Le démon de la colline aux loups : Dimitri Rouchon-Borie

Titre : Le démon de la colline aux loups

Auteur : Dimitri Rouchon-Borie
Édition : Le Tripode (07/01/2021)

Résumé :
Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin.

Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d’amour et de passion, de moments de lumière… Il dit sa solitude, immense, la condition humaine.

Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C’est surtout un flot ininterrompu d’images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire.

Critique :
Lorsque j’ai ouvert ce roman, je ne m’attendais pas à prendre une telle claque dans ma gueule.

Pire, j’ai même froncé les sourcils devant le style d’écriture qui semblait avoir été fait par une personne peu instruite, ne possédant pas beaucoup de langage (ou de parlement, comme le dit notre narrateur), avec peu de ponctuation dans les phrases et dont les dialogues étaient inclus dans les blocs de texte.

Je disais à la nuit tu ne me feras pas peur j’ai plus noir que toi dans mon enfance.

Imbécile que j’étais et je m’en suis très vite rendu compte ensuite que le style d’écriture était parfaitement adapté au texte de la confession que nous livre un jeune homme en prison et dont nous ne savons encore rien pour le moment de ses crimes.

C’est pas son enfance qu’il commencera son récit, après nous avoir parlé un peu de la prison.

Imaginez des parents qui ne méritent pas le nom de parents… Imaginez l’inimaginable et vous aurez un bon départ pour ce roman dur, âpre, où j’ai souvent fermé les yeux, le coeur au bord des lèvres devant tant d’inhumanité. Les mots me manquent… Il n’y a pas de mots. Il n’y a plus de mots.

Jai été tentée de blinder mon esprit et mon coeur. Je l’ai fait en partie mais les mots m’ont atteint de plein fouet, telles les balles d’un fusil. Sans pour autant que l’auteur ait fait du glauque juste pour le plaisir d’en faire.

Comment des enfants peuvent-ils arriver à s’épanouir après avoir vécu ainsi ? Il faut de la force, du courage et pas de démon ancré dans son corps. Et notre jeune garçon (je ne vous donnerai pas son prénom dans ma chronique) va avoir bien du mal à se reconstruire, lui qui n’a jamais vécu comme un enfant normal, lui qui ne savait pas à quoi servait des crayons de couleurs.

Oui, les mots de l’auteur m’ont pété dans la gueule, son personnage principal m’a émue aux larmes, ce petit garçon qui a dû grandir comme il le pouvait, avec des traumatismes et le sentiment qu’il n’arriverait jamais à s’insérer dans notre société.

Avec ses mots à lui, avec beaucoup de naïveté, notre jeune narrateur va nous conter sa vie de misère, nous parler du père et de la mère, de ses frères, soeurs, de l’école et de son démon intérieur.

Durant tout le récit, on a envie de prier qu’il trouve le chemin pour s’en sortir, pour guérir. Et lui, il continue de mettre des mots sur ses maux, avec naïveté mais aussi avec de la profondeur car c’est tout un pan de la justice que l’auteur met en scène, avec les circonstances atténuantes, la culpabilité, la juste punition et celle qui ne rendra jamais justice, quelque que soit la peine car certaines choses sont irréparables.

Il aborde aussi d’autres thématiques comme l’enfer qui est toujours pavé de bonnes intentions, l’hérédité, le conditionnement, le mal que l’on fait bien et le bien que l’on fait mal.

Un récit percutant, dur, violent, brut de décoffrage avec cette économie de ponctuation (rassurez-vous, en lisant, vous la ferez vous même sans soucis), ces mots qui semblent légers mais qui pèsent comme un cheval mort.

Anybref, ce roman, c’est une tempête émotionnelle, c’est sombre, mais aussi lumineux car notre narrateur, malgré ses crimes, ses erreurs, ses errances, est resté un personnage pour lequel on ne peut avoir que de l’empathie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°241].

28 réflexions au sujet de « Le démon de la colline aux loups : Dimitri Rouchon-Borie »

  1. Tu as l’air d’avoir bien apprécié ta lecture.😁 En revanche le résumé ne donne pas trop d’éléments sur les données de l’histoire. C’est trop peu pour me décider même si je sais ton goût certain. 😉 D’ailleurs méfie toi avec ton bon goût… C’est qu’on ne sait pas trop ce qu’est devenu un certain Hannibal L. 🙄

    Ok… elle est nulle… je sors! 😬

    Aimé par 1 personne

    • Oui, j’ai apprécié, même si j’ai eu du mal dans les premières pages avec le style du narrateur, mais il allait comme un gant à ce récit. Il vaut mieux ne pas en savoir trop au départ, sinon, on déflore l’histoire et ce serait dommage…

      Pour Hannibal, chez nous, il bouffe des croquettes et l’autre, il n’aura que peu de succès avec ses recettes à Top Chef, sauf celle de « je vomis dans les chiottes » 😆

      J'aime

  2. J’ai tout simplement adore…ce livre me colle encore a la peau…rien qu’a lire ta critique…j’ai encore des frissons…mon dernier coup de coeur en date…;)…oohhh encore un livre en commun…;)

    Aimé par 1 personne

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.