[Jerry Spring] – Golden creek : Jijé (Tome 1)

Titre : Golden Creek                                                       big_3

Scénariste : Jijé
Dessinateur : Jijé
Édition : Dupuis (1955)

Résumé :
Les éleveurs sont à la recherche d’un groupe de mexicains qui volent le bétail.

Jerry Spring arrive de l’est pour épauler le shérif et arrêter les malfrats. Et si ces derniers n’étaient pas ceux que l’on croit mais une sombre organisation visant à s’approprier les terres en pourchassant des boucs émissaires ?

Une véritable chasse à l’homme est alors lancée dans les grandes étendues de l’ouest américain…

Critique : 
« Caramba, c’est raté » aurait pu dire le mexicain qui tenta de voler le cheval du gringo… Mais Ruby n’est pas un cheval qui se laisse monter par des cavaliers inconnus, lui, il ne tolère que Jerry Spring, son gringo de proprio.

Alors, d’un merveilleux coup de rein, il envoya le mexicain mordre la poussière.

Voilà comment une amitié a commencé entre Jerry Spring et Pancho, le mexicain qui avait fuit son ranch.

Des vaches ont été volées et les ranchman accusent les anciens vaqueros (cow-boy mexicain) d’y être pour quelque chose. Ils leur font la vie dure et les mexicains sont obligés de quitter leurs fermes. Jerry est en route pour aider le shérif.

Cette première aventure est pleine de bons sentiments : les gentils sont sans défauts, intelligents et bons comme le pain, quand aux méchants, ils cumulent les défauts que ça en devient exagéré. Mais c’est l’époque qui voulait ça (1955) et la très puritaine maison Dupuis.

Le dessin n’est pas encore aussi détaillé que dans les albums suivants, mais on sent bien qu’on aura affaire à autre chose qu’une bédé aux « gros nez ».

Malgré les bons sentiments et le happy end, l’auteur glisse tout de même des piques en direction des gens qui n’aiment pas l’autre et qui sont prêt à tout pour le rendre coupable.

Tir à la mitraillette aussi sur ceux qui n’hésitent pas à faire paître leurs troupeaux sur les terres laissées vacantes par les mexicains qui ont fui les représailles et dont les ranchmen pensent déjà à s’approprier. Tiens, donc, un air de déjà-vu !

L’enquête sur les vols de troupeau se résout assez vite (p27), Jerry Spring étant un véritable petit Sherlock Holmes en chaps, le Stetson remplaçant le haut-de-forme. Mais il faut aussi attraper le vilain pas beau !

La poursuite dans le désert m’a fait penser à celle que livra Lucky Luke avec le Docteur Doxey.

C’est aussi dans ce premier album que Jerry Spring rencontrera l’apache « Une seule flèche ».

Un album bourré de bons sentiments tels un fils pardonnant au meurtrier de son père et voulant le livrer à la justice… Sérieusement, moi, je livrerais l’assassin de mon père à la justice, mais après l’avoir découpé en morceaux (vivant) et frit dans des oignons !

Challenge « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur, « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2014), « Polar Historique » de Sharon et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.

Jerry Spring est une série de bande dessinée franco-belge créée en 1954 par Jijé dans le n°829 du journal Spirou.

Elle met en scène Jerry Spring un cow-boy qui résout des problèmes dans l’Ouest américain.

Le scénario va être successivement assuré par Maurice Rosy, René Goscinny, Jean Acquaviva, Jacques Lob, Dubois, Philip, Jean Giraud et Festin.

Après le décès de Jijé, le dessin va être assuré par Franz le temps d’une histoire.

1. Synopsis :

La série se déroule à l’époque de l’Ouest américain sauvage.

Elle met en scène Jerry Spring, un cow-boy humaniste qui n’hésite pas à prendre parti pour les plus opprimés comme les Amérindiens ou les Noirs.

2. Historique :

Créée par Jijé en 1954 dans le n°829 du journal Spirou, la série est publiée régulièrement dans Spirou et les scénaristes vont se succéder, Maurice Rosy, René Goscinny, Jean Acquaviva, Jacques Lob, Dubois, Philip et Jean Giraud vont aider Jijé.

À partir de 1955 la série est publiée en albums par les éditions Dupuis. Après la mort de Jijé, la série est reprise en 1990 pour un ultime épisode par Franz au dessin et Festin au scénario.

3. Personnages :

Jerry Spring, le héros de l’histoire. Il possède un cheval rouge nommé Ruby et n’hésite pas à payer de sa personne pour défendre les opprimés.

Pancho, un Mexicain que Jerry Spring rencontre dès ses premières aventures, va devenir dès lors son plus fidèle compagnon. Il aime la sieste et la tequila.

Publicités

3 réflexions au sujet de « [Jerry Spring] – Golden creek : Jijé (Tome 1) »

  1. Ping : Marathon de lecture bédé chez Chroniques Littéraires | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan du Mois Américain : Septembre 2014 | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Challenge « Il était une fois dans l’Ouest  : reprise par le Cannibal Lecteur | «The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s