The Hound Of The Baskervilles – 1959 [Sherlock Holmes – FILMS]

69205Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles), est un film britannique réalisé par Terence Fisher, sorti en 1959.

C’est la première adaptation cinématographique en couleur du roman éponyme de Sir Arthur Conan Doyle, publié en 1901, et l’une des plus célèbres productions des studios de la Hammer.

1. Synopsis :

En l’an 1790, Sir Hugo Baskerville, un aristocrate cruel qui règne sur le Devonshire, est attaqué par un énorme chien alors qu’il vient de poignarder une paysanne sur la lande. De là naît la légende du chien des Baskerville.

Plusieurs décennies plus tard, Sir Charles Baskerville meurt sur la lande dans des circonstances mystérieuses.

Son neveu, Sir Henry (interprété par Christopher Lee), arrive de Johannesburg pour hériter du domaine familial.

Le célèbre détective Sherlock Holmes (Peter Cushing) et son fidèle ami, le docteur Watson (André Morell), sont contactés pour veiller sur lui.

Holmes est persuadé qu’une intelligence humaine, et non démoniaque, en veut à Sir Henry. Il charge Watson d’accompagner ce dernier dans le Dartmoor.

r84Fdonzo1sK4OPo7fcbeBTACzV2. Fiche technique :                                                            big_4

  • Titre : Le Chien des Baskerville
  • Titre original : The Hound of the Baskervilles
  • Réalisation : Terence Fisher
  • Scénario : Peter Bryan d’après le roman éponyme d’Arthur Conan Doyle
  • Société de production : Hammer Film Productions
  • Musique : James Bernard
  • Photographie : Jack Asher
  • Format : Couleur Technicolor au 1.66:1 – Son : monophonique (RCA Sound Recording System) sur 35 mm.
  • Montage : Alfred Cox
  • Décors : Bernard Robinson
  • Costumes : Molly Arbuthnot
  • Pays d’origine : Royaume-Uni
  • Genre : Policier
  • Durée : 87 minutes
  • Dates de sortie : Royaume-Uni : 4 mai 1959 /  États-Unis : 3 juillet 1959 /  France : 23 décembre 1959

3. Distribution :

  • Peter Cushing (VF : Jacques Beauchey) : Sherlock Holmes
  • André Morell (VF : Jacques Berlioz) : le docteur Watson
  • Christopher Lee (VF : Bernard Dhéran) : Sir Henry Baskerville
  • Marla Landi (VF : Nadine Alari) : Cecile
  • David Oxley : Sir Hugo Baskerville
  • Francis De Wolff (VF : Paul Bonifas) : le docteur Mortimer
  • Miles Malleson (VF : Camille Guérini) : Bishop
  • Ewen Solon (VF : Stéphane Audel) : Stapleton
  • John Le Mesurier (VF : Pierre Leproux) : Barrymore
  • Helen Goss (VF : Hélène Tossy) : Mme Barrymore
  • Sam Kydd (VF : Jean Daurand) : Perkins
  • Michael Hawkins : Lord Caphill
  • Judi Moyens : la bonne
  • Michael Mulcaster : le prisonnier
  • David Birks : le serviteur

2654. Autour du film :

  • Le tournage s’est déroulé de septembre à octobre 1958 aux studios Bray, ainsi qu’à Chobham Common et Frensham Ponds, dans le comté de Surrey.
  • C’est le premier long métrage mettant en scène les aventures de Sherlock Holmes à être filmé en couleur. Le Chien des Baskerville est aussi le premier film de l’acteur Michael Hawkins.
  • La Hammer avait initialement prévu de créer une nouvelle franchise de plusieurs films avec Peter Cushing dans le rôle du célèbre détective, mais les fans de la compagnie n’acceptèrent pas l’absence de monstres et l’idée fut abandonnée.
  • Quelques années plus tard, le réalisateur Terence Fisher dirigea une nouvelle aventure du détective, cette fois-ci interprété par Christopher Lee, dans Sherlock Holmes et le collier de la mort (1962).
  • Quant à Peter Cushing, il reprendra son personnage en 1968 dans une série télévisée britannique Sherlock Holmes débutée en 1964-1965, ainsi qu’en 1984 dans le téléfilm Les Masques de la mort.
  • Dans la scène où le chien des Baskerville tue Stapleton, on s’aperçoit en fait que c’est l’acteur Ewen Solon qui attrape le chien et non l’inverse. Si on regarde bien, le chien ne se précipitait pas vers l’acteur ce qui aurait eu pour effet de faire rater la scène.

1299279290c9f3d6c12f7d09d1d7543f8c8f03bc2dCe que j’en ai pensé :
La Hammer, célèbre pour ses films de monstres, a déjà mis le paquet dans le générique du début : musique angoissante qui vous colle déjà la frousse.

Le récit commence par une scène dans le passé : une ripaille entre les notables du coin dont le meneur, Sir Hugo Baskerville, bat comme un plâtre le père d’une jeune fille car ce bougre n’était pas d’accord qu’il déflore sa fille.

Allez quoi, un bon mouvement, papa ! C’est le seigneur du bled qui veut chiper la fleur de ta fille. Un honneur, tout de même… Oui, autre temps, autres mœurs et à cette époque, le droit de déflorage devait être en vigueur.

Mais la salope ne veut pas se laisser faire ! Profitant de la ripaille, la voilà qui se joue la fille de l’air pour ne pas devoir mettre ses jambes en l’air et se faire ravir son parterre par un ver de terre. Fusse-t-il son seigneur et maître.

L’atmosphère est déjà propice à l’angoisse : Hugo, piquant une rage folle, qui monte sur son cheval (à défaut de monter la fille), sa meute de chiens tout autour, le tonnerre qui gronde, le vent qui souffle, la chevauchée dans la lande déserte, la fille qui s’enfuit, apeurée, un hurlement de loup au loin, la meute qui hésite, le cheval qui renâcle…

Un viol (suggéré) sur une pierre qui a tout de la table ronde, un hurlement, Hugo qui tue la jeune fille innocente, un grognement lugubre dans son dos et… caput mortis Hugo.

Hound of the Baskervilles 1959 Original Trailer 2 Hound of the Baskervilles 1959 Original Trailer

Baker Street ! Avec un Holmes qui joue aux échecs, ce qui n’est pas canonique.

Peter Cushing a le physique de l’emploi, il est mince de figure, mince de corps, ses mimiques font penser à Holmes. Dont le planté du couteau dans le courrier, sur le manteau de la cheminée.

Ses poses dans le fauteuil, pipe en bouche (et pas une calebasse, dieu merci), sont plus que canoniques.

Pour Watson, je suis plus dubitative, je l’aime moins.

Une chose est sûre, ils sont déjà assez âgés alors que la plupart des aventures de Holmes se déroulent alors qu’il a entre 27 et 50 ans (prend sa retraite en 1903, est peut-être né vers 1856 ou 1854, personne ne le sait et « Le chien » se déroule avant sa plongée dans les Chutes en 1891, donc, devrait avoir la trentaine).

Quant au docteur Mortimer qui est venu raconter l’histoire à Holmes, il a tout d’un homme inquiétant au tempérament sanguin.

466 xNJaGM9.640x360.0 1403631767_1

L’appartement de Baker Street est bien reproduit et les scénaristes ont changé quelque peu l’histoire originale pour ajouter de l’horreur : le cadavre de Hugo de Baskerville avait été retrouvé dans l’ancienne abbaye non loin du château, il en fut de même pour son descendant, Charles.

À Noter que si, dans les dires de Mortimer, l’abbaye se trouve non loin de la demeure ancestrale des Baskerville, le sieur Hugo avait galopé assez bien avant d’y agresser la pauvre fille de son métayer.

La Hammer voulait sans doute donner plus d’ampleur à la chevauchée fantastique du triste sire Hugo dont c’était le dernier galop.

30vyy3dEn parlant de pipes, notre détective dira que la solution à cette affaire sera en trois pipes (extrait de « The Red-Headed League« ).

Oui, le Holmes interprété par Peter Cushing est valable et me plait bien. Il s’habille bien et ne portera l’horrible macfarlane et le deerstalker qu’une fois dans les landes désertiques du Dartmoor.

hound-of-the-baskervilles-1959-hammer-horror-sherlock-holmes-dr-watson-peter-cushing-andre-morell-christopher-leeUn autre acteur que j’aime bien, c’est Christopher Lee, un habitué de la Hammer (Dracula) et un futur Saroumane. Il nous a quitté ce dimanche 07 juin 2015 peu de temps après que j’ai visionné le film et rédigé, au brouillon, cette fiche de film. Méfiez-vous, je suis dangereuse.

Lee a interprété trois fois le célèbre détective (*), ainsi que son frère, Mycroft, dans La Vie privée de Sherlock Holmes.

(*) Sherlock Holmes et le Collier de la mort (Sherlock Holmes und das Halsband des Todes) est un film germano-franco-italien, coréalisé par Terence Fisher (encore lui !). Trois ans après Le Chien des Baskerville où Christopher Lee jouait Sir Henry,  Terence Fisher (toujours lui) lui offre, dans cette nouvelle enquête, le rôle de Sherlock Holmes.

(*) L’acteur britannique a interprèté le rôle du détective à deux autres reprises, dans les téléfilms Sherlock Holmes and the Leading Lady, de Peter Sasdy en 1991 et Incident at Victoria Falls, de Bill Corcoran, l’année suivante.

Par contre, je ne sais pas si la présence de l’araignée velue sur l’épaule de Sir Henry était nécessaire au bon déroulement de l’histoire…

Hormis pour brouiller les pistes et nous faire suspecter une certaine personne ensuite.

hound5Les scénaristes ont changés des tas de choses par rapport à l’original, mais je ne leur en veut pas, cela évite que l’on ne se sente en pays conquis et cela réserve quelques surprises aussi.

Non, on ne s’embête pas à mater ce vieux film, sauf pour les effets spéciaux qui ont pris un sacré coup de vieux !

Pour les ambiances, elles sont lugubres à souhaits, le manoir des Baskerville est sombre, les murs vieux et les portes en bois grincent de toutes parts.

Pour les portes, elles ont toutes l’air très basse !

Mention spéciale au personnage du révérend Bishop, grand amateur de boissons alcoolisées devant l’Éternel, propriétaire d’une longue vue et perpétuel grand distrait et maladroit.

Par contre, Cecile, la fille de Stapleton a tout d’une pute, vu sa dégaine sur la photo et dans le film. Elle n’a aucun mal à séduire le beau Sir Henry.

Quant à Stapleton père, il a la gueule de l’emploi, et le Docteur Mortimer aussi ! Bon sang, on les croiserait à minuit au coin d’un bois, on ne leur demanderait pas l’heure !

Évidemment, avec des sales gueules pareilles, on hésite entre les deux pour désigner celui qui a un regard le plus sombre et la pire sale tronche du film !

Pas de temps morts, une enquête qui se tient, des choses changées par rapport au livre, mais je ne regrette pas, puisque je connais la fin, autant me la changer.

C’est un Whodunit, en fait. Trouvez qui a commis le crime…

Les personnages sont bien interprétés, bien que je n’aime pas trop le Watson du film, mais Christopher Lee en Sir Henry est magnifique.

Stapleton a une sale gueule et le docteur Mortimer n’a rien à lui envier. Tout deux sont plus que suspects.

La lande, même en carton pâte, ne donne pas envie de s’y aventurer la nuit et les représentations de Londres sont peu nombreuses, ce que je trouve dommage.

Pour le reste, les effets spéciaux sont à chier et le chien est très mal fait ! Heureusement, on le le voit en entier qu’à la fin du film, dans l’affrontement final.

C’est une sorte de gros dogue avec un masque sur sa gueule. Et on voit très bien lorsqu’il attaque, que c’est l’acteur qui lui attrape le collier. Mais nous sommes en 1959 !!

hound-of-the-baskervillesUn film qui a vieilli mais qui reste plaisant et agréable à regarder car nous sommes face à deux grands acteurs – Cushing et Lee – qui tourneront souvent ensemble. Moi, j’ai adoré le film et l’adaptation.

Prévoir de zieuter ce film en hiver, par temps gris et venteux afin de renforcer les atmosphères lugubres et désertes de la lande de Dartmoor.

Quelques bougies pour l’ambiance et vous êtes paré pour un bon moment de cinéma.

Film visionné  dans le cadre du Mois Anglais (Juin 2015) chez Titine, Lou et Cryssilda et fiche publiée rapidemment suite au décès de l’acteur Christopher Lee, ce 07 juin 2015.  Je ne l’ai appris que ce 12 juin, en voyant les couvertures des journaux.

AhO94 hound-of-the-baskervilles-04 The-Hound-of-Baskervilles-Pipe-used-by-Peter-Cushing-as-Sherlock-Holmes-5167The.Hound.of.the.Baskervilles.1959.720p.YIFY Img 6_Baskerville the-hound-of-the-baskervilles-1959-aviCHALLENGE - Mois anglais 2015 flag

Publicités

Descente en bouquineries : juin 2015

BILAN - Coyote road runner descente bouquineries OKEt oui, fin du mois de mai, j’avais été faire un tour dans mes endroits de perditions préférés : les magasins qui vendent des livres !! Bon, que je vous explique pour le cas où vous ne sauriez pas ce que c’est un livre… C’est un truc en papier où un auteur a tamponné des tas de mots pour faire des phrases.

Bref, j’ai fait péter la CB en neufs et en occase, sans compter que j’y suis retournée en juin pour quelques autres petits achats de dernière minute.

Je ne comptais pas faire d’article, mais Christelle de FB tient beaucoup à découvrir mes derniers achats, alors, ce petit article est pour elle ! Ma grande, j’ai assez bien de romans américains dans ma besace du jour !

Autopsie du désastre financier :

  1. Donald Westlake : La mouche du coche
  2. Anderson Kent : Sympathy for the devil
  3. Uraban Waite : La terreur de vivre
  4. R.J Ellory : Papillon de nuit
  5. Franck Thilliez : Pandemia
  6. Ross MacDonald : À chacun sa mort
  7. Dominique Manotti : Or noir
  8. Thomas Kelly : Le ventre de New-York
  9. Thomas Cullinan : Les proies
  10. Nick Tosches : Dino – La belle vie dans la sale industrie du rêve
  11. Daniel Quiros : Été rouge
  12. Marie Neuser : Prendre Lily
  13. Lori Roy : Les secrets de Bent Road
  14. Tonino Benaquista : Malavita encore
  15. Philippe Georget : Les violents de l’automne
  16. Ann Granger : La curiosité est un vilain défaut
  17. Wessel Ebersohn : Coin perdu pour mourir
  18. Ronald Hugh Morrieson : L’épouvantail
  19. William Mcilvanney : Les papiers de Tony Veitch
  20. Michael Farris Smith : Une pluie sans fin
  21. Ray Celestin : Carnaval

Bilan Livresque : Mai 2015

BILAN - Minions Pas plus - OKC’est avec beaucoup de retard que je livre mon Bilan Livresque du mois de Mai

Beaucoup de travail au boulot et un mois anglais qui commençait le 1e juin et qui ne pouvait souffrir d’aucun retard !

Ce qui ne me fait que 6 livres à mon actif. En raison du peu de temps que je possède, je ferais court pour une fois.

« Une putain d’histoire » (ICI) de Bernard Minier m’a troué la cul. Moi qui pensais à une histoire bêbête, j’ai été happée dans l’histoire. Seul bémol pour le groupe de jeunes, je ne me suis pas retrouvée dans eux, comme avec ceux de « ÇA ».

« Toutes les vagues de l’océan » (ICI) de Víctor Del Árbol participait au Mois Espagnol de Sharon. Une sacré pièce à lire, un livre épais et une histoire aussi, avec beaucoup d’émotions à la clé.

Mitigée pour « Le Monde caché d’Axton House » (ICI) d’Edgar Cantero qui participait aussi au challenge Mois Espagnol. Un livre qui sort des sentiers battus, en effet, mais j’ai eu parfois du mal… malgré tout, pas de regrets d’avoir découvert cet OLNI !

Ma LC avec Stelphique portait sur « La voie des âmes » (ICI) de Laurent Scalese que nous voulions découvrir toutes les deux et le bilan est positif, on a bien aimé, sauf que je mets un bémol pour certaines choses : les Méchants trop méchants et les Gentils trop gentils, sans nuance aucune.

Dans les remerciements de cet ouvrage, l’auteur remercie un certain Cannibal Lecteur… Moi ! Purée, quel honneur ! Son premier roman lu avait été un coup de coeur et j’appréhendais un peu celui-ci. Pourtant, « Comme une ombre dans la ville » (ICI) de Nicolas Zeimet, bien qu’à l’opposé du premier, m’a emporté dans les rues de San-Francisco et m’a troué le cul !

L’autre LC avec le groupe de Bianca porte sur le couple Thomas Pitt/Charlotte et le 28ème tome est un peu en-deça des autres, je trouve. « Bryanston Mews » (ICI) de Anne Perry comporte pourtant une enquête mais je l’ai trouvée lente et ils avancent à pas d’escargot. Bien, mais pas une de mes préférées, pourtant, le contexte politique d’une prochaine guerre des Boers aurait pu m’enchanter, mais on en parle trop peu.

Bilan Livresque du Mois de Mai : 6 livres

  1. Une putain d’histoire : Bernard Minier
  2. Toutes les vagues de l’océan : Víctor Del Árbol
  3. Le Monde caché d’Axton House : Edgar Cantero
  4. La voie des âmes : Laurent Scalese [LC avec Stelphique]
  5. Comme une ombre dans la ville : Nicolas Zeimet
  6. Bryanston Mews : Anne Perry

BILAN - Minions plage lire plus OK

Sherlock Holmes : Films

Sherlock Holmes est le personnage de fiction qui a été le plus représenté au cinéma avec plus de 260 films où il est le personnage principal.

Dès les débuts de ce nouvel art, Conan Doyle déplorait que les enquêtes de Holmes fussent situées à l’époque où le film se tournait et non à l’époque victorienne, qui est celle des récits originaux.

De cette erreur de départ découla plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, l’utilisation du personnage à des fins de propagande par les Américains, qui l’opposèrent au Troisième Reich de manière anachronique.

Les œuvres plus récentes s’attachent toutes à reconstituer l’ambiance victorienne.

En parallèle, de nombreux films se servirent d’Holmes comme d’un archétype du détective.

À cet égard, l’anecdote révèle que le tout premier film (muet) consacré à Sherlock Holmes (Sherlock Holmes Baffled) est un film parodique, mettant en scène un personnage anonyme portant casquette et fumant la pipe.

Plusieurs acteurs eurent le rôle de Sherlock Holmes.

Parmi eux, l’interprétation de l’acteur britannique Peter Cushing dont la figure ascétique est devenue indissociable, aux yeux des cinéphiles, de celle du personnage qu’il n’incarna pourtant qu’une seule fois à l’écran dans « Le Chien des Baskerville » de Terence Fisher en 1959.

Basil Rathbone incarna le personnage dans pas moins de 26 films datant des années 1940, devenant ainsi l’autre référence picturale du personnage.

462811092_640Vous trouverez ici quelques titres (parmi les plus célèbres) des films, téléfilms, séries télés ou dessins animés mettant en scène le célèbre détective de Baker Stret.

En rouge, ceux que j’ai visionné et tous n’ont pas tous fait l’objet d’une fiche détaillée).

Ça me laisse encore de belles heures de visionnage devant moi !!

1. Principaux films :

  • 1900/1903 : Sherlock Holmes Baffled, film muet d’Arthur Marvin
  • 1929 : Le Retour de Sherlock Holmes, premier film parlant mettant en scène Sherlock Holmes
  • 1937 : On a tué Sherlock Holmes avec Hans Albers (Holmes) et Heinz Rühmann (Watson)
  • Une série de 14 filmsavecBasilRathbone (Holmes)etNigelBruce (Watson) :
    • 1939 : Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskerville), de Sidney Lanfield avec Richard Greene.
    • 1939 : Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes), de Alfred Werker
    • 1942 : La Voix de la terreur (Sherlock Holmes and the Voice of Terror)
    • 1942 : Sherlock Holmes et l’arme secrète (Sherlock Holmes and the Secret Weapon), réalisé par Roy William Neill.
    • 1943 : Échec à la mort ou Sherlock Holmes face à la mort (Sherlock Holmes Faces Death) de Roy William Neill
    • 1943 : Sherlock Holmes à Washington (Sherlock Holmes in Washington), de Roy William Neill
    • 1944 : La Griffe sanglante ou Sherlock Holmes et la Griffe sanglante (The Scarlet Claw), de Roy William Neill
    • 1944 : La Perle des Borgias ou Sherlock Holmes et la Perle des Borgias (The Pearl of Death), de Roy William Neill
    • 1944 : Sherlock Holmes et la femme à l’araignée (The Spider woman), de Roy William Neill
    • 1945 : La Maison de la peur ou Sherlock Holmes et la Maison de la peur (House of Fear), de Roy William Neill
    • 1945 : La Femme en vert ou Sherlock Holmes et la Femme en vert (The Woman in Green), de Roy William Neill
    • 1945 : Mission à Alger ou Mission au soleil (Pursuit to Algiers), de Roy William Neill
    • 1946 : Le Train de la mort (Terror by night), de Roy William Neill
    • 1946 : La Clef ou Sherlock Holmes et la Clef (Dressed To Kill) de Roy William Neill
  • 1959 : Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskerville), de Terence Fisher, avec Peter Cushing, André Morell et Christopher Lee.
  • 1962 : Sherlock Holmes et le collier de la mort (Sherlock Holmes und das Halsband des Todes) avec Christopher Lee (Holmes)
  • 1967 : Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur (A Study in Terror) de James Hill.
  • 1970 : La Vie privée de Sherlock Holmes (The Private life of Sherlock Holmes) de Billy Wilder
  • 1975 : Le Frère le plus futé de Sherlock Holmes, comédie avec Gene Wilder
  • 1976 : Sherlock Holmes attaque l’Orient Express (The Seven Percent Solution), où Holmes rencontre Freud, avec Robert Duvall
  • 1979 : Meurtre par décret (Murder by Decree) avec Christopher Plummer (Holmes) et James Mason (Watson)
  • 1985 : Le Secret de la pyramide (Young Sherlock Holmes), de Barry Levinson dans lequel on apprend qu’Holmes et Watson ont fait connaissance au collège
  • 1988 : Élémentaire, mon cher… Lock Holmes (Without a Clue), de Thom Eberhardt avec Michael Caine et Ben Kingsley).
  • 2015 : Mr. Holmes, de Bill Condon. Adaptation du roman Les Abeilles de monsieur Holmes, dans lequel Sherlock Holmes est âgé de 93 ans.

Dès 2009, Warner Bros. lance une franchise librement inspirée des romans de Conan Doyle. Deux films sont déjà sortis, et un troisième est prévu.

  • 2009 : Sherlock Holmes, de Guy Ritchie, avec Robert Downey Jr., Jude Law, Rachel McAdams, Kelly Reilly et Mark Strong.
  • 2011 : Sherlock Holmes : Jeu d’ombres (Sherlock Holmes: A Game of Shadows), de Guy Ritchie avec Robert Downey Jr., Jude Law, Rachel McAdams, Kelly Reilly et Jared Harris.

 2. Séries télévisées

  • 1949 – 1954 : Sherlock Holmes, 262 épisodes diffusée sur la BBC en Grande-Bretagne, avec Basil Rathbone dans le rôle-titre.
  • 1971 – 1973 : Les Rivaux de Sherlock Holmes, 26 épisodes diffusée sur ITV, Grande-Bretagne
  • 1979 – 1980 : Sherlock Holmes et le docteur Watson (« Sherlock Holmes and Doctor Watson »), 24 épisodes, États-unis – Pologne
  • 1979 – 1986 : Les Aventures de Sherlock Holmes et du docteur Watson (« Приключения Шерлока Холмса и доктора Ватсона »), série de 8 téléfilms soviétiques de Igor Maslennikov, avec Vasili Livanov qui a reçu en 2006 l’Ordre de l’Empire britannique pour son rôle de Sherlock Holmes et Vitali Solomin (docteur Watson) ;
  • 1984 – 1994 : Sherlock Holmes de la Granada Television, Grande-Bretagne
  • 2000 – 2001 : Les Mystères du véritable Sherlock Holmes (Murder Rooms: Mysteries of the Real Sherlock Holmes)
  • 2010 – : Sherlock produit pour la BBC Wales avec Benedict Cumberbatch (Holmes) et Martin Freeman (Watson)
  • 2012 – : Elementary, produit pour CBS avec Jonny Lee Miller (Holmes) et Lucy Liu (Watson).

3. Téléfilms :

Une série de 4 téléfilms canadiens de Rodney Gibbons avec Matt Frewer et Kenneth Welsh

  • 2000 : Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles)
  • 2001 : Le Signe des quatre (The Sign of Four)
  • 2001 : Crime en Bohême (The Royal Scandal)
  • 2002 : Le Vampire de Whitechapel (The Case of the Whitechapel Vampire)
  • 2004 : La revanche de Sherlock Holmes (Sherlock Holmes and the case of the silk stocking), de Simon Cellian Jones avec Rupert Everett et Ian Hart
  • 2010 : Sherlock Holmes : Les Mystères de Londres avec Ben Syder (Holmes) et Gareth David-Lloyd (Watson)

affiche-Le-Vampire-de-Whitechapel-The-Case-of-the-Whitechapel-Vampire-2002-1

 

4.  Dessins animés :

  • 1984 – 1985 : Sherlock Holmes, production italo-japonaise d’Hayao Miyazaki
  • 1986 : Basil, détective privé, film d’animation de Disney.

image

Article réalisé pour le Mois Anglais (Juin 2015) chez Titine, Lou et Cryssilda.

CHALLENGE - Mois anglais 2015 flag Sherlock___Running_Wallpaper OK