Arsène Lupin, L’aventurier – Tome 3 – L’aiguille creuse (1ère partie) : Takashi Morita et Maurice Leblanc

Titre : Arsène Lupin, L’aventurier – Tome 3 – L’aiguille creuse (1ère partie)

Scénaristes : Takashi Morita et Maurice Leblanc
Dessinateur : Takashi Morita

Édition : Kurokawa (10/03/2016)
Édition Originale :Kaitô Lupin Den, Aventurier, book 3 (2013)
Traduction :Nabhan Fabien

Résumé :
Le comte de Gesvres est victime d’un vol. Alors qu’il s’enfuit, le chef des voleurs est touché par une balle de fusil.

Beautrelet, lycéen détective amateur, se lance sur la piste des fuyards et résout peu à peu les énigmes qui entourent l’affaire.

Critique :
Arsène Lupin n’a jamais été ma tasse de thé (pas frapper, pas frapper) et après avoir lu trois aventures du gentleman cambrioleur, je suis revenue à mes détectives.

L’anguille creuse, que j’avais lue il y des années, m’avait bien plu, mais vu que je n’en ai plus aucun souvenir, je ne saurais dire si le manga est conforme au roman de Leblanc ou pas.

La version manga des premiers tomes m’avait emballé moyen car j’avais trouvé que les transformations physiques de Lupin étaient un peu trop exagérées, surtout dans le Tome 1.

Dans ce tome, Lupin est très peu présent, on se doute qu’il est là, caché quelque part, mais la police ne le trouve pas. C’est le jeune détective Isidore Beautrelet qui est mis en avant car il est bien plus malin que Herlock Sholmès et l’inspecteur Ganimard. Ce n’est pas moi qui le dit, mais le manga et vu qu’Isidore découvre tout…

Une fois de plus, les flics sont ridiculisés, Arsène Lupin est le plus fort, même blessé, même caché dans les parages, il continue de se foutre de leur gueule et de les faire tourner en bourrique.

Le mystère est présent, on se demande ce que Lupin a subtilisé, puisque rien ne manque, où il est caché, comment il va s’enfuir et si il va survivre. On se doute que oui, c’est Arsène, mais on ne sait pas comment.

Si le premier volume dévoilait un peu l’enfance de Lupin, le tome 2 et celui-ci se taisent dans toutes les langues. Dommage, il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus sur le cambrioleur puisque la saga en manga ne compte que 5 tomes.

Comme le tome se termine sur un suspense insoutenable et que je veux savoir ce qu’il va se passer ensuite, je vais poursuivre ma lecture de ce manga, en espérant que Lupin soit plus présent dans la suite.

Un manga policier qui pourrait donner envie de relire le roman original.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°210] et Le Mois du Polar – Février 2021chez Sharon [Fiche N°36].

12 réflexions au sujet de « Arsène Lupin, L’aventurier – Tome 3 – L’aiguille creuse (1ère partie) : Takashi Morita et Maurice Leblanc »

  1. Ping : Mois du Polar – Février 2021 : Bilan Livresque [Chez Sharon] | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Bilan du mois du polar 2021 | deslivresetsharon

  3. Ping : Bilan Mensuel Livresque : Février 2021 [Mois du Polar] | The Cannibal Lecteur

  4. Ils sont mignons tout pleins ces personnages de mangas. Mais chuis trop vieille pour les zéphèbes! 😀

    Plus sérieusement, t’inquiète pas je ne te frapperais pas. Je n’ai pas lu tout Lupin mais seulement le Gentleman Cambrioleur. C’est distrayant (quand on aime le style littéraire d’une époque qui s’autorisait encore à employer l’imparfait du subjonctif, et à mettre plus d’une subordonnée dans une phrase – quand on sait que la bibliothèque rose a renoncé au passé simple! Je ne m’en remets pas de cette médiocrité et de ce nivellement par le bas!), mais un peu répétitif sur les bords. Comme on sait que de toute façon Lupin s’en sort toujours par une pirouette finale qu’on a pas vu venir, on ne cherche plus à trouver les indices et il n’y a pas beaucoup de suspens. De fait… je m’y ennuie un peu. Mais… ça a des côté sympathique aussi qui peuvent expliquer qu’il ait ses fans. Faut juste le lire à petites doses sans doute ?

    Peut être que cette adaptation manga arrive à redresser cette petite faiblesse de l’œuvre de Leblanc. 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je n’en reviens pas que les éditeurs pensent que les gosses ne soient pas capables de s’en sortir avec du passé simple, qui est simple… comme son nom l’indique. Je me demande si on ne cherche pas à les mettre trop dans des cocons pour ne pas faire surchauffer leurs petits cerveaux… ou alors, on veut obtenir encore plus de temps de cerveau disponible…

      Oui, Lupin s’en sort toujours et il n’y a plus de suspense, mais ce n’est pas vraiment pour cela que je n’ai jamais vraiment accroché avec lui… Il tournait Holmes, même si c’était une imitation, en ridicule !! PTDR

      J'aime

  5. Ping : Mois du polar 2021 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.