L’étrange traversée du Saardam : Stuart Turton

Titre : L’étrange traversée du Saardam

Auteur : Stuart Turton
Édition : Sonatine (03/03/2022) – 592 pages
Édition Originale : The Devil and the Dark Water (2020)
Traduction : Fabrice Pointeau

Résumé :
1634. Le Saardam quitte les Indes orientales pour Amsterdam. À son bord : le gouverneur de l’île de Batavia, sa femme et sa fille. Au fond de la cale, un prisonnier : le célèbre détective Samuel Pipps, victime d’une sombre affaire.

Alors que la traversée s’avère difficile et périlleuse, les voyageurs doivent faire face à d’étranges événements.

Un symbole de cendres apparaît sur la grand-voile, une voix terrifiante se fait entendre dans la nuit, et les phénomènes surnaturels se multiplient. Le bateau serait-il hanté, ses occupants maudits ?

Aucune explication rationnelle ne semble possible. Et l’enquête s’avère particulièrement délicate, entre les superstitions des uns et les secrets des autres.

Critique :
Le Saardam n’est pas un désert qu’il faut traverser, non, c’est juste le nom d’un bateau, un indiaman, pour être précise et sa traversée va être des plus étranges…

Qualifier ce roman d’aventures, mi-polar, mi-historique, mi-fantastique, de spécial serait réducteur et pourtant, c’est le mot qui le qualifiera le mieux.

1634… Nous embarquons sur un indiaman de la compagnie néerlandaise des Indes orientales, partant de Batavia (pour les GPS contemporains, inscrivez Jakarta), les cales remplies d’épices et d’une cargaison mystérieuse, secrète.

Nous partîmes 300 (marins, mousquetaires, capitaine, passagers, nobles) et par de promptes emmerdes, décès, assassinats, disparitions, nous terminâmes cette traversée étrange avec beaucoup moins de monde.

Ce roman pourra sa classer dans la catégorie des inclassables ou de ceux difficiles à cataloguer, en raison des nombreuses étiquettes qu’il coche, bien que le roman policier historique soit le plus prégnant.

Le personnage de Sammuel Pipps a tout d’un Sherlock Holmes et son acolyte, Arent Hayes, a tout d’un Watson bodybuildé et bagarreur.

Inconvénient de l’affaire, notre enquêteur chevronné est aux fers, avec interdiction de sortir et donc, impossible pour lui d’enquêter sur les évènements étranges qui frappent le Saardam, comme s’il était victime d’une malédiction, celle de Old Tom.

Les meurtres en huis-clos sont les plus étranges, ici, navigant sur l’océan, nous entrons dans une autre dimension : personne n’a pu monter à bord ou s’en échapper et lorsqu’un meurtre aura lieu dans un cabine hermétiquement fermée, le huis-clos prendra encore plus d’ampleur, surtout qu’il a un arrière-goût de fantastique, de sorcellerie, de malédiction…

Possédant le pied marin, c’est avec enthousiasme que je suis montée sur le pont du Saardam et le mal de mer m’a pris par surprise, alors que tout le monde embarquait et que ça n’en finissait pas…

La mise en place traîne en longueur et il faut attendre encore d’être arrivé à la moitié pour que tout bouge enfin un peu plus. Il y a une profusion de personnages et s’ils sont bien tous décrits et reconnaissables, j’ai réussi à en confondre deux, malgré l’index dans les premières pages (le Chambellan Cornelius Vos et le Marchand-chef Reynier van Schooten).

L’auteur a réussi à me faire perdre le Nord, mélanger bâbord et tribord, confondu la proue et la poupe, tant son récit était mystérieux et que je ne parvenais pas à trouver les solutions à tous ces phénomènes étranges qui arrivaient aux passagers du Saardam.

D’où proviennent les voix qui parlent aux gens durant leur sommeil, qui a peint les signes sur la grande voile et gravé dans les caisses ? Qui est ce huitième bateau qui n’apparaît que la nuit ?

Sans les explications finales, je n’aurais jamais trouvé et si j’ai apprécié me faire balader de la sorte, avec 100 pages de moins, le rythme aurait été plus soutenu (la palissade, je sais). Le début fastidieux m’a fait boire la tasse.

Oui, la résolution était bien trouvée, digne d’un grand roman policier. Elle était inattendue, sans pour autant égaler le truc de ouf qu’il y avait dans le premier roman (Les sept morts d’Evelyn Hardcastle).

Attention, la résolution comportait une sacrée touche d’originalité que je n’ai pas vu venir. Le fantastique est expliqué, on reste dans le rationnel, alors que dans le premier roman, nous étions sans contestation aucune dans du fantastique.

Si j’avais lu les romans dans le désordre, j’aurais sans doute au plus de plaisir, puisque j’aurais monté de niveau. Ici, par rapport au précédent, cela fait un peu pâle figure, tout en restant un formidable roman d’aventures en mer.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°008] et Le pavé de l’été 2022 (Sur mes Brizées).

17 réflexions au sujet de « L’étrange traversée du Saardam : Stuart Turton »

  1. Ping : Deuxième bilan du challenge Thriller et polar édition 2022-2023 | deslivresetsharon

  2. Ping : Premier bilan du challenge polar et thriller 2022 – 2023 | deslivresetsharon

  3. Humm… comment se décider… le cocktail donne dans l’originalité et c’est à double tranchant… Avec moi, ça passe ou je casse! 😂 Hou comme je suis fière de mon bon mot! 🙄

    Bref je me ferais bien tenter mais je suis un peu indécise quand même car lors d’une de mes précédentes fiches vous vous êtes certainement rendus compte que les démarrages poussifs peuvent aussi m’énerver assez vite …😉

    Alors… Que fais-je? Hummm… 🤔

    Après tout au point où j’en suis je crois que je vais prendre le risque de le rajouter sur ma PAL en épuisant un peu plus ma libraire. Elle sera canonisée en tant que Martyre! Et ça sera grâce à moi! 🥳

    Aimé par 1 personne

    • Tu peux bien faire une liste de tous les romans que tu souhaites acheter à ta pauvre libraire, des fois qu’elle aurait une mauvaise mémoire 😆

      Tu verras si tu trouves le début poussif ou pas… tu nous diras tout 🙂

      J’aime

      • Mais c’est que je lui en ai déjà laissé une il y a quelques jours ! Avec dedans le dernier Adler-Olsen sur le département V qui vient de sortir (la 4eme de couv’ parle du covid… donc c’est récent, non ?)… Je rêve de t’en faire une fiche à moins que tu ne dégaine avant moi! 😆 Le problème c’est que depuis, tu me fais baver devant d’autres livres et je fais devoir lui envoyer un mail (elle est moderne, elle utilise les mails, le téléphone et toussa toussa) pour réactualiser ma liste. Elle va finir par me prendre pour une folle c’est sûr… Mais bon… en réalité… Comment dire… Tout le monde me considère comme gentiment fêlée dans mon quartier ! Tu n’y es pour rien et… J’ai l’habitude ! 😆

        Aimé par 1 personne

        • Le sel est jeté, il paraîtra demain sur le blog, il est lu, digéré et putain, faut attendre le dernier, maintenant. Lucky Luke a dégainé avant toi 😆

          Mince, moi qui pensait que tu lui envoyais encore des télégrammes 😆 Elle sera contente de gagner plein de fric ! na :p

          J’aime

    • Merci à toi ! Je l’avais harponné sur ton mur à dépôt de lien avec un peu de retard (journées fort occupées). 🙂

      Sinon, avec un gilet de sauvetage, ça devrait le faire, le roman a plus de critiques positives que de négatives, je suis dans la minorité, une fois de plus 🙂

      J’aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.