « Le défi Holmes contre Lupin et les brigades » sur la ligne 1… Il a laissé un petit commentaire mais comme ce n’est pas moi qui ait lu le livre, même si les précisions qu’il donne sur son ouvrage sont intéressantes, elles ne me concerneront que lorsque je le lirai 😉

          J’ai validé le commentaire ainsi, tu peux répondre 😉

          J’aime

  5. Et bin toute une description…..ouiii j’ai fini par dire « c’est la volonte de dieu »….et on ne m’enquiquine plus….zut flute…pourquoi les choix doivent toujours etre expliques…bref…
    Tout un chouette livre…;)

    Aimé par 1 personne

  6. Ping : Sorcières la puissance invaincue des femmes – Mona Chollet | des livres, des livres !

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.