V pour Vendetta – Intégrale : Alan Moore & David Lloyd

Titre : V pour Vendetta – Intégrale

Scénariste : Alan Moore
Dessinateur : David Lloyd

Édition : Delcourt (25/01/1999)

Résumé :
Londres, fin du XXe siècle : plus personne n’ose résister au « Système ». L’œil et l’oreille espionnent, le nez enquête, la bouche désinforme et la main fait régner l’ordre et la terreur.

L’Angleterre a pris les couleurs du fascisme. La culture a été effacée. Pourtant quelqu’un ou quelque chose rôde dans les ruelles sombres.

Il est vêtu comme un comédien, masqué d’un éternel sourire, cite Shakespeare, sauve les innocents, pose des bombes et préserve ce qu’il reste de la culture dans son musée des ombres. Un anarchiste s’est glissé au cœur du système.

Ni comédien ni tragédien, ni bouffon ni fou, ni fanatique ni terroriste, ou peut-être tout cela à la fois, il n’a pour nom qu’une initiale : V. V pour Vendetta. V pour Vengeance.

À moins que ça ne soit pas aussi simple que ça…

Critique :
Comment parler de cette intégrale que j’ai lu en plusieurs jours, tant elle est foisonnante de détails, de dialogues ciselés et dont l’atmosphère était lourde ?

Une uchronie sombre, dure, travaillée, violente, dérangeante, superbe…

Le festival des adjectifs et des superlatifs vient de s’ouvrir ! Qui dit mieux ?

Watchmen était déjà une œuvre aux personnages fouillés et à l’histoire complexe, mais avec celui-ci, on a encore franchi une limite dans le « oufti putain que c’est bon ».

Fin 20ème siècle, années 90. L’Angleterre sous une dictature implacable, qui fait peur et qui a tout de ce qu’auraient été notre vie si les nazis avaient gagné, camps d’internements compris.

Restrictions totale des libertés (le mot « liberté » existe-t-il encore ??), surveillance audio, vidéo (on va éviter de se promener à poil chez soi), contrôle de l’information, culte de la personnalité, arrestations arbitraires avec internement de certaines catégories de personnes dans des camps de concentration, anéantissement de la culture, des livres, du cinéma,… Les gens ne savent même plus ce qui a existé avant.

Si je n’ai pas vraiment accroché aux dessins (qui, je dois l’avouer, collent parfaitement avec l’histoire), le scénario, lui, est de toute beauté dans son réalisme car ce que les auteurs décrivent pourrait très bien nous arriver. Ça nous pend peut-être même déjà au nez.

Pour le lecteur habitué aux mangas, la surprise sera de taille car pas d’onomatopées (aucune !!) glissées ça et là pour bruiter l’action, pas de ballons de pensées non plus, et exit les pavés narratifs aussi, le tout ayant déstabilisé l’amatrice de bédé que je suis.

Entre nous, on s’y habitue vite, le talent des auteurs résidant dans le dessins et la narration qui arrivent à se passer de ses trois artifices, sublimant l’action et la narration, pour nous proposer un monument de la littérature dessinée.

Les personnages sont plus que criants de vérité, et V, celui qui s’insurge, celui qui est seul à se dresser contre l’oppresseur et la tyrannie, le seul à donner de la voix à la multitude silencieuse, il est humain, mystérieux, intrigant, passionnant, possède de l’humour et de la dérision.

Il a des valeurs morales, est prêt à tout pour faire tomber cette dictature abjecte et possède aussi des désirs de vengeance. Mon chouchou dans l’Histoire.

Son personnage s’est fortement inspiré de Guy Fawkes, le terroriste catholique qui est à l’origine de la Conspiration des Poudres qui eu lieu en 1605. Il faisait partie de ceux qui avaient planifié l’assassinat du roi Jacques Ier et de faire péter la Chambre des lords.

Quant au scénario, il y a du 1984 d’Orwell, mélangé à du Fahrenheit 451 de Bradbury avec une touche de Dumas et de son célèbre Edmond Dantès mué en un comte de Monte-Cristo vengeur, s’attaquant à ceux qui furent à l’origine de son emprisonnement.

V pour Vendetta est un joyaux noir, taillé à la juste mesure, éclairé de sombritude (oxymore additionné d’un néologisme, je sais) qui dénonce les régimes autoritaires et tout le cortège de privations qui va avec tout en mettant en garde le lecteur : sois vigilant, mec, ça pourrait revenir sans que tu le sentes venir !

Une putain d’excellente uchronie dessinée !

Challenge« Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et Le Mois Anglais (Juin 2017 – Saison 6) chez Lou et Cryssilda.

 

Publicités

22 réflexions au sujet de « V pour Vendetta – Intégrale : Alan Moore & David Lloyd »

  1. Vu! Mais pas lu! L’adaptation cinéma est passée il y a quelques temps (et plusieurs fois) sur les chaînes de la TNT.
    J’aime bien cette histoire aux relents orweliens… c’est aussi par ce biais que j’ai entendu pour la première fois parler de la conspiration des poudres sous Jacques Ier…

    Aimé par 1 personne

      • Tu ne crois pas si bien dire! Tu as des dizaines de marques de lessives différentes mais en vrai, elles appartiennent toutes à deux firmes! Tu crois que tu as le choix et que tu fais marcher la concurrence? Et ben non! Naïve va! 🙄

        J'aime

        • Je l’avais compris toute gamine ! Je m’amusais à lire les étiquettes des poudres à lessiver, des dentifrices (non, je n’étais pas une Cosette qui n’avait rien à lire, juste que quand je dis que j’aime lire, ben ça va loin !!) et toutes appartenait à Procter & Gamble !!! Même des concurrentes qui disaient laver plus blanc que blanc !

          Quand tu as remonté tous les organigrammes des grosses sociétés, tu te rends compte que 10 familles maximum gouvernent le monde. Je ne suis plus naïve depuis longtemps ! Hélas…

          J'aime

  2. Et voilà, un autre chef-d’œuvre du génialissime Alan Moore, le scénariste qui, peut-être avec Neil Gaiman, a mis un grand coup de pied dans le monde des comics.
    Content que ça t’aie emballé, je l’ai lu et relu, mais je ne suis pas certain de vouloir voir le film, ni aucun autre adapté des Bd de Moore (il y a quand même Watchmen, From Hell et La ligue des gentlemen extraordinaires).

    J'aime

    • À ce niveau là, c’est plus du coup de pied au cul, c’est pire ! Waw, dans ma gueule. Merci des bons conseils comics, bon, faut se calmer un peu là, je n’arrive plus à m’asseoir tant j’ai reçu des coups de pieds dans mon pauvre petit cul ! 😆

      J'aime

  3. Ping : V pour Vendetta [comics] | Le Bibliocosme

  4. Un roman graphique culte ! Comme toute l’oeuvre d’Alan Moore.
    Concernant les adaptions ciné de son travail, il faut savoir que Alan Moore les vomit systématiquement… Perso j’ai trouvé que le film se laissait regarder même si on est loin de la richesse de la BD.
    Comme j’ai commencé par le film j’ai été sans doute moins déçu que ceux et celles qui connaissaient déjà la BD.

    Aimé par 1 personne

    • Comme quoi, tout dépend par quel côté on commence… oups ! 🙄

      Le King n’est pas fan des adaptations ciné de ses livres plus, il me semble… en tout cas, j’en suis sûre pour Shining !

      Je me ferai le film à l’occasion, si j’ai du temps, mais je suis contente d’avoir commencé par l’oeuvre originale.

      J'aime

  5. Ping : Bilan Mois Anglais – Juin 2017 [Saison 6] – I’ll be back !! | The Cannibal Lecteur

  6. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Juin 2017 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s