Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-Tendre : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-Tendre

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1968

Résumé :
L’Ouest sauvage n’était pas vraiment fait pour les « pieds-tendres », ces immigrants venus de loin et ne connaissant rien à la vie sauvage de ces contrées.

Quelque part dans l’ Ouest, c’est l’enterrement du vieux Baddy, un ami de Lucky Luke. Jack Redy s’intéresse de près aux terres de Baddy. Mais pour l’instant, elles sont surveillées par Sam, un Amérindien.

L’avoué Jefferson annonce à Lucky Luke que Baddy se nommait en réalité Harold Lucius Badmington et que justement les terres de Baddy iront à son héritier : Waldo Badmington, un Anglais.

Lucky Luke prend donc en charge l’arrivée de ce Waldo Badmington et de le former aux dures lois de l’ Ouest.

Critique :
La tradition du bizutage n’est pas morte, même si elle a un peu changée depuis l’époque du Far-West où les pieds-tendres étaient très mal vu mais accueilli de manière très… heu… virulente !

Ne me demandez pas pourquoi l’Homme n’aime pas les bleu-bites car un jour, il en fut une…

Ici, les cow-boys de cette petite ville sans nom savent qu’ils vont en avoir pour leur sous lorsqu’on leur annonce l’arrivée de l’héritier du vieux Baddy, un certain Waldo Badmington en provenance de la très chic Angleterre.

Si l’album n’atteint pas les sommets des meilleurs, il n’en reste pas moins d’une excellente facture car il joue sur le flegme tout british de Waldo et de son majordome Jasper que rien, ou si peu, ne perturbe.

Ce qui est amusant, lors d’un bizutage, c’est la victime qui crie, mais si elle se laisse faire sans broncher, le jeu perd très vite son côté amusant. Attention, n’allez pas croire que je cautionne ce genre de truc, je déteste ça. J’analyse, c’est tout.

Arrivant à placer quelques jeux de mots (mais pas aussi bons que ceux dans Astérix), Goscinny déploie un scénario aux multiples rebondissements et réussi le tour de force de faire cohabiter un Indien et un butler anglais des plus guindés.

Lucky Luke, lui, est chargé de la protection de Waldo Badmington, qui, british pur sang, ne perdra jamais son sang-froid (quoique…) devant toutes les péripéties qui vont lui arriver, dont une parodie de procès.

Sans compter que notre lonesome cow-boy doit aussi en faire de cet Anglais raffiné, qui boit son thé à 17h, un parfait rancher et lui éviter de tomber dans les manigances du méchant du coin, Jack Redy, qui veut ses terres.

Il y a un vent de fraîcheur sur cet album, c’est enlevé, rythmé, sans temps mort et sans lourdeurs, comme j’ai déjà pu le constater dans d’autres albums de la série éditée chez Dargaud.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°55, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-Tendre : Morris & René Goscinny »

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois américain 2019 | Plaisirs à cultiver

  2. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Septembre 2019 [Mois Américain] | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Bilan du Mois Américain – Septembre 2019 [Chez Titine] | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.