Les oiseaux et autres nouvelles : Daphné Du Maurier

Titre : Les Oiseaux et autres nouvelles

Auteur : Daphné Du Maurier
Édition : Le Livre de Poche (1995)

Résumé :
Au coeur de la nuit, le vent d’est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d’oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n’est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes… On retrouvera ici – et pas moins terrifiant – le récit qui inspira son chef-d’oeuvre au maître de l’angoisse, Alfred Hitchcock.

Dans les autres nouvelles de ce recueil, l’horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d’un pommier à forme étrangement humaine, ou d’une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance…

Et la grande romancière anglaise, auteur de Rebecca et L’Auberge de la Jamaïque, nous entraîne vers le mystère à petits pas, à petites touches, au gré d’une écriture subtile, singulièrement moderne.

Critique :
Oublions directement le film du maître Alfred, le texte ici est assez éloigné de mes souvenirs d’enfant.

Le film m’avait impressionné, enfant, maintenant il n’y arriverait plus, les effets spéciaux étant trop merdique pour notre époque.

Mais je me souviens parfaitement bien de la tension qui montait lentement, des oiseaux rassemblés sur les fils et un peu partout…

— Ouvre-moi, cria-t-il. C’est moi, Nat. Ouvre.
Il criait pour se faire entendre par-dessus le frémissement d’ailes des mouettes. Puis il vit le fou au-dessus de lui dans le ciel, prêt à foncer. Les mouettes firent le cercle, s’écartèrent, montèrent ensemble contre le vent. Seul, restait le fou. Un unique fou au-dessus de lui dans le ciel. Ses ailes se replièrent soudain contre son corps. Il tomba comme une pierre. Nat hurla, et la porte s’ouvrit. Il franchit le seuil en chancelant, et sa femme se précipita de tout son poids contre la porte.
Ils entendirent le choc sourd du fou tombant sur la terre.

J’ai retrouvé la tension dans la courte nouvelle : les oiseaux qui attaquent au départ de manière un peu bizarre, mais personne n’y attache grande importance, sauf un homme…

Récit apocalyptique, d’horreur et de survie, voilà comment on pourrait résumer en quelques mots cette nouvelle qui fait froid dans le dos.

Noirs et blancs, corneilles et mouettes, réunis par une étrange association, cherchaient on ne sait quelle libération, jamais satisfaits, jamais apaisés. Des vols d’étourneaux filaient dans un bruissement de soie vers de nouveaux pâturages, poussés par le même besoin de mouvement, et les petits oiseaux, les pinsons, les alouettes, se dispersaient d’arbre en arbre et de haie en haie avec un air effaré.

Oui, froid dans le dos puisque ici il n’est pas question de Clown maléfique, de momie, de vampires, de zombies ou autre monstres, mais bien de pacifiques et inoffensifs oiseaux !

Avez-vous déjà pensé au nombre de volatiles qui arpentent le ciel ? Imaginez-les en train de fondre sur vous alors que vous déambulez tranquillement à la campagne… Ou alors défonçant les vitres de votre chambre afin de vous crever les yeux de leurs petits becs vicieux !

Vous me direz que vous ne craignez pas que des petits moineaux ou des rouge-gorge défoncent votre porte ou le bois que vous avez cloué à vos fenêtres. Mais des éperviers ou des buses peuvent y arriver, eux !

Les éperviers dédaignaient les fenêtres. Ils concentraient leur assaut sur la porte. Nat écouta le bruit du bois qui se fendait, et se fendait, et se demanda combien de millions d’années d’expérience étaient accumulées dans ces petites cervelles, derrière ces becs pointus, ces yeux perçants, les dotant aujourd’hui d’un tel instinct pour détruire l’humanité avec toute l’adroite précision des machines.

De plus, ils se foutent pas mal de mourir, les zoziaux, jouant même au kamikaze sur vos portes, fenêtres, cheminées, afin de se glisser chez vous pour vous picorer de la tête aux pieds.

Le frémissement, la vibration des ailes avait cessé. Il dégagea sa tête de la couverture et regarda autour de lui. La lumière froide et grise du matin éclairait la chambre. L’aube et la fenêtre ouverte avaient rappelé au-dehors les oiseaux vivants ; les morts gisaient sur le plancher.

Dans ce roman, beaucoup d’angoisses dans peu de pages, c’est du concentré et vous tremblerez comme cette petite famille, retranchée dans leur petite maison, avec peu de moyen et qui tente de survivre alors que tout le pays est dans le chaos le plus total.

— Vous voulez un fusil ?
Nat secoua la tête. […] Trigg était fou. À quoi bon un fusil contre un ciel couvert d’oiseaux ?

Isolé de tout, la radio n’émettant plus, avec peu de vivres, vous allez devoir attendre que les volatiles se calment pour aller quérir de l’aide chez votre plus proche voisin, celui qui n’avait pas peur des mouettes volant en formation serrée… Oups, c’est devenu de l’Human Nuggets !

Contrairement au film, la nouvelle se termine sans que l’on sache comme se terminera cette invasion de bêbêtes à plumes.

En tout cas, lors de votre lecture, vous n’aurez certainement pas envie de fredonner ♫ Ouvrez, ouvrez, la cage au z’oiseaux ♪ Regardez-les s’envoler, c’est beau ♫.

Dégommez votre canari, oui ! Et méfiez-vous des zoziaux dans le ciel, on est jamais trop prudent… surveillez votre petit oiseau, aussi, messieurs, des fois que…

Mois Anglais (Juin 2015) chez Titine, Lou et Cryssilda et Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre.

CHALLENGE - Mois anglais Sherlock CHALLENGE - La littérature fait son cinéma 2014

Publicités

33 réflexions au sujet de « Les oiseaux et autres nouvelles : Daphné Du Maurier »

  1. Ah il faut que je me procure ce roman ! J’ai vu le film enfant mais auj. tu as raison, il est complètement dépassé – ton billet me fait cependant penser à la nouvelle série ZOO qui va être diffusée prochainement aux USA – le jour où les animaux en ont ras le bal (et tous les animaux) et se retournent donc contre les hommes !J’ai hâte de voir ça !

    Aimé par 1 personne

    • Ça doit faire mal tous les animaux qui se retournent contre l’homme, je plains les bêtes ! mdr

      Les effets spéciaux n’étaient pas terribles et nombre d’oiseaux empaillés étaient présent.

      J'aime

  2. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2015 | Plaisirs à cultiver

  3. Ping : Jane Austen : 3 romans, une flopée d’héroïnes | La soupe aux lettres sauvages

  4. ce recueil et cette nouvelle en particulier m’avait énormément plu! Les oiseaux était particulièrement oppressante je trouve. Surtout cette fin ouverte…

    Aimé par 1 personne

    • Zut, moi qui voulait vous faire trouiller, que vous hurliez en me lisant tellement vous aviez peur, que vous n’osiez plus sortir de chez vous, que vous pissiez dans vos culottes à chaque Birds sur les fils de téléphone…

      Caramba, encore raté !!!

      J'aime

  5. Je n’ai pas accroché du tout à la nouvelle… ni au film d’ailleurs… Pourtant, j’aime Du Maurier, mais je préfère Rebecca ou l’Auberge de la Jamaique… Je suis passé tout à fait à coté des oiseaux (et pourtant, j’ai des mouettes qui font des claquettes sur mon toit, quand elles n’exercent pas leurs cordes vocals :/ )

    Aimé par 1 personne

    • Mince alors ! J’avais eu peur avec le film mais j’étais jeune et j’ai ressentit la tension et la peur avec la nouvelle.

      Rebecca, lu, aimé, mais pas l’auberge, pas encore lu, mais certains ont détesté celle-là… comme quoi ;-))

      Aimé par 1 personne

  6. Ping : Le Mois Anglais is death for one year… See you tomorrow – I’ll be back !! | The Cannibal Lecteur

  7. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Juin 2015 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s