Traitors Gate : Anne Perry

Titre : Traitors Gate                                             big_4
Auteur : Anne Perry

Édition :  10/18

Résumé :
Sir Arthur Desmond, mentor du commissaire Thomas Pitt, est retrouvé mort dans un club londonien. Accident ? Suicide ? Son fils n’y croit pas et demande à Thomas d’enquêter.

Pendant ce temps, au ministère des Colonies, un traître divulgue à l’Allemagne des informations sur la politique anglaise en Afrique.

Or, Desmond travaillait aux Affaires étrangères et avait porté des accusations contre le gouvernement au sujet des colonies. Les suspects : un groupe d’hommes très influents et fort soucieux de leur réputation.

C’est alors que le corps d’une aristocrate londonienne est découvert dans la Tamise…

Thomas Pitt et sa femme vont risquer leur vie dans cette intrigue qui mêle souvenirs, amitié et affaire d’État. C’est toute l’expansion de l’Empire qui est en jeu.

La  » reine  » du polar victorien nous entraîne de nouveau, avec jubilation, dans une époque dont elle connaît tous les secrets.

Critique : 
Avec l’auteur, on ne perd pas son temps en palabres inutiles durant des pages et des pages, mais on va directement au nœud du problème rapidement : Sir Arthur Desmond, mentor du commissaire Pitt, est mort et son décès est plus que suspect au yeux de son fils, Matthew.

Voilà pourquoi il demande à son ami Pitt d’enquêter sur ce qu’il pense être un assassinat et tant qu’il y est, il pourrait aussi trouver le responsable des fuites au Ministère des Colonies.

Parce que franchement, ça commence à bien faire ce petit rigolo qui passe des infos importantes sur l’Afrique aux Allemands ! Déjà que le climat entre les deux grandes puissances est délétère en ce qui concerne la politique coloniale Africaine. Manquerait plus qu’ils leur chouravent des futures colonies…

Voilà donc notre commissaire Pitt embarqué dans une enquête pas facile du tout : faut agir tout en diplomatie au Ministère des Colonies pour ne pas affoler le traître, enquêter en toute discrétion sur la mort de Sir Desmond car le « Cercle Intérieur », la puissante organisation, y est sans aucun doute mêlée et le supérieur du commissaire Pitt en fait partie.

Bref, c’est chaud boulette pour notre commissaire dégingandé. Mais je n’ai pas trop peur, je sais qu’il va arriver à démêler cette pelote de laine. Normal, il a un manteau aussi fripé que celui de l’inspecteur Columbo.

L’avantage, dans les romans de madame Perry, c’est que l’on en apprend plus sur les mœurs de l’époque victorienne. Pas vraiment sur la couleur des petits dessous affriolants ou sur les releveurs de seins ou de fesses que les dames portaient dans leurs lourdes jupes, mais plutôt sur la manière de penser des gens de l’époque, sur les différences flagrantes entre les classes sociales ou les droits et les non-droits des uns et autres.

– Si Christabel réussit, lorsque vous irez chez le dentiste ou à la banque, ou que vous ferez appel à un plombier ou à un architecte, vous aurez une chance de tomber sur une femme ! Et Dieu fasse que votre médecin ou votre pasteur n’en soit pas une !
Pitt demeura sans voix.
– Au-delà de l’incapacité émotionnelle, intellectuelle et physique des femmes à exercer ce genre de fonctions [celles des hommes], poursuivit Aylmer, il ne faut pas oublier que cela privera de leur travail des milliers d’hommes. Je vous l’ai dit, Christabel Thorne est une vraie révolutionnaire !
– Et… on la laisse faire ? s’étonna Pitt.
– Bien sûr que non ! Mais avez-vous déjà d’arrêter une femme vraiment déterminée ? N’importe quelle femme, veux-je dire, pas nécessairement Christabel Thorne.
Pitt pensa a Vespasia et sut exactement ce qu’Aymler voulait dire.

Ici, on parlera plus de l’Afrique et des colons anglais, allemands et… belges, que de thé et de scones. Ce sont tout ces petits détails politiques sur les colonies en Afrique qui m’ont fait adorer ce roman, bien plus porté sur la politique étrangère que les autres.

– Vraiment, les bénéfices seront énormes, pour un coût relativement bas, dit Chancellor.
– Pour nous, oui, fit Kreisler d’une voix sourde. Mais pour les Africains ?
– Pour eux aussi. Ils vont sortir de leur préhistoire pour entrer directement dans le XIXe siècle. [Chancellor]
– C’est bien ce que je pensais, fit Susannah [épouse de Chancellor], toujours songeuse. mais des transitions aussi brutales ne vont pas sans violence. Ces gens-là ne veulent peut-être pas d’un mode de vie que nous leur imposons sans leur demander leur avis.
– Ces gens-là ne savent pas ce que nous allons leur apporter, ironisa Chancellor. Ils ne peuvent donc pas avoir d’opinion.
– C’est bien ce que je pense : nous décidons pour eux, souligna Susannah. Je ne suis pas sûre que nous ayons le droit de faire cela.

Je dois dire que le roman à soulevé mon enthousiasme (à défaut de soulever les jupes des dames) et les 378 pages ont défilé sans que je les voie passer.

Pourtant, dans ce tome, Charlotte est moins présente dans l’enquête, pas de tea-party, pas d’Emily non plus, sa sœur. Non, nous avons une Charlotte un peu en retrait, sauf à la fin, où elle va cartonner.

Les deux enquêtes de Pitt se marient bien, un cadavre s’ajoute pour une 3ème enquête et j’ai été étonnée de la tournure des événements dans le final. L’auteur a varié les plaisirs.

Certes, pas de « trépidations » au sens propre de l’action, mais un roman plus profond sur la politique de colonisation et ses multiples dérives. Et Dieu sait qu’elles furent nombreuses.

Des personnages attachants et des crocs-en-jambes finaux qui ne furent pas pour me déplaire ! Un vrai plaisir de lecture.

PS : J’ai posté ce billet avec 5 jours d’avance pour la LC de mai chez Bianca, parce que la dernière fois, j’avais quelques jours de retard et Bianca m’a durement punie : 20 coups de fouet (oh ouiiii) et l’intégrale Harlequin à lire !

Lu dans le cadre du Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), du Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), du Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, de l’Objectif « PAL Noire à Zéro » de George et « Vingt Mille Lieues Sous Mes Étagères » by The Cannibal Lecteur, du Challenge « Victorien » chez Arieste, du Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et, last but not leaste, d’une LC chezBianca.

Publicités

16 réflexions au sujet de « Traitors Gate : Anne Perry »

  1. Ping : Bilan Livresque : Avril 2014 | The Cannibal Lecteur

  2. Et tu en es d’où de l’intégrale d’Harlequin hein ? J’ai l’impression que ça n’avance pas vite ! Comme toujours ton billet est un régal d’humour, je n’ai pas trop accroché à l’histoire mais j’ai aimé en apprendre davantage sur le passé de Thomas et le fait que Charlotte soit en retrait, sauf pour le final, ne m’a pas gênée, c’est bien que de temps en temps, la vedette ce soit lui 😉

    J'aime

    • J’avance péniblement dans l’intégrale de Harlequin, mais je perd beaucoup de temps à réécrire leurs bouquins 😀

      Le passé de Thomas, ça faisait du bien, on y avait pas eu souvent droit… 😦 parfois, ce sont les tea-party qui me pompent l’air 😀

      J'aime

  3. Ping : Traitors Gate | des livres, des livres !

  4. Ping : Traitors Gate de Anne Perry | Dans le manoir aux livres

  5. Je n’ai toujours rien lu de Anne Perry (ça veut dire que je vais avoir droit aux coups de fouet, aussi ? ^^), alors que je n’en entends que du bien. Mais tant que les journées ne feron pas 78h… Dis-moi, il faut impérativement lire la série dans l’ordre ou bien on peut commencer par le tome que l’on veut (ou celui qu’on trouve en premier, plus justement) ?

    J'aime

    • Non, je ne frappe plus, suis fatiguée… demain, je tape !

      Conseil, il vaut mieux commencer par le premier « l’étrangleur de cater street » pour avoir le couple qui se forme et puisque tout évolue et qu’on nous parle parfois d’anciennes affaires…

      Maintenant, tu voudrais en lire un en particulier, rien de t’empêche de l’acheter et de le lire ! Sache juste qu’il y a une sorte de continuité, des personnages récurrents dont tu ne sauras pas toujours comment ils sont devenus amis, mais bon, c’est pas mortel non plus 😉

      J'aime

  6. Ping : "Objectif PAL Noire à Zéro" ou "Vingt mille lieues sous mes étagères" | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s