Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T02 – Une étude en rouge : Ian Edginton, Ian Culbard et Arthur Conan Doyle

Titre : Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – Tome 2 – Une étude en rouge

Scénariste : Ian Edginton et Arthur Conan Doyle
Dessinateur : Ian Culbard

Édition : Akileos (2010)

Résumé :
Le corps d’un homme mort est trouvé dans une pièce maculée de sang… alors même qu’il n’y a aucune trace de blessure sur celui-ci. Un nom a été partiellement écrit en lettres de sang sur le mur. Une alliance de femme a été trouvée…

La sensationnelle histoire que Sherlock Holmes suit à la trace, d’un immeuble miteux de Londres aux plaines sauvages de l’Ouest américain, offre un cas de jurisprudence à sa « science de la déduction » alors que pour son nouvel ami le Dr Watson, la plus grande énigme c’est Sherlock Holmes lui-même.

Critique :
Une étude en rouge est le premier roman consacré à Sherlock Holmes et il n’avait pas eu le succès escompté.

Il a fallu attendre le suivant (Le signe des quatre) pour qu’il décolle et connaisse le succès que l’on sait.

Holmes est meilleur dans les nouvelles que dans les romans et celui-ci, comme le suivant, aura une seconde partie où le coupable raconte tout.

La première chose qui m’a fait soupirer d’aise en ouvrant ce tome 2 c’est que les dessins des visages sont mieux réussi que dans le premier et le dessinateur a laissé tomber cette ligne qui fendait une partie du visage des protagonistes.

Se déclinant dans des tons gris bleus, l’album ne sera toute fois pas ma tasse de thé en ce qui concerne les graphismes.

Le récit, quant à lui, est conforme au roman, donc, pas de surprise pour ceux ou celles qui l’ont lu, mais cette bédé est intéressante si vous voulez faire découvrir Holmes à des personnes qui ne le connaissent pas encore et que la longueur d’un roman rebute.

Par contre, il y a un truc qui ne colle pas et que je n’avais pas remarqué dans le roman… Lorsque Holmes fait passer une petite annonce au sujet de la bague, il donne le nom de Watson mais indique leur adresse commune, le 221b Baker Street.

Se méfiant, le coupable ne s’est pas présenté à l’adresse et pourtant, quelques jours après, il s’y rendra sur demande de Wiggins. Il n’a pas reconnu l’adresse ?? Bon, on va oublier cette petite erreur dans le scénario de ce cher Conan Doyle.

Une bédé qui aurait été plus agréable avec un autre graphisme mais puisque le dessinateur s’est appliqué un peu mieux pour les personnages, je ne vais pas trop pinailler.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°244 et Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9).

27 réflexions au sujet de « Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T02 – Une étude en rouge : Ian Edginton, Ian Culbard et Arthur Conan Doyle »

  1. Ping : Bilan Mensuel Livresque – Juin 2020 [Mois Anglais – Saison 9] | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : The English Month is finish… I’ll be back ! [Bilan Mois Anglais – Juin 2020] | The Cannibal Lecteur

  3. Ping : Le Mois anglais 2020 : le billet recap – MylouBook

    • Il est un peu mieux, c’est déjà ça, mais pas encore au top. Il plaira peut-être à d’autres… Malgré tout, je continue la série. Holmésienne jusqu’au bout des ongles 😉

      J'aime

  4. Ouaip… Les dessins étant carrément laids (atmosphère sombre et tronches à faire peur), je ne vois pas ce que ça apporte au roman. Une adaptation doit magnifier un texte. Pas l’enlaidir ou le trahir. Déjà que je ne suis pas fan de bédés à la base… mais là… pfffft!

    Aimé par 1 personne

  5. Il faudra qu’un de ses quatre je me replonge dans tous les romans et que je les relise. Je ne les ai plus. Je ne sais plus quelle édition les avait tous fait paraître avec une couverture toute noire. Flammarion ? Il y a trente ans environ et se vendent encore d’occasion, Je regrette de les avoir donné par manque de place, c’est comme ça. Tu as essayé la BD, tu es opiniâtre 😉
    Il faut au moins essayer 😀

    Aimé par 1 personne

  6. Ping : Billet récapitulatif – Le mois anglais 2020 | Plaisirs à cultiver

  7. Il me semblait bien que c’était le même dessinateur que la dernière fois ^^ et non, toujours pas fan des dessins donc encore une fois, je passe mon tour ^^ Par contre, je me relirai bien le roman, je me rends compte que je ne m’en souviens plus ^^ et pourtant, contrairement à toi, je préfère les romans mettant en scène Sherlock Holmes aux nouvelles ^^

    Aimé par 1 personne

    • Oui, toujours le même, j’ai 4 bédé de lui… Bon, on s’améliore un peu, pas encore ma tasse de thé, mais je suis moins incommodée par les traits.

      Comme quoi… 😀 Je préfère les nouvelles, plus dynamiques que les romans, même si j’adore aussi les romans… attention ! 😀

      J'aime

    • PS : mais dans 3 romans sur 4, on a une partie qui est racontée par un des suspect/coupable (et se déroule ailleurs). Sans ça, pas moyen d’avoir l’épaisseur d’un roman.

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.