Baker Street – Tome 4 – Sherlock Holmes et l’ombre de M : Pierre Veys & Nicolas Barral

Titre : Baker Street – Tome 4 – Sherlock Holmes et l’ombre de M

Scénariste : Pierre Veys
Dessinateur : Nicolas Barral

Édition : Delcourt (27/05/2003)

Résumé :
Sherlock Holmes, Watson, Clipton et compagnie sont enfin arrivés à Ceylan.

Mais le testament de l’oncle facétieux stipule que son héritier doit retourner à Londres, se faire engager dans un cirque, et jouer un spectacle de clown en présence de la reine elle-même.
Dans le camp adverse, le bras droit de Teawings a embauché l’ignoble professeur Moriarty pour contrecarrer Holmes.

Plus qu’un simple voyage, c’est une terrible lutte, un combat titanesque, sans merci et dont l’issue du monde dépend, qui va s’engager entre les deux hommes.

Critique :
Je n’ai pas trainé pour lire la suite de ce dyptique des aventures hilarantes et burlesques du génial Docteur Watson et de Sherlock Holmes !

— Je le hais ! Oh, que je le hais !
— Réveillez-vous, honorable professeur…
— C’est pas juste : lui il a le docteur Watson, tandis que moi je dois traîner un boulet…
— Professeur !

Résultat : une lecture avec un sourire béat affiché de la première à la dernière page.

Après toutes leurs péripéties et leurs ruses pour arriver à Ceylan, les voici obligés de refaire le chemin dans l’autre sens, et le plus vite possible, sans oublier le gage que l’oncle défunté à imposé à son neveu pour que les plantations de thé lui reviennent.

Vois Holmes affalé dans un transat comme une méduse échouée sur la plage pendant que le terrible professeur Moriarty l’espionne donne de nouveau lieu à des dialogues rempli d’humour et de drôlerie.

Nous ne savions pas à ce moment, que nous étions espionnés par le plus terrible criminel d’Angleterre… heu… du Monde ! (L’étroitesse géographique peut provoquer certaines rancœurs).

Surtout que ni l’un ni l’autre ne veut prononcer le nom de son ennemi car cela donne lui à des crises ressemblant à celles de Joe Dalton lorsque l’on parle de Lucky Luke. Mais ici, contrairement au lonesome cow-boy, Holmes pique lui aussi de telles crises.

Au final, chacun parle de l’autre en disant « machin » ou « bidule », interdit à tout le monde de prononcer le nom de celui dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ou réclame une pièce dans le cochon à chaque mention du nom honni.

— On ne sait jamais sur quel pied danser avec ce Sherlock Hol… Zut, je l’ai dit… [Mettant ensuite une pièce dans une tirelire présentée par Moriarty] Vous êtes sévère…
— Chaque fois qu’on prononce son nom, on met une pièce dans le cochon, c’est la punition !
— Et « Watson », on a le droit ?

Le plan machiavélique mis au point par Holmes pour semer Moriarty, son bras-droit gourmand, ainsi que monsieur Teawings et ses sbires chinois était du grand n’importe quoi, mais on dirait que ça ne marche plutôt pas mal pour nos amis et cela nous procure quelques autres moments de sourire.

— Mais où est passé Lestrade ?
— Un gros python l’a attrapé tout à l’heure et l’a hissé dans les arbres…
— C’est maintenant que vous le dites ?
— Heu, oui… Pourquoi, c’est important ?
— Ça va le serpent a dû le relâcher… Rien d’étonnant..

Dans cette bédé, il n’y a pas que les dialogues entre Holmes et Watson qui sont déjantés et drôles, les petits apartés des autres personnages le sont aussi. Quant aux répliques des sbires chinois et de leur patron Teawings, elles sont un moment de pur bonheur.

Pas besoin d’être une fan des aventures de Sherlock Holmes pour lire et apprécié ces albums, il suffit d’aimer la parodie, le burlesque, l’humour, les répliques assassines et les situations cocasses. De plus, voir la reine Victoria jurer est un plaisir de fins gourmets…

Par contre, vaut mieux éviter la cuisine de Madame Hudson, ainsi que son thé…

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017),  « A year in England » chez Titine (Juillet 2016 – Mai 2017), Challenge British Mysteries chez My Lou Book, le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Advertisements

21 réflexions au sujet de « Baker Street – Tome 4 – Sherlock Holmes et l’ombre de M : Pierre Veys & Nicolas Barral »

  1. Bon… y a pas à tortiller… va falloir que je le trouve chez le fournisseur de bédé le mieux fourni que je connaisse… soit celui d’une grande chaîne… parce que le rayon bédé de mes libraires habituelles est plutôt cachectique !

    Tiens pour ce dimanche je vais essayer une recette de Mme Hudson pour tenter de convaincre Toquéfada de faire cuire autre chose que des sorcières! 😁

    Aimé par 1 personne

    • Oui, ici, je peux pas t’aider et t’envoyer des costards !

      Travaille-le au corps et fais-en sorte qu’il te offre en remerciement de sévices rendus…

      Évite la recette avec la chaussette dedans et évite de boire le thé de la madame Hudson de la bédé !

      J'aime

    • Zut, tu as commencé avec la série de la BBC avant de faire les anciennes adaptations ! La comparaison n’a pas lieu d’être, évidemment, ici, dans la bédé, ils parodient le Holmes canonique, pas de la série BBC.

      Aie, aie, aie, tu vas louper tous les bons films avec Holmes ! 😉

      J'aime

    • Rhôôô! Comment on ne peut pas aimer le thé! Certes on en vend du bien dégueu en supermarché (poussière de thé de derniere catégorie en sachet avec des arômes artificiels chimiques agressifs! Et vendus comme le summum du top à grands coups de publicité!)… pas certain que la Theawings ou ce qui s’en rapproche dans la réalité propose vraiment quelque chose de bien!

      Promis y en a des trèèès bons dans des bonnes boutiques spécialisées… et puis il faut laisser tomber les thés aromatisés (les grandes marques qui en font se contentent d’huiles essentielles qu’ils ajoutent dans les feuilles mais le plus souvent c’est de la daube qui sert à faire oublier qu’il s’agit d’un mauvais thé)… Et puis il faut bien respecter les temps d’infusion (3 mn pour les thés noirs, 5 pour les verts et bleus… et 10 pour les thés blancs)! Un thé noir au delà de 3mn c’est immonde! 😖

      Aimé par 2 people

        • Ah mais moi aussi… je ne dédaigne pas un bon café! Mais heureusement que je n’ai pas arrêté mon jugement sur les premiers jus de chaussette qu’on m’a servi entre deux tasses de charbon liquide!!😁

          Le « lippe-tonne yello » ou « Laid les faons à la menthe » c’est du tord boyaux ! Tu imagines ce que feu JP Koffe en aurait dit!!😁 Alors si tu en restes là et aux espèces de saletées aux fruits rouges (100% arômes artificiels) du supermarché… c’est normal que tu puisses pas aimer!!!😁

          Mais je te l’accorde un thé de qualité c’est un peu cher par rapport à la poudre de thé en sachet… mais c’est la même chose quand tu passe du café lyophilisé de marque de distributeur aux capsules de grands crus « What else »?

          Or donc… Comme disait Hannibal Lecteur à un petit garçon qui lorgnait sur sa terrine de lobe frontal de salais élevé en plein air… « ce qui compte c’est de faire des expériences »! 😁😁😁

          Aimé par 2 people

          • J’avoue que je bois rarement du café en dehors de chez moi et que je ne tolère plus le café en thermos !! Je me contente de ma poudre de café à laquelle j’ajoute de l’eau et elle me semble bonne.

            Les thés, pour le boulot, c’est du Lipton (ancêtre du Clipton dans la parodie de Holmes) thé vert, sans citron sans rien, je ne le trouve plus qu’en France !

            À la maison, se sont des thés en vrac, des noirs, des verts et un blanc !!

            Tu sais pourquoi le thé est si cher ?? Non ?? C’est parce qu’ils savent que les amateurs de thé sont prêts à mettre le prix pour en avoir !! Contrairement aux buveurs de café… ça m’a troué le cul de l’apprendre.

            Quant au prix INDÉCENT des capsules vendues par George (80€ le kilo, je pense, ou plus), c’est de la couille en capsule d’alu car faut recycler ces capsules, tu peux pas les foutre dans ta poubelle, personne ne les reprends (alors qu’ils disaient que oui) et l’alu dedans te pourri la santé, en plus de tout ce qu’on bouffe de merde en plus…

            J’adorais Coffe, mais j’avais été choquée de ses pubs pour des produits en vente dans une chaine de supermarché discount…

            J'aime

          • Mais j’en ai fait des expériences, avec des thés coutant la peau des fesses (on me les offre, heureusement… et mon mari aimant ça, ça me permet de ne pas gaspiller), achetés dans des maisons spécialisées. Mais rien à faire, je préfère le café (le bon, bien sûr).

            Aimé par 1 personne

      • Et voilà le summum du bien servir le thé par Ida !

        J’avoue que des thés en sachet dans mon armoire, des verts sans rien dedans, des bergamote, des autres en vrac qui viennent de la maison du thé, du palais des thé… et du Twinnings qui est fournisseur de sa très gracieuse majesté !!

        Faut respecter aussi certaines températures et pour certains, l’eau doit pas bouillir !!

        J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s