Ric Hochet – Tome 1 – Traquenard au Havre : A-P Duchateau & Tibet

Ric Hochet 1 - Traquenard au Havre

Titre : Ric Hochet – Tome 1 : Traquenard au Havre      big_3-5

Scénariste : A-P Duchateau
Dessinateur : Tibet
Édition : Le Lombard (1963) 

Résumé :
Cet album comporte deux histoires :
« Signé Caméléon » – Un soir comme les autres, Ric Hochet raccompagne son vieil ami, le commissaire Bourdon… Devant la porte de son domicile, le commissaire se fait renverser par une voiture. Heureusement sain et sauf, il regagne son appartement pour découvrir qu’il a été cambriolé et qu’un dossier top secret a été dérobé !

« Traquenard au Havre » – Dans les rues du Havre, Ric est percuté par une autre voiture. L’autre conducteur, un riche armateur, visiblement très inquiet et très pressé, lui confie que son fils a été enlevé…

Critique :
C’était au temps où Ric Hochet était un vrai enquêteur… C’était au temps où les scénarios étaient excellent et bien pensés.

A mon humble avis, les premiers albums de Ric Hochet sont les meilleurs en ce sens que les aventures du journaliste détective sont de « vraies » enquêtes policières et que ces albums là ne sont pas pourris par des éléments « fantastiques » (même si le fantastique n’est jamais que apparent puisque toujours de main humaine) et que les explications de « fin » sont logiques et pas capillotractée comme dans certaines aventures.
Si vous êtes sages, je vous en parlerai.

Deux aventures dans ce premier album :
« Signé Caméléon » – le commissaire Bourdon a été cambriolé et un dossier top secret a été dérobé ! Sur une bouteille, une empreinte d’un truand reconnaissable entre toutes…

Un soupçon d’espionnage mêlé d’enquête policière. Heureusement que Ric est là, parce que sans lui, je ne sais pas comment ferait le commissaire Bourdon.

Bien que les preuves qui accusent les coupables soient plus grosses qu’une montagne, Bourdon fonce comme un taureau.

L’aventure est bien faite et je n’avais pas soupçonné le coupable la première fois, bien que je me sois demandé pourquoi le dessinateur avait fait un aussi gros plan d’une certaine chose. Il nous mettait sur la voie en quelque sorte, après avoir essayé de nous embrouiller avec un comportement bizarre d’un inspecteur de police.

Bon, après 36 lectures, on perd le plaisir de la découverte, on ne suspecte plus un autre, mais j’aime toujours relire les premières enquêtes de Ric et je le trouve mieux dessiné que maintenant.

« Traquenard au Havre » ensuite. Un industriel croise la route de Ric et lui confie que fils a été enlevé…

Ce qui est un peu gros, c’est que l’homme en question face confiance à Ric au point de lui confier la rançon.

Nous on sait qu’il ne la volera pas, mais pas l’homme. Hormis ce détail, l’histoire est bien faite, pas de temps mort et happy end.

Les explications sont logiques et pas tirées au forceps.

Publicités

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.