Sept – Tome 19 – Sept Cannibales : Sylvain Runberg & Tirso Cons

Titre : Sept – Tome 19 – Sept Cannibales

Scénariste : Sylvain Runberg
Dessinateur : Tirso Cons

Édition : Delcourt Conquistador (2016)

Résumé :
Ils sont sept. Riches. Influents. L’élite. Des mâles dominants avides de sensations fortes. Ils se jouent des valeurs hypocrites d’une société qui les adule. Ne vivent-ils pas dans un monde où la loi du plus fort s’impose ouvertement ?

Sept prédateurs, qui assouvissent leurs pulsions lors de gigantesques fêtes privées.

Comme chaque année, Alessandro, Markus, Martin, Doron, Paul, Sebastiaan et Denis s’offrent un week-end de rêves. Les sept amis en profitent pour décompresser, loin de leurs vies remplies, stressantes et bien propres.

Après la Toscane, l’an prochain, ce sera la Provence qui leur servira de cadre, Denis a déjà tout planifié pour qu’ils puissent laisser libre cours à leurs envies et leurs vices.

Mais le rituel va être perturbé. Car cette fois-ci, leur nouvelle proie n’entend pas se laisser mener à l’abattoir…

Critique :
Ils sont 7… et ont plus des sept mercenaires que des sept nains de Disney.

Nos 7 hommes sont des mâles Alpha, ils occupent tous des postes importants, viennent de pays différents, mais ont été dans la même université et sont donc amis depuis longtemps.

Nos sept hommes sont des prédateurs, rien ne leur résiste, ils sont toujours à la recherche de nouvelles sensations pour pimenter leurs vies qu’ils pensent trop classiques.

Et puis, lorsque personne ne se rend compte que vous avez tué des gens, vous ressentez l’ivresse de l’impunité et puisque vous pensez que tout est permis, il n’y a plus de limites à votre folie.

Si je n’ai pas été fan des dessins, je l’ai été du récit car sa construction nous fait remonter dans le temps, mélangeant agréablement les derniers faits de nos prédateurs, leurs anciens (un chaque année), ainsi que leur tout premier, celui qui les fit entrer dans un autre monde : celui des meurtriers et des chasseurs de gibiers bien différent de ceux qui chassent le sanglier infesté à la peste porcine (ou pas).

Cela ménage du suspense, ces retours en arrière et augmente le rythme cardiaque lors de la traque de l’élue de l’année, une informaticienne qui n’a pas trop envie de se faire bouffer par ces Hannibal Lecter en herbe qui avant vont la chasser dans un parc fermé.

Durant le récit, voit bien la montée de la violence, leur recherche, sans cesse, des sensations fortes au mépris de toutes les règles, des vies humaines prises et où les femmes ne sont que des objets sexuels, à chasser dans le sens premier du terme ou à faire passer à la casserole, au propre comme au figuré (le figuré avant le propre, sinon, ils allaient baiser un cuissot de viande).

Un thriller haletant, violent, où les hommes sont des bêtes sauvages, des mâles Alpha se croyant tout permis et pour qui la vie des autres ne compte pas.

Se croyant les plus forts, pensant qu’ils sont les meilleurs, ils n’avaient jamais pensé qu’une proie ne voudrait pas danser sur leur musique à eux et qu’ils allaient chasser une jolie biche qui avait tout d’une panthère.

Violent, horrible, sanglant, mais addictif.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois du Polar Chez Sharon (Février 2019).

Publicités

22 réflexions au sujet de « Sept – Tome 19 – Sept Cannibales : Sylvain Runberg & Tirso Cons »

  1. Sont-ils seulement au moins aussi fins cuisiniers que mon cannibale préféré, Hannibal Lecter? Y a t-il des recettes illustrées ?Et sont-ils aussi drôles que la Belette Cannibale? Nan parce que c’est pas le tout d’être cannibale… C’est à la portée de n’importe quel tordu psychopathe! En plus chasser en bande forcément ils ont plus de chances de gagner! Le cannibalisme c’est une démarche transgressive archaïque qui nécessite d’être un minimum travaillée pour passer du crime barbare à une œuvre d’art civilisée ! Je sais… je suis très exigeante… 🤣😂🤣

    Aimé par 1 personne

    • Ben non, ils sont moins fins en cuisine que l’ami Hannibal et niveau humour, ils en sont dépourvu, ou alors, c’est de l’humour de mec testostéroné à mort, donc, humour limite…. 😆

      Ils n’ont pas fait dans l’oeuvre d’art, Hanni peut dormir tranquille :p

      J'aime

      • Hanni peut aussi aiguiser ses couteaux au lieux de se pieuter… on ne se risque pas impunément à l’imiter de façon aussi minable sans éveiller son mépris également donc… son féroce appétit !

        Allez hop! Un ragoût à la sauce noire velour avec un Montrachet à 300 dollars la bouteille, fèves au beurre et chianti, pâté de cervelet, osso bucco au jarret de gros porc, sot-l’y-laisse, feuilletés de ris de « veau » de provenance originale, fricassée de rognons au vin rouge, cœurs farcis… miam miam… Et dire qu’on a sept types à bouffer! Ça va faire un banquer sympa!

        Je me dis aussi qu’en en gavant un ou deux on pourrait aussi faire du foie gras aussi…

        J’te laisse! J’ai faim… et ça sent la chair fraîche dans les chambres des nenfants!

        Aimé par 1 personne

  2. Et bin digne successeur d’hannibal lala…didonc….effrayant, on va dire !

    Au fait pas sure de faire une critique de « disparition inquietante »…..j’en suis a me demander comment il a pu gagner, un jour, l’annee du polar !…;)

    Aimé par 1 personne

      • quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii….nooon..il ne se passe rien…et c’est un typique loser….ooohhhh quand je pense a tous ces livres thriller que tu lis….bon…je suis mdr…il n’y aura que Tchoutchou entre nous…lol
        Ahhh Hannibal est un maitre en la matiere…excellent…;)

        Aimé par 1 personne

        • Oui, c’est un looser, un vrai flic, quoi, le genre qui ne se remue pas trop et puis, quand il prend conscience qu’il a merdé, se bouge le cul.

          Thriller, je suis pour, mais trop de trépidant tue parfois le trépidant et à force de vouloir tenir en haleine les lecteurs, on arrive souvent à du grand n’importe quoi :/

          J’ai aimé le voyage, je ne reviendrai sans doute pas à Tel-Aviv (à Montréal ♪) mais j’ai apprécié cette découverte.

          Bon, ne nous reste que Tchou-tchou !!

          J'aime

  3. Ping : Le mois du polar 2019, c’est ici | deslivresetsharon

  4. Ping : Bilan du Mois du Polar chez Sharon : Février 2019 | The Cannibal Lecteur

  5. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Février 2019 [Mois du Polar chez Sharon] | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.