Blueberry – Tome 22 – Le bout de la Piste : Jean-Michel Charlier et Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 22 – Le bout de la Piste

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Éditions : Novedi (1986) / Dupuis (1992) / Dargaud (2003)

Résumé :
Blueberry contacte le géneral Dodge pour qu’il plaide sa cause auprès du président Grant. Il a avec lui toutes les preuves de son innocence dans l’affaire du trésor des confédérés, mais il refuse de se livrer et de laisser faire la justice.

Il lui faut retrouver les véritables conspirateurs qui ont essayé de tuer Grant et sa piste remonte à Kelly, le directeur du penitencier où Blueberry était détenu.

Le Bout de la piste est le vingt-deuxième album de la série de bande dessinée Blueberry de Jean-Michel Charlier (scénario), Jean Giraud (dessin) et Janet Gale (couleurs).

Publié pour la première fois en 1986, c’est le dernier album du cycle de La Réhabilitation de Blueberry (deux tomes).

Critique :
Blueberry, comme le lecteur, arrive au bout de la piste d’un récit commencé 9 albums plus tôt dans « Chihuahua Pearl » (tome 13).

Ça fait long la tentative de réhabilitation, même si, depuis le tome 13, Blueberry a vécu des aventures pour 1.000 vies.

Il devait aussi se blanchir de deux actes d’accusation graves : le vol du trésor des Confédérés et la tentative d’assassinat du président Grant.

Si l’album précédent (La dernière carte) n’était pas au top au niveau du scénario et des couleurs, celui-ci renoue avec les grandes heures de Blueberry et les auteurs nous offrent un festival d’action, de suspense et de complot pour terminer ce cycle ainsi que clore toutes les anciennes affaires qui pendaient au cul de notre lieutenant.

Cela avait beau être ma 36ème relecture, il n’en reste pas moins que j’ai eu de belles surprises car j’avais oublié le nom du comploteur en chef et de celui qui le secondait, comme quoi, perdre la mémoire, ça a du bon aussi, on redécouvre l’histoire avec des yeux neufs.

Petit coup de blues car ce tome signe aussi la fin des aventures de Blueberry pour moi puisque les albums suivants ne font pas partie de mes préférés.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°84] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

Publicité

Blueberry – Tome 10 – Général « tête jaune » : Jean-Michel Charlier et Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 10 – Général « tête jaune »

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Dargaud (1971)

Résumé :
Malgré la promesse de Blueberry faite à Sitting Bull, le général Allister dit « Tête Jaune » compte bel et bien mener campagne contre les Sioux et les Cheyennes dans l’hiver des Collines Noires.

Publié en 1971, c’est le dernier du cycle du cheval de fer (quatre tomes)

Critique :
Higway to hell…

En référence à la chanson de AC/DC et au « GO TO HELL ! » expédié par le général Allister à Blueberry qui lui répondra, avec cynisme : « Nous y sommes déjà, sir ».

S’ils n’étaient pas sur une autoroute (anachronisme) c’était vraiment le chemin pour l’enfer que le 7ème de cavalerie a emprunté.

Cet album, je déteste le relire. Attention, n’allez pas croire que Charlier ait loupé son scénario, que du contraire, il est très bon, c’est juste que cet album est terrible…

Dans le tome précédent, Blueberry avait obtenu un armistice avec les Sioux, donnant sa parole (et le général Dodge aussi) pour que de vraies négociations aient lieu, promettant que les camps d’hiver ne seraient pas attaqué par les Longs-Couteaux alors que les guerriers étaient à la chasse.

Le général Allister, mourant d’envie de s’illustrer quelque part et n’ayant pas eu l’occasion durant la guerre de Sécession, décide d’aller « casser du sioux » afin repousser définitivement la menace.

Blueberry est enrôlé de force et forcé d’assister à la chronique d’un massacre annoncé, des deux côtés.

Steelfingers avait décroché la palme du méchant le plus machiavélique, sadique du la saga, mais Allister décrochera celle du plus entêté, du plus menteur, du plus enragé, de la plus mauvaise fois et de celui qui manque, finalement, de cou…rage (restons polie).

Le général Allister, qui a un peu des airs de Custer, on aurait envie de lui faire subir le supplice des fourmis rouges, de le pendre, de l’écarteler, de le guillotiner, de le brûler, de le découper en morceaux et de les jeter aux quatre vents après l’avoir fait piétiner par un troupeau de bisons en furie.

Ce général de MesDeux rêve d’honneur mais s’attaque, en traître, à un camp rempli de femmes, d’enfants, de vieillards et de quelques guerriers. Facile… Mais les Indiens sont cent fois plus brillants que lui.

Allister est un salopard qui n’hésite pas à sacrifier ses propres soldats, sans leur dire, bien entendu, leur demandant de tenir la passe et en ne respectant pas sa parole de venir les secourir. Un salopard, je me tue à vous le dire !

Et je râlerai toujours car, à la fin de l’album, il n’est même pas puni, pas de justice pour lui et ce fils de sa mère n’a même pas de conscience, pas de cœur non plus et encore moins de cou… rage (restons polie, restons polie, c’est un sans couilles).

Les dessins illustrent bien les combats, la difficulté de chevaucher dans la neige, les paysages magnifiques des Black Hills qui nous entourent et que nous ne savourons pas tant le récit est haletant, bourré de suspense, de violences, de combats, des ruses de Blueberry pour tenter de sauver le régiment qui, sans lui, aurait péri en entier.

Cet album est glaçant jusqu’à la moelle car ce genre d’individu a existé. Non pas Allister en tant que tel, mais des militaires comme lui, entêté jusqu’au boutisme, prêt à faire mourir tout le monde pour s’en sortir lui, prêt à entraîner son régiment dans sa folie, à la poursuite de ses chimères, tel un capitaine Achab pourchassant Moby Dick sans aucun discernement et n’écoutant pas la voix de la raison qui est celle de Blueberry.

Un tel personnage est intemporel et tous les pays peuvent se targuer d’en avoir eu un à la tête d’un groupe armé, tuant des gens désarmés.

Une fois de plus, encore un album relevé pour le duo Charlier/Giraud, les deux maestros aux commandes de cette série qui ne vieillit pas, qui est intemporelle, elle aussi, car les sujets traités sont toujours d’actualité : génocides, guerres, spoliations, racisme, magouilles, gaspillage des ressources naturelles, recherche du pouvoir, recherche des honneurs à n’importe quel prix, mensonges, traîtrises et j’en oublie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°63] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

Lucky Luke – Tome 29 – Des Barbelés sur la prairie : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 29 – Des Barbelés sur la prairie

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1967)

Résumé :
Felps, agriculteur, voit régulièrement les troupeaux de Cass Casey traverser ses champs de salade et, pour les protéger, entoure ses terres de barbelés. Casey considère ça comme une provocation. Lucky Luke tente alors de les réconcilier.

Critique :
Impossible de se lasser des aventures de Lucky Luke lorsqu’il était publié chez Dupuis et que le tandem Morris/Goscinny était au faîte de sa créativité.

Les suivants peuvent (presque) tous aller se rhabiller, personne n’arrive à la cheville de Goscinny.

Malgré le fait qu’il ne pouvait pas user de ses jeux de mots merveilleux, il arrive à déployer une histoire drôle, amusante, plaisante, et bourrée d’humour alors que nous sommes face à un conflit qui, dans la réalité, dû être plus sanglant ou du moins, plus violent.

Imaginez des troupeaux entiers de bovidés passant sur la Prairie à leur guise, au gré de leurs pas puisque la prairie appartenait à tout le monde et que les vaches broutaient là où elles avaient envie.

Et puis, au milieu de ses éleveurs se coula des fermiers qui n’avaient pas envie que des ruminants vinssent brouter leurs fleurs, leur gazon, leurs légumes. Donc, que firent-ils pour détourner l’immense troupeau ? Ils mirent des barbelés sur la prairie…

Horreur, effroi, autant y foutre de la dynamite, cela eut été moins dangereux ! Sauf si vous avec Lucky Luke à vos côtés…

Presque une lutte des classes, la lutte que les fermiers vont opposer aux éleveurs bovins sera épique (normal, le barbelé, ça pique) et collégiale.

Cash Casey, gros éleveur qui mange viande, qui pense viande, qui est viande refuse que l’on empêche ses vaches de pâturer partout et Vernon Felps aura bien besoin de l’aide de notre cow-boy pour faire respecter son titre de propriété.

Tout est bon prétexte pour faire de l’humour dans les cases, les dessins sont épurés, les couleurs aussi, puisque ça devait coûter cher de colorier correctement et on se retrouve encore et toujours avec des cases pourvues de la même couleur, comme sur la couverture qui ne brille pas par les différents coloris de la prairie.

Mais oublions la moche couverture car dedans, c’est de la balle, de la pépite d’or, de l’excellence scénaristique et cet album fait partie de la catégorie des meilleurs, de la classe des plus fins, bref, la grande classe !

Sur la prairie, on pourrait presque entendre chanter ♫ c’est la lutte finale, groupons-nous et demain, les éle-veurs de va-a-a-ches, seront r’légués plus loin ♪ À bas les bouffeuses de foin ♪

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°66, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Lucky Luke – Tome 09 – Des Rails sur la prairie : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 09 – Des Rails sur la prairie

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1957)

Résumé :
Au bureau du président de la « Transcontinental Railway ». Le président a réuni ses collaborateurs pour une réunion, et leur annonce que cela fait des mois que la construction du chemin de fer transcontinental est arrêtée du côté de Dead Ox Gulch, à l’est de Chicago et à Las Puertitas, à l’ouest de San Francisco.

Il faut donc relier les deux tronçons de voie et vaincre ce vide immense entre les deux.

Mais certaines personnes mal intentionnées ne sont pas d’accord pour que cela se produise. Ils vont donc tout faire pour empêcher la jonction.

Mais c’est sans compter sur ce cow-boy de passage à Dead Ox Gulch. Son nom est Lucky Luke.

Critique :
Oh oui, encore ! Oh mon dieu ouiiiiii que c’est bon, mais que c’est bon (oui, j’ai tenté d’écrire un cri d’extase et de jouissance, digne d’un mauvais dialogue d’un mauvais porno).

Mais que c’est bon de quoi, au fait ? De revenir aux classiques du genre et surtout, de relire ce qui fut le premier album où Goscinny arriva avec son talentueux talent de scénariste talentueux.

Et je m’en fiche que ce soit une redite. On parle de Goscinny, là !

Pas de bol, le scénariste des Irréductibles Gaulois ne pouvait pas donner libre cours à ses jeux de mots divins, Morris n’étant pas fan de ça (c’est malin, ça)…

Comme ici c’est leur premier Lucky Luke ensemble, on sent que le couple se cherche, qu’il n’a pas encore trouvé ses marques, qu’il n’est pas encore rôdé, mais on sent que ça va viendre (j’ai lu tout les Lucky Luke de l’ère Dupuis au moins 36 fois, donc, je sais que ça va venir).

D’ailleurs, fallait le savoir que Morris ne scénarisait plus son Lucky Luke car sur ma vieille édition, le nom de Goscinny n’est même pas crédité sur la couverture ! On a juste droit à des R.G dans certains cases et ce n’est pas le R.G des Renseignements Généraux, je vous assure.

Anybref, au moins, durant toute l’ère de Goscinny, nous aurons des scénarios béton, amusant, avec des gags drôles et pas lourds ou laborieux, comme j’ai pu le constater en lisant les albums que Morris publia après son transfert chez Dargaud et surtout après la disparition de mon scénariste préféré.

L’album se veut satyre sociale et critique de la société d’alors. Non, pas celle du Far-West, mais celle de nos contrées à nous, dans les années 50.

Vous savez, ces gens qui ont peur du progrès, qui le refuse, qui veulent sauver les vertes prairies de leurs vaches, ne pas changer d’un iota, qui s’opposent donc au chemin de fer (dans notre cas), qui sortent les pancartes et le grand jeu pour faire partir le progrès qui frappe à leurs portes, mais qui, comme tous les autres, foncent ventre à terre, dès que l’on trouve de l’or noir, et oublient, bien entendu, leurs verts pâturages qui prendront des allures de « À l’ombre des derricks ».

Des râleurs, on en a toujours dans une société, de ceux qui refusent tout, juste par crainte du changement, parce que oui, le changement fait peur. Puis, une fois qu’on a apprivoisé cette nouveauté et vu tout ce qu’elle pouvait nous apporter, bien souvent, tout retour en arrière est impossible.

Sans oublier ceux qui ont des actions dans d’autres modes de transports (toujours dans notre cas) et qui ne veulent pas que le chemin de fer les prive de leurs revenus.

Comme je le disais au début, le duo est en rodage, Goscinny ne pouvait pas donner la pleine mesure de sa puissance scénaristique et on se retrouve, au début de l’album, avec quelques gags un peu niais, pas terribles terribles et des gros clichés sur les Indiens alcoolo qui ne pensent qu’à vous scalper.

Quelques gags sont mêmes un peu irréalistes, poussés, le trait est épais mais dans les Lucky Luke, il est permis de faire rouler un train sur de l’herbe, de le faire passer sous des rochers et de commencer une ligne de chemin de fer avec juste deux ouvriers.

Pas le meilleur de la série (et le tome 10 est catastrophique, lui) mais on sait qu’ensuite, des perles suivront pour notre plus grand plaisir à nous !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°64, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Couverture de l’édition de 1999 où le nom de Goscinny est enfin crédité sur la couverture !

Lucky Luke – Tome 35 – Jesse James : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 35 – Jesse James

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1969)

Résumé :
Deux détectives, Cosmo Smith et Fletcher Jones, de la fameuse agence Pinkerton (réputée pour passer incognito) viennent quémander de l’aide auprès de ce redoutable cow-boy habile aux armes, cavalier accompli, toujours prêt à secourir le plus faible, la veuve, l’orphelin ou l’opprimé, qui ignore la peur, ce serviteur de la justice aux nerfs d’acier plus connu sous le nom de Lucky Luke (sans oublier son fidèle compagnon sans qui toutes ces aventures ne seraient rien, son cheval Jolly Jumper).

Sa mission est de réussir à expulser du Texas le fameux gang des frères James. Après avoir écumé le Missouri, Jesse James et ses compagnons sont signalés au Texas.

Lucky Luke accepte de s’y rendre et permettre l’arrestation de la bande James.

Critique :
Il y a des tas d’incompréhension dans ma vie et on peut d’or et déjà ajouter le début de cet album où les auteurs nous exposent, en détail, toutes les qualités de Lucky Luke et de Jolly Jumper…

Qu’ils les ajoutent sur la page de garde, comme pour Astérix, ce serait bien pour ceux qui découvriraient la série sans la connaître, mais nous balancer deux pages de ce genre d’intro, je n’en vois pas la raison, si ce n’est que pour meubler.

Autant où les personnages de Billy The Kid, de Calamity Jane ou des Dalton, les vrais ou les cousins, étaient des portraits réussis, autant où celui de Jesse James est mince et ne provoque aucune empathie.

Monsieur voulait jouer à Robin des Bois, voler les pauvres pour donner aux riches, mais dès qu’il donnait l’argent au pauvre, celui-ci devenait riche et donc, Jesse James le braquait à son tour.

De toute façon, la réalité historique est que Jesse James était un voleur, point barre et la légende qui dit qu’il aurait donné de l’argent à une femme pour qu’elle sauve sa ferme de la banque, revolant ensuite cet argent au banquier, est fausse.

Il y avait du potentiel dans ce desperado et son frère qui nous cite Shakespeare à tous ses dialogues, même s’il ne dit que oui ou non. Il y avait du potentiel dans leur cousin, un gros balourd au cerveau léger. Mais on a loupé tout ça et le résultat donne un album mitigé où rien n’arrive à décoller vraiment.

Jesse James et sa bande vont jouer aux honnêtes gens comme le firent une fois les Dalton, mais en moins drôle, les gens de cette petite ville du Texas sont des couards, comme toujours, comme ceux de la ville où sévissait Billy The Kid, mais eux aussi en moins drôle et, comme tous les autres, ils auront un regain de fierté et trouveront leur courage, planqué aux fonds de leurs bottes.

Un album de Lucky Luke qui n’est guère brillant, où le potentiel de Jesse James est galvaudé et où les auteurs donnent l’impression de meubler des pages juste pour dire qu’ils ont rempli le quota nécessaire pour faire un album.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°59, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-Tendre : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-Tendre

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1968

Résumé :
L’Ouest sauvage n’était pas vraiment fait pour les « pieds-tendres », ces immigrants venus de loin et ne connaissant rien à la vie sauvage de ces contrées.

Quelque part dans l’ Ouest, c’est l’enterrement du vieux Baddy, un ami de Lucky Luke. Jack Redy s’intéresse de près aux terres de Baddy. Mais pour l’instant, elles sont surveillées par Sam, un Amérindien.

L’avoué Jefferson annonce à Lucky Luke que Baddy se nommait en réalité Harold Lucius Badmington et que justement les terres de Baddy iront à son héritier : Waldo Badmington, un Anglais.

Lucky Luke prend donc en charge l’arrivée de ce Waldo Badmington et de le former aux dures lois de l’ Ouest.

Critique :
La tradition du bizutage n’est pas morte, même si elle a un peu changée depuis l’époque du Far-West où les pieds-tendres étaient très mal vu mais accueilli de manière très… heu… virulente !

Ne me demandez pas pourquoi l’Homme n’aime pas les bleu-bites car un jour, il en fut une…

Ici, les cow-boys de cette petite ville sans nom savent qu’ils vont en avoir pour leur sous lorsqu’on leur annonce l’arrivée de l’héritier du vieux Baddy, un certain Waldo Badmington en provenance de la très chic Angleterre.

Si l’album n’atteint pas les sommets des meilleurs, il n’en reste pas moins d’une excellente facture car il joue sur le flegme tout british de Waldo et de son majordome Jasper que rien, ou si peu, ne perturbe.

Ce qui est amusant, lors d’un bizutage, c’est la victime qui crie, mais si elle se laisse faire sans broncher, le jeu perd très vite son côté amusant. Attention, n’allez pas croire que je cautionne ce genre de truc, je déteste ça. J’analyse, c’est tout.

Arrivant à placer quelques jeux de mots (mais pas aussi bons que ceux dans Astérix), Goscinny déploie un scénario aux multiples rebondissements et réussi le tour de force de faire cohabiter un Indien et un butler anglais des plus guindés.

Lucky Luke, lui, est chargé de la protection de Waldo Badmington, qui, british pur sang, ne perdra jamais son sang-froid (quoique…) devant toutes les péripéties qui vont lui arriver, dont une parodie de procès.

Sans compter que notre lonesome cow-boy doit aussi en faire de cet Anglais raffiné, qui boit son thé à 17h, un parfait rancher et lui éviter de tomber dans les manigances du méchant du coin, Jack Redy, qui veut ses terres.

Il y a un vent de fraîcheur sur cet album, c’est enlevé, rythmé, sans temps mort et sans lourdeurs, comme j’ai déjà pu le constater dans d’autres albums de la série éditée chez Dargaud.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°55, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Bernard Prince – Tome 04 – Aventure à Manhattan : Hermann & Greg

Titre : Bernard Prince – Tome 04 – Aventure à Manhattan

Scénariste : Greg
Dessinateur : Hermann

Édition : Le Lombard (1971)

Résumé :
Fin décembre, l’équipage du Cormoran fait escale à New York afin de livrer des marchandises à un client.

Dans le port, Barney Jordan reçoit une étrange proposition : on lui demande de prendre la place, temporairement et contre une forte rétribution, d’un milliardaire de Boslavie à qui il ressemble étonnement…

Critique :
♫ Dans l’port d’Manhattan, y’a un milliardaire qui fume et un Barney Jordan qui l’alcool écume dans l’port d’Manhattan ♪

Rassurez-vous, je ne vais pas écorcher plus longtemps la chanson de Jacques Brel mais à défaut du port d’Amsterdam (qui n’aurait pas collé avec le Mois Américain), on a le port de Manhattan où nos trois amis viennent d’accoster.

On les a placé dans les quais des transatlantiques et Barney Jordan avait envie de s’arrimer aux côtés du France et de lui demander de se pousser un peu.

Le gros transatlantique est celui d’Aloysus Gerdelsohn, un milliardaire de Boslavie (qui doit se trouver non loin de la Bordurie des aventures de Tintin) et le nom du rafiot a des accents flamand puisqu’il se nomme « Graf Gustav » et « Graaf », ça veut dire comte dans la langue de Vondel du Nord de mon pays qui n’est pas plat.

La substitution, ça n’existe pas (Bécaud, arrête de chanter !) ! Même les sosies de… ne leur sont pas semblables au point d’avoir l’impression d’être face à des jumeaux parfaits. Avec du grimage, on peut y arriver mais faut pas oublier le ramage qui bien souvent n’a rien à voir avec la personne copiée. Souvent copié, mais jamais égalé, pourrait-on dire.

Hormis dans la bédé ou tout peut arriver et puisque Barney Jordan ressemble comme deux gouttes d’eau à Aloysus Gerdelsohn, il lui est demandé de jouer son rôle pour que ce dernier puisse vaquer à ses signatures de contrats sans que son adversaire du pays voisin ne lui les souffle sous le nez.

De l’humour, de l’action, un temps de merde où tombe la neige (non, Adamo, sors de ma tête) et un plan de génie pour arriver à retrouver une personne disparue parce que enlevée.

La Patrouille des Castors l’avait utilisé aussi, cette astuce, dans un de leur album, pour retrouver le vélomoteur de Tapir (Les loups écarlates), mais eux s’étaient adressés aux scouts, Bernard Prince, lui, a bossé à Interpol et connait des truands.

Sans révolutionner le genre, cette aventure est tout de même bien fichue, les décors de Manhattan avec leurs grattes-ciel sublimés par la neige, les rafales de vents, les quartiers sordides bien représentés avec des tons plus sombre, faisant ressortir la glauquitude (oui, j’invente des mots et je vous les offre) des lieux.

Pas de temps mort, du suspense, de l’adrénaline, de l’humour, des retournements de situations, un milliardaire qui a de la suite dans les idées et du courage à revendre, sans oublier un caractère bougon comme son sosie, Barney Jordan.

Une aventure et une enquête, qui, pour une fois, se déroulent dans une vraie ville et pas dans les confins des trous du cul du monde, dans tous ces endroits où nous n’aurions pas envie d’aller en vacances et puis, dans cet album, on ne se frotte pas aux éléments naturels déchaînés, ni à des monstres marins, ni à des pirates, ni à des volcans crachant du feu.

Reposant, cette aventure !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°40 et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Bernard Prince – Tome 7 – La fournaise des damnés : Hermann & Greg

Titre : Bernard Prince – Tome 7 – La fournaise des damnés

Scénariste : Greg
Dessinateur : Hermann

Édition : Le Lombard (1974) / Le Lombard (1999)

Résumé :
Un appel au rassemblement d’urgence de bateaux de petit tonnage déroute le Cormoran et son fameux équipage.

En effet, plus de cinq cents personnes sont prisonnières d’un feu gigantesque qui les accule inexorablement vers les falaises de Caranoé.

Alors que s’organise l’opération de sauvetage, Bernard Prince s’aperçoit que le brasier risque de séparer les sinistrés et que certains vont se retrouver coincés sur une partie de la côte appelée « les dents de Neptune ».

Avec l’accord du responsable de l’opération, Prince décide d’atteindre ces rescapés en traversant le feu pour les avertir que du secours mené par Jordan va arriver à cet endroit craint par tous les marins.

Critique :
♫ Allumer le feu ♪ Allumer le feu ♪ Et faire danser les diables et les dieux Allumer le feu ♪  Allumer le feu ♫ Et voir grandir la flamme dans vos yeux ♫ Allumer le feu…

Cette aventure a beau être « tout est bien qui finit bien », elle fait partie de mes préférées.

Cherchez pas à comprendre mais la traversée d’une île en feu, par Bernard Jordan, afin d’aller prévenir les rescapés qui auraient été se réfugier à l’autre pointe de l’île, que des bateaux vont arriver les chercher, et ce, malgré les récits, vaut toutes les aventures du monde.

Déjà, fallait y penser, aux rescapés qui allaient prendre la direction opposée de l’île et se retrouver devant une mer déchainée, sans aucun secours, puisque tous les bateaux appelés sont de l’autre côté…

En plus, fallait oser traverser l’ile pour les prévenir, au risque de se faire bouffer par le feu pendant que son équipage risquait de s’empaler sur les récifs du requin.

Alternant deux aventures, les auteurs nous montrent Prince avançant dans la fournaise de l’enfer, suant à cause de l’incendie qui vient de passer tandis que son second, Barney Jordan est en train, lui, d’avancer sur une mer démontée.

Si l’un rêve d’eau, l’autre aimerait en avoir moins parce que l’eau, ça mouille… Hé, faut pas croire que le périple de l’un sera moins compliqué ou dangereux que celui de l’autre, des deux côtés on risque sa peau, le suspense est au summum, on tremble pour eux, même si on se doute que tout se finira bien.

Le petit plus dans cette aventure, c’est Boule de Poils, un petit ourson qui va accompagner Bernard Prince durant sa traversée, sa père ayant péri et qui a une bouille toute mignonne et dont on aurait envie de lui faire un gros câlin, nous aussi.

À l’ourson, pas à Bernard Prince, le gros câlin… Quoique… Bon, peut-être pas tout de suite, laissons-lui le temps de prendre une douche et de se savonner bien fort, parce que là, il doit sentir le cochon brûlé et la cendre à des kilomètres à la ronde.

Oui, une fois de plus, Bernard Prince et Barney Jordan nous démontrent qu’ils sont sévèrement burnés ou vachement givré, mais eux, jamais ils ne resteront les bras croisés quand des vies humaines sont en jeu.

Les dessins nous donnent vraiment la sensation de nous trouver dans l’antichambre de l’enfer et ça donne soif, toute cette cendre, toute cette chaleur, toute cette eau glacée dans laquelle des marins barbotent… Vite, un bon gros, Djinn sait où Prince cache le sucre…

Un tome bourré de suspense, d’aventures, de palpitations cardiaques, d’humour, car ils ne sont pas avares en mauvais jeu de mots et en roulements de mécaniques, nos gus, lançant des imprécations à tout va.

Pour ceux et celles qui aiment l’Aventure et qui n’ont pas peur de se brûler les petits petons ou qui n’ont rien contre le fait d’avoir le feu au cul…

Jetez-vous à l’eau, vous ne le regretterez pas.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

Bernard Prince – Tome 6 – La loi de l’ouragan : Greg & Hermann

Titre : Bernard Prince – Tome 6 – La loi de l’ouragan

Scénariste : Greg
Dessinateur : Hermann

Édition : Le Lombard (1973) / Le Lombard (1998)

Résumé :
Par une tiède soirée, le Cormoran aborde le rivage enchanteur de Tago-Tago, l’île aux mille parfums. Dans un bar, en pleine bagarre, Jordan rencontre El Lobo qui vient d’acquérir aux cartes, une pêcherie de perles.

Bernard Prince, Jordan, Djinn décident de l’accompagner.

Sur place, la pêcherie est loin d’être aussi rentable que prévu car elle est menacée par une murène géante, empêchant les plongeurs de pêcher les perles…

Critique :
♫ Comme un ouragan, la tempête en moi, a balayé le passé. ♫ Allumer ma vie, c’est un incendie, qu’on ne peut plus arrêter. ♪

Mes excuses à tout ceux et celles qui vont chantonner ces paroles hautement intellectuelles durant toute une partie de la journée.

Dans une aventure de Spirou et Fantasio, la murène dont on parlait était en fait le surnom d’un bandit, un voleur (Le repaire de la murène, tome 9), mais ici, dans Bernard Prince, nous sommes face à une grosse bêbête pas commode du tout.

Elle attaque les plongeurs, elle les dévore… Oui, quand murène fâchée, elle toujours faire ainsi.

Une fois de plus, on a le souffle de la grande aventure, celle avec un grand A, le tout mâtiné d’exotisme.

Un vieil ami à Barney Jordan a gagné au jeu un tiers d’une exploitation d’huitre perlière, mais à cause du gros serpent de mer pas commode, les perles, on les enfile car impossible de plonger, sauf à vouloir jouer à Jonas dans le ventre de la murène, puisqu’on n’a pas de baleine.

L’inconvénient, ou l’avantage, dans les albums de Bernard Prince, c’est que les gentils gagnent toujours, ne se font pas tuer et que bien souvent les méchants sont punis, par la justice ou par la grande faucheuse, qui, comme ici, fera intervenir son bras armé qu’est la nature en déclenchant un ouragan qui va dicter sa loi.

Je ne spolie rien, tout est dans le titre…

On comprend bien les motivations du méchant, elles sont claires, elles sont habituelles (de toute façon, il n’y en a pas 36.000) et on comprend encore mieux la manière de réfléchir des autochtones qui, avec de l’alcool et de beaux discours, deviennent aussi enragé qu’une murène affamée.

Avec Prince, au moins, on ne sort pas les flingues pour tirer sur la foule en délire, pas de balle en caoutchouc ou autre matière lancée à bout portant, juste la bonne vieille technique de la pèche au moules et hop, tout rentre dans l’ordre.

Alors oui, c’est assez simpliste, c’est bourré de bons sentiments, comme Bernard Prince qui plonge pour sauver de la noyade le mec qui lui tirait dessus avant (moi, pour ma part, hein… *sifflote*) et qui va leur filer un coup de main pour mater la bestiole.

Et oui, même si le dessin de Bernard en maillot ne nous rend pas rêveuse et qu’il ne lui rend sans doute pas justice sur ce qu’il a dedans, je peux vous assurer qu’il en a des grosses pour oser aller affronter la bête dans son antre. Bon, l’eau devait être froide, aussi, et ça a dû rétrécir… Je ne vous apprend rien, messieurs.

Sur cette tirade un peu limite, un peu coquine, très en-dessous de la ceinture, je vous rend l’antenne, tout en vous conseillant, si un jour vous tombez sur la saga de Bernard Prince, de la découvrir et d’être indulgent avec, car elle correspond à ce qui se faisait dans les années 70 (60+10) en matière de bédé jeunesse où le Bien devait triompher du Mal en toute occasion.

Malgré tout, elle reste assez en avant sur son temps dans le politiquement pas toujours correct puisque nous avons un jeune garçon qui voyage en mer avec deux hommes, sans aller à l’école et un marin d’eau salée qui carbure à l’alcool et ne dit jamais non à une bonne bagarre.

Bref, Bernard Prince, c’est de l’Aventure, de la détente, les beaux dessins d’Hermann (cocorico, c’est un belge) et mon seul bémol pour cet album concernera sa fin un peu abrupte ou en quelques cases on résout tout le problème et où un ouragan avait déjà tout résolu aussi…

♪ Comme un ouragan,
qui passait sur moi,
l’amour a tout emporté.
Dévastée nos vies,
des rêves en furie,
qu’on ne peut plus arrêter. ♫

Juste par pur sadisme…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

 

 

Blueberry – Tome 16 – Le Hors-la-loi : Jean-Michel Charlier & Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 16 – Le Hors-la-loi

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Dargaud (1974)

Résumé :
Le Hors-la-loi est le seizième album de la série de bande dessinée Blueberry de Jean-Michel Charlier (scénario) et Jean Giraud (dessin). Publié en 1974, c’est le premier album du cycle du premier complot contre Grant (deux tomes).

Emprisonné depuis plusieurs mois au bagne de Francisville, Blueberry « avoue » où se trouve caché le trésor des Confédérés qu’il aurait prétendument volé. Convoyé dans un train, il profite d’une attaque armée pour s’évader.

Par la suite, il trouve refuge dans un bordel tenu par Guffie Palmer et se voit dans la quasi-obligation d’accompagner un jeune homme, « Angel Face », vers le Mexique.

Lors de la pré-publication dans Pilote, l’épisode s’intitulait « L’Outlaw ».

Critique :
Ce n’est pas courant, mais ♫ les portes du pénitencier ♪ sur Blueberry se sont refermées et c’est là qu’il devra finir sa vie, sauf, si, tel les membres de la 7ème Compagnie, il s’évade au clair de lune.

Saut il s’évade, soit il va y crever parce que le directeur est un petit sadique de la pire espèce qui va le faire trimer sans eau, sans repos afin qu’il crache le morceau au sujet du trésor des confédérés après lequel il courait dans les 3 épisodes précédents.

Je ne divulguerai rien, mais sachez juste que l’Union n’a pas touché une seule pièce d’or de ce fabuleux trésor et bien entendu, tout le monde pense que Blueberry l’a enterré quelque part.

Blueberry, jamais à court d’idées folles, va nous la jouer à la Louis Chedid et chanter ♫ Je me suis fait la belle, je me suis fait la belle ♪

Machiavélique ! C’est le mot pour résumer cet album où j’étais bien incapable de dire qui baisait qui, car non seulement on va de surprise en surprise, mais en plus, celui qui croyait baiser peut se retrouver en train de se faire prendre à sec et sans élan et cela donnera un final bourré de « nom de dieu, j’l’ai pas vue venir celle-là », sauf si vous l’avez déjà lu et que vous vous souvenez de tout. Moi j’avais la mémoire vide.

Une fois de plus, les auteurs ne mettent pas leur héros dans de l’ouate et il va encore s’en prendre plein la gueule pour pas un balle, courir comme un fou, tenter de se dépêtrer de ce sac de noeuds et, comme d’habitude, faut pas penser que on termine en happy end mais que un cliffhanger qui laisse présager moult emmerdes pour le tome suivant.

Blueberry, une valeur sûre de la bédé, toujours un plaisir à relire.

Allez, vite la suite, parce que je ne m’en souviens plus du tout !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).