Baker Street – Tome 1 – Sherlock Holmes n’a peur de rien : Pierre Veys & Nicolas Barral

baker-street-tome-1-sherlock-holmes-na-peur-de-rien-barral-veys

Titre : Baker Street – Tome 1 – Sherlock Holmes n’a peur de rien

Scénariste : Pierre Veys
Dessinateur : Nicolas Barral

Édition : Delcourt (2004)

Résumé :
Saviez-vous que Watson doit une grande partie de sa popularité à une méduse ? Que Holmes pratique parfois le cambriolage ? Et seriez-vous capable de trouver un rapport entre un diable en boîte, un haltère, un réveil-matin, un cactus et une masse d’armes ? Non ?

Eh bien plongez-vous dans les carnets secrets du Dr Watson, miraculeusement exhumés par deux « froggies »…

bakerstreet01pCritique :
Je n’ai rien contre les parodies, tant qu’elles sont bien fichues… Sherlock Holmes avait déjà été excellemment parodié dans le film « Without a clues » (Élémentaire mon Cher Lock Holmes) et ici, il en est de même : excellent !

Oubliez ce que vous savez du plus célèbre détective de Baker Street, celui est plus burlesque et moins… grand détective qui résout tout.

Pourtant, on sent que les auteurs ont potassé leur canon et qu’ils n’ont pas fait cela à la légère puisque dans ce premier tome, ils remercient les Quincaillers de la Franco-Midland !

Ce premier tome regroupe 4 enquêtes de notre plus célèbre détective d’Angleterre et de son ami, le bon docteur Watson.

Watson dépeint comme un gros gourmand, un amateur de boisson alcoolisée, meilleurs en découverte de solution que Holmes et bourré d’humour dans ses petites pensées.

Sans oublier leur logeuse, madame Hudson, toujours bourrée et l’inspecteur Lestrade, l’emmerdeur de service.

— LESTRADE !
— Le casse-pieds !
— Planquons-nous, Watson !

Nous sommes dans une parodie, c’est drôle, amusant, on nous présente un Holmes aux antipodes du canonique puisqu’il n’est pas le roi de la déduction, est colérique, s’engueule avec Watson, est mauvais joueur, imbu de sa personne, il déteste la reine Victoria, est parfois perdu dans son enquête et pique une crise digne de Joe Dalton lorsque l’on dit « Moriarty ».

— Vous ne prenez pas de notes, Watson ? Je sens que je vais être brillant !

Les dessins sont drôles, sans être des oeuvres d’art, mais faut chercher les petits détails et les expressions faciales valent leur pesant de tabac, le scénario comporte de véritables enquêtes, leur solution, mais elle n’est pas toujours celle trouvée par Holmes…

À déguster avec une tasse de thé et  le sourire aux lèvres !

Une bédé drôle, une parodie réussi, ou : comment retrouver des personnages cultes dans des situations abracadabrantesques…

— Mais moi, j’arrête qui, alors ?
— Alors le lourdaud de service, il se tait où il rentre à pied aussi !!!
— Mais Holmes, c’est mon fiacre…
— Tac ! Ça y est ! C’est gagné ! Il est puni. Cocher, arrêtez.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, « A year in England » chez Titine (Juillet 2016 – Mai 2017), Challenge British Mysteries chez My Lou Book, Le Mois du polar 2017 chez Sharon (Février 2017) et le RAT a Week Winter Edition Saison 2 chez Chroniques Littéraires (48 pages).

diabolo-riretexte

Advertisements

17 réflexions au sujet de « Baker Street – Tome 1 – Sherlock Holmes n’a peur de rien : Pierre Veys & Nicolas Barral »

  1. Cela m’a l’air plutôt sympathique cette affaire… Même si le Watson Glouton ne m’inspire pas trop (c’est un peu du déjà vu… Notamment dans une de ces adaptations pourries où ils en font un retraité obèse qui ne pense qu’à l’heure du repas)… Tu sais que j’aime bien les parodies et moins les clichés et là, ça fait parodie de cliché! 🙂 Cela étant ta comparaison à « Elémentaire mon cher Lock Holmes » me fait bien envie! Et puis Madame Hudson bourrée ça doit valoir son pesant de cacahuètes ! Surtout quand elle sert le thé (pour tant est qu’elle arrive à poser le plateau sans se le renverser sur les pieds!)…

    Y a un truc que j’ai jamais compris… C’est pourquoi les membres de la SSHF tiennent à ce point à s’appeler quincaillers de la francomidland (faut pas chercher c’est des gens étranges…)! Certes il y a une référence canonique… M’enfin… Pourquoi pas Club Diogène, la compagnie des Chasseurs de Rats de Sumatra ou les Camés Anonymes du Vatican tant qu’on y est? 😀

    Aimé par 1 personne

    • Je ne sais pas pourquoi ils ont choisi la référence à « l’employé de l’agent change »… On a bien les évadés de dartmoor ou les cyclistes solitaires… Un choix, une envie ?

      Que nous dit la SSHF ?? « Les fondateurs de la SSHF ont cherché des références françaises dans le Canon et leur choix s’est arrêté sur celui de cette société de quincaillerie, la Franco-Midland, dont le siège est à Birmingham en Angleterre, mais dont toute l’activité est en France : “The Franco-Midland Hardware Company, Limited, with one hundred and thirty-four branches in the towns and villages of France, not counting one in Brussels and one in San Remo.” Les statuts de notre association (loi 1901) reprennent cette définition canonique : « Rassembler en France, dans tous les autres pays francophones, dans la ville de San Remo en Italie, dans celle de Bruxelles en Belgique et dans celle de Birmingham en Angleterre, toutes les personnes morales et physiques qui s’intéressent à Sherlock Holmes, personnage cité par Sir Arthur Conan Doyle ; créer, gérer et animer un musée consacré à l’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle. » » Voilà !!!

      Holmes est habillé pour l’hiver de clichés, que ce soit la pipe calebasse (anachronisme), le deerstalker & macfarlane, le élémentaire mon cher Watson (non canonique)… donc, vu qu’il est reconnu grâce à des clichés, autant s’en moquer, non ? Watson n’est pas super glouton, mais il est vrai que des papotes autour de la table sans manger le gâteau dessus, ça fait con, et moi aussi j’aurais eu envie de manger une part.

      On peut fonder le club des « Camés Anonymes du Vatican « …. 😆

      J'aime

      • Nom de l’association :
        LES CAMÉS ANONYMES DU VATICAN
        Raison Sociale:
        RÉUNIR LES ADDICTS À L’ŒUVRE SHERLOCKIENNE POUR ÉCHANGER AUTOUR D’UN THÉ ET D’UNE PATISSERIE ANGLAISE SUR LEUR VICE EN APPRENANT À LE MAÎTRISER ET SANS FINIR PAR CROIRE QUE HOLMES A EXISTER ET QUE LE CANON EST LE 5e EVANGILE.
        Siège social :
        CITÉ DU VATICAN A ROME CAR C’EST LE CENTRE DU MONDE DE LA CULTURE OCCIDENTALE DEPUIS JULES CESAR
        (Il nous faut trouver un citoyen du Vatican près à nous servir d’adresse postale et de siège)

        Aimé par 1 personne

        • Sherlock n’existe pas ??? Putain, je l’ai vu à la téloche l’autre jour, pourtant !!!

          Le canon est le 1er évangile… pas le 5ème, en effet.

          Je vais tweeter à mon pote François qui crèche (mdr) là-bas… notre siège, se sera le saint-siège !!

          J'aime

          • C’est moins moins que Sumatra en plus… mais les Camées Anonymes de Sumatra ça claque pas mal aussi! 😀 Et pas de Club Diogène à Londres… À moins de créer les Camées Anonymes du Club Diogène et de créer un club Diogène virtuel sur internet? Ça pourrait le faire ? Et comme le mot « camée » désignant les bijoux de l’affaire au masculin s’écrit avec un « e » c’est une raison de plus pour garder le « e » en en faisant un club pour Ladies Only ! Après tout le club Diogène n’est pas censé être mixte…

            Aimé par 1 personne

            • Je parie qu’au Diogène, ils avaient des gonzesses planquées dans les placards de la salle des étrangers !

              Le coup du camée, elle est bonne !

              J'aime

            • Meuh non! Impossible des femmes au club Diogene du canon! Les membres doivent être parfaitement silencieux voire mutiques!!! Impossible d’y planquer des femmes en douce! Même des muettes on les repérerait très vite à cause des frou-frou de leur robes victoriennes!

              Aimé par 1 personne

            • Les membres ?? Quels membres ? ceux assis dans les fauteuils ou ceux dans les pantalons ??

              Elles étaient nues dans les placards, donc, pas de frou-frou !

              J'aime

  2. Ping : Mois du polar 2017 | deslivresetsharon

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Février 2017 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Bilan du mois du polar février 2017 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s