Bilan Mensuel Livresque : Juin 2019 [MOIS ANGLAIS]

Comme d’habitude, mon Bilan Livresque du Mois de Juin est gargantuesque puisque c’est le mois de mes vacances annuelles (je les commence déjà fin mai, en général à l’Ascension) et celui du Mois Anglais !

D’office, le Bilan est toujours copieux, exceptionnel, fou, dantesque, amazing, fabuleux.

J’ai réussi à lire (heureusement que j’étais en vacances) 27 romans (dont 2 relectures), 18 Bédés, 3 Mangas et à voir 5 Films et 4 Séries !!

48 lectures au compteur, donc. Ne me demandez pas de faire pareil les autres mois, Juin est comme certains cols lors du Tour de France : Hors-catégorie !

Pour vous donner une idée, en Juin 2018, j’avais établi un record avec 21 romans lus + 13 relectures (= 34 romans lus) et 4 mangas (et zéro bédés). Je vous avoue qu’il ne me sera jamais possible de dépasser ou d’égaler, ni même de m’approcher de ce score stakhanoviste (je parle pour les romans).

Certes, lire autant, ça ne changera rien à ma PAL, on ne voit même pas qu’elle a descendu, mais au moins, j’ai réussi à sortir des vieux romans qui trainaient depuis un peu trop longtemps dans mes étagères.

Une fois de plus, j’ai noté des livres au programme, et je ne les ai pas lu… ♫ Comme d’habitude  ♪

Cela ne fait que la 3ème ou 4ème fois que je les note au programme du Mois Anglais et pas moyen de les sortir de la PAL (Bas-Fonds Londres – Crime et prostitution sous règne de Victoria de Chesney / L’Amant de lady Chatterley de D.H. Lawrence / Moriarty – Le chien des d’Urberville de Newman / La Rose pourpre et le Lys – Tome 1 de Michel Faber).

Certaines lectures furent bonnes, d’autres géniales et vu la quantité, il était normal de tomber sur des daubes premier prix, de celles qui devront caler des meubles ou qui finiront dans des boites à livres parce que sinon, je vais être obligée de détruire des pieds de meuble pour mettre les romans daube dessous.

Pour une fois, les romans ne sont pas toujours classés par ordre de lecture.

Pour ceux ou celles qui chercheraient une saga qui se met en place à son aise, sans pour autant lasser le lecteur, avec une résolution de meurtres, basique mais réaliste, se trouver en compagnie de personnages attachants, qui évoluent, je leur propose Les détectives du Yorkshire – Tome 1 – Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman (ICI). Ambiance so britsih garantie.

Un peu de fantastique, dans un Mois Anglais, ça ne fait jamais de tort et avec Les Attracteurs de Rose Street de Lucius Shepard (ICI), j’ai fait irruption dans un Londres qui avait des airs de steampunk. La psychologie des personnages est poussée et ce fut aussi une découverte agréable qui m’a sorti de mes sentiers plus que battus.

Dans ce futur peut-être pas si éloigné que ça, l’écologie en a pris la gueule, l’Homme a continué de polluer à mort et c’est un monde post-apocalypse qui est décrit dans Le Choix de Paul J. McAuley (ICI). Si j’ai aimé le récit, la manière dont il est écrit, je me suis retrouvée à la fin de cette histoire de manière un peu abrupte car je n’aurais pas craché sur quelques pages en plus. Malgré tout, une belle découverte.

Voilà ma lecture chiante du mois ! Littérature jeunesse ne veut pas dire non plus qu’il faut prendre les jeunes lectures pour des quiches… Jack l’éventreur – Le retour de Gilles Vincent (ICI) fait enquêter des jeunes gamins à qui tout est toujours tombé tout cuit dans le bec, au niveau de leur enquête, sans oublier un chat qui… parle ! Non, on oublie au plus vite.

Le problème avec les lectures daubes, c’est qu’elles attirent les autres… J’étais Jack l’Éventreur de Claude Ferny (ICI) finira lui aussi aux oubliettes de ma littérature. D’ailleurs, ne me demandez pas la référence à Jack The Ripper, son nom se trouve dans le titre mais ça s’arrête là. Rien de cohérent, rien de concret, des mobiles bancals, un médecin qui trucide et ses pensées qui ne m’ont fait que soupirer et bailler.

J’ai cru que ce roman finirait dans les abandons mais Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton (ICI) a commencé à m’intéresser beaucoup plus après la page 200. C’est un OLNI avec une construction bien à lui mais réussie, ce qui fait que l’on comprend tout, que tout se met en place au fur et à mesure pour donner un final en bouquet final.

La littérature jeunesse ne m’a pas porté chance, ce mois-ci ! Dans Les Naufrageurs de Iain Lawrence (ICI), les événements s’enchainent un peu trop vite, un peu trop bien, les personnages ne sont pas assez travaillés. Tout à l’air d’être un peu trop beau pour être vrai, un peu comme les romans jeunesse que nous lisions jeune (Club Des Cinq et autres). Mais ici, ça ne passe pas ! Ça se lit, sans plus ou ça se lit, à la rigueur.

Mon livre préféré dans la saga qui est repassé haut la main au jeu cruel de la relecture.  Oui, Harry Potter – Tome 3 – Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de J. K. Rowling [LC Bianca] (ICI) est toujours mon préféré de la saga ! L’auteure nous mystifie habillement, on se laisse avoir facilement, et boum, dans le final, quand on le découvre pour la première fois, on se prend un coup de poing dans le coeur. J’adore !

Si j’ai eu du mal à venir à bout de Mary Jane Kelly – La dernière victime de Didier Chauvet (ICI), ce n’est pas parce que le roman était mal écrit, juste parce qu’il était mal fichu en raison de son format PDF au lieu d’un Epub. J’ai ruiné mes yeux à le lire et il en valait la peine car l’auteur colle aux faits et nous offre une belle analyse brute des crimes de 1888 et plus particulièrement celui de MJK.

Vous voudriez en savoir un peu plus sur les crimes de 1888 sans pour autant entrer dans tous les détails ? Alors, L’Affaire Jack L’Éventreur de Christian Coudurier (ICI) vous conviendra. Voilà un petit livre qui, sans trop entrer dans les détails, donne une vue d’ensemble de l’affaire Jack The Ripper. C’est court, c’est bref, l’essentiel est dit. Pour les lecteurs pressés, ce petit livre est parfait, il fait le job, mais rien de plus.

Comment mettre en scène les inégalités sociales qui gangrénaient l’Angleterre victorienne sans que cela soit flagrant ? H.G. Wells a eu un coup de génie en envoyant un homme dans le futur, en 802.701 avec La Machine à explorer le temps (ICI). Dommage que j’aie découvert ce roman si tard dans ma vie car je l’aurais plus apprécié dans ma jeunesse que dans mon âge d’adulte.

Une nouvelle qui concerne un fantôme terrifiant qui donne envie de rire et ensuite qui donne des émotions ? Lisez Le fantôme de Canterville et autres contes d’Oscar Wilde (ICI) afin de ressentir ce mélange d’émotions. Le Crime de Lord Arthur Savile est aussi une excellente nouvelle du grand Wilde.

Roulements de tambour pour un vampire exceptionnel, un vrai : Dracula de Bram Stoker (ICI) est passé lui aussi sur le grill de la relecture. Le charme s’est accompli une nouvelle foi, Dracula m’a emporté, j’ai vibré durant tout le récit, marmonnant des inutiles « fuyez, pauvres fous » puisque le récit ne pouvait pas changer en mûrissant 26 ans de plus dans mes étagères. Mais il avait acquis un bon goût de fut de cercueil grand cru !

London nocturne de Cathi Unsworth (ICI) avait tout pour lui mais il lui a manqué un peu pour arriver dans les grands romans. La première partie est prenante, le Londres sous les bombes est réaliste, les bas-fonds bien décrits et j’ai aimé la seconde partie, celle avec les procès, même si pour moi, on attrape un peu trop facilement l’éventreur. Le problème, c’est que les personnages manquaient de profondeur et un meilleur traitement leur auraient donné plu d’épaisseur. Dommage. Demi-teinte.

Un Anglais qui parle aussi bien de l’Amérique, c’est pas possible ! Je parie que dans une vie antérieur, R.J Ellory était Américain ! Une fois de plus, il nous monte un roman exceptionnel avec Le chant de l’assassin (ICI) où on se dit que si les hommes avaient porté des capotes, ils auraient eu moins d’emmerdes, mais nous aurions eu un roman insipide ! Ellory, c’est le type qui te plonge dans l’Amérique profonde, dans le trou du cul du Texas et tu en redemandes.

À table ! de John Wainwrigh (ICI) n’est pas un livre de cuisine, bien que les flics disent toujours qu’ils vont cuisiner un suspect lorsqu’ils l’interrogent pour le faire craquer. Véritable huis-clos étouffant, ce roman est à l’origine du film « Garde à vue » où Lino Ventura, en inspecteur, affronte Michel Serrault, le suspect. Les dialogues sont ciselés, aux petits oignons et on se délecte de la joute verbale.

J’avais vraiment envie de me faire peur, ce mois-ci car un 3ème roman est repassé au jeu de la relecture. J’avais adoré Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde (ICI) et je me demandais si lui aussi réussirait l’examen avec Grande Distinction. Une fois de plus, la réussite est totale, mais bon, c’est du Wilde mon pote ! Cynique, pince-sans-rire, les répliques sont cinglantes, elles fusent de toutes part, c’est savoureux, ça se déguste. On ne lit pas le Portrait pour le côté thriller mais pour l’écriture de Wilde qui est magnifique. Dernièrement, j’ai trouvé la version non censurée et bardaf, ce sera une 3ème lecture !

Ici, au moins, le 4ème de couverture n’en disait pas trop, ne spoliaiy rien, mais attisait la curiosité du lecteur avec ces règles bizarres qui sont imposées à Molly. J’ai pris plaisir à découvrir Les meurtres de Molly Southbourne de Tade Thompson (ICI), novellas qui oscille entre le fantastique, la SF et la dystopie. Un récit court, bon et intense !

Vous partez en vacances et n’avez pas envie de vous emmerder avec de la grande littérature sans pour autant donner du temps de cerveau à une boisson ? Alors, Les chroniques de St Mary – Tome 1 – Un monde après l’autre de Jodi Taylor (ICI) est fait pour vous car il est jubilatoire, simple mais pas simpliste, disons simplement qu’elle n’est pas là pour faire dans le registre sérieux. Drôle, amusant, ludique. What’else ?

Je ne l’aurais jamais cru mais il est revenu ! Quelle joie de retrouver mon Oscar Wilde enquêtant avec ce cher Conan Doyle sur les crimes de Whitechapel ! Oscar Wilde et les crimes de la Tamise de Gyles Brandreth (ICI) est jubilatoire, amusant, sérieux, intelligent, joyeux, sombre… Ce récit est comme la personnalité d’Oscar Wilde : flamboyante ! Non seulement nos deux protagonistes sont réalistes, mais ceux qui les entourent aussi et le scénario est tissé d’un fil qui, au final, donnera une trame qui aurait pu être celle de 1888.

J’ai visité le Londres contemporain, le Londres victorien et de temps en temps, je retourne au Londres moyenâgeux avec le Coroner John Cranston et son acolyte, le Frère Athelstan – Tome 5 – Le Fanal de la mort de Paul Doherty (ICI). Ça se lit tout seul, facilement, assez rapidement, un sourire venant égayer ces turpitudes dans les tavernes glauques car Cranston est l’élément comique du duo tandis que Athelstan est bien sûr l’élément posé, celui qui joue à Sherlock Holmes.

Et allez une daube de plus ! Pire, on a même un abandon dans le cas de ma copinaute et une lecture en diagonale pour moi. L’échange de‬ Rebecca Fleet [LC Bianca] (ICI) ne nous a pas marqué, sauf le fait de se faire chier durant une lecture compte. Alors, rien que pour ce degré de platitude offert dans ces pages, le roman mériterai 5 étoiles car je n’ai pas lu en diagonale mes autres lectures pas terribles et daubinettes de ce mois-ci.

Quand Oscar Wilde prend la plume, ça perfore, ça attaque, ça reproche, ça mord. Écrivant feuillets par feuillets (le feuillet était repris au soir et il ne pouvait plus y avoir accès pour se relire), censurée durant des années, ayant failli disparaître définitivement, on peut dire qu’on a du bol de pouvoir lire De Profundis (suivi de La Ballade de la geôle de Reading) (ICI) et de voir combien Wilde a souffert de sa relation avec Bosie.

Oui, je l’ai vraiment mis à l’honneur en juin ! L’Éventail de Lady Windermere de Oscar Wilde (ICI), c’est une pièce de théâtre, mise en roman dans ce cas-ci. Des quiproquos, des bons mots, des chassés-croisés, des secrets parsèment cette pièce qui se déroule, en même pas 24h. Une critique acerbe de la haute société victorienne qui, affichant une façade lisse, masquait en fait une vie pas toujours si puritaine que ça.

Dans les collèges huppés, réputés, tout n’est pas toujours rose. Parfois, on a envie de taper #balancetonporc et ce qui arrive dans Des garçons bien élevés de Tony Parsons (ICI) où des anciens d’un collège réputés vont se faire assassiner l’un après l’autre. Dommage que l’on soit face à un policier cassé, une fois de plus.

Envie d’un roman noir inconnu mais petite pépite ? Absolution de Anthony Shaffer (ICI) rentre dans le glauque, sans jamais pourtant franchir de lignes rouges ou virer dans la violence gratuite. Ici, tout est psychologique, on joue avec vos nerfs et le jeu est oppressant. Là aussi il s’en passe des belles dans ce collège…

Je n’ai jamais été fan du mélange entre le fantastique et Holmes, pour moi, les deux doivent être séparés, ou alors, ça doit être léger… Le premier tome ne m’avait pas convaincu en raison d’une explication trop rapide, mais je ne suis pas rancunière et puisque Dame Ida avait que Holmes et les Monstruosités du Miskatonic – Dossiers Cthulhu – Tome 2 de James Lovegrove (ICI) n’était pas si mal que ça, hormis le fait que Holmes avait bien changé et qu’on ne savait pas trop si c’était un pastiche holmésien ou un pastiche lovecraftien… Je me devais de vérifier ! Mais je n’aurai pas le temps de vous le dire maintenant, faudra attendre la chronique.

Bilan Livresque Juin : 27 Romans

  1. Les Sept Morts D’Evelyn Hardcastle : Stuart Turton [ROMAN]
  2. J’étais Jack L’Éventreur : Claude Ferny [ROMAN]
  3. Jack L’Éventreur – Le retour : Gilles Vincent [ROMAN]
  4. L’Affaire Jack L’Éventreur : Christian Coudurier [ROMAN]
  5. Mary Jane Kelly – La dernière victime : Didier Chauvet [ROMAN]
  6. Le Portrait de Dorian Gray : Oscar Wilde [ROMAN – Relecture]
  7. Dracula : Bram Stoker [ROMAN – Relecture]
  8. London nocturne : Cathi Unsworth [ROMAN]
  9. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ‭: J.K. Rowling [ROMAN] [LC Bianca]
  10. L’échange ‭:‬ Rebecca Fleet [ROMAN] [LC Bianca]
  11. Détectives Yorkshire – T1 – Rendez-vous avec crime : Chapman [ROMAN]
  12. Les Attracteurs de Rose Street : Lucius Shepard [ROMAN]
  13. Le choix : Paul J. McAulay [ROMAN]
  14. Le fantôme de Canterville : Oscar Wilde [ROMAN]
  15. La Machine à explorer le temps : H.G. Wells [ROMAN] 
  16. Les meurtres de Molly Southbourne : Tade Thompson [ROMAN]
  17. Les Naufrageurs : Iain Lawrence [ROMAN]
  18. Le Chant De L’Assassin : R.J. Ellory [ROMAN]
  19. À table ! : John Wainwrigh [ROMAN]
  20. Chroniques de St Mary – T1 – Un monde après l’autre : Taylor [ROMAN]
  21. Oscar Wilde et les crimes de la Tamise : Gyles Brandreth [ROMAN]
  22. Frère Athelstan – Tome 5 – Le Fanal de la mort : Paul Doherty [ROMAN]
  23. De Profundis / La Ballade de la geôle de Reading : Oscar Wilde [ROMAN]
  24. L’Éventail de Lady Windermere : Oscar Wilde [ROMAN]
  25. Des garçons bien élevés : Tony Parsons [ROMAN]
  26. Absolution : Anthony Shaffer [ROMAN]
  27. Holmes et les Monstruosités du Miskatonic – Dossiers Cthulhu 2 : Lovegrove [ROMAN]

Bilan Livresque Juin : 18 Bédés et 3 Mangas

  1. Harrison & Holmes – Tome 01 – L’œil de fer : Arnü West [BD]
  2. Harrison et Holmes – Tome 2 – Pièces détachées : Arnü West [BD]
  3. Détectives – T 1 – Miss Crumble, Le monstre botté : Hanna & Guinebaud [BD]
  4. Détectives – T 5 – Frédérick Abstraight, A cat in the barrel : Hanna [BD]
  5. Détectives – T 6 – John Eaton, Eaton in love : Herik Hanna & Mara [BD]
  6.  Détectives – T7 – Nathan Else – Else et la mort : Hanna & Guinebaud [BD]
  7. Clues – Tome 01 – Sur les traces du passé : Mara [BD]
  8. Clues – Tome 02 – Dans l’Ombre de l’Ennemi : Mara [BD]
  9. Clues – Tome 03 – Cicatrices : Mara [BD]
  10. Clues – Tome 04 – À la croisée des chemins : Mara [BD]
  11. Jour J – Tome 18 – Opération Charlemagne : Fred Duva & J-P Pécau [BD]
  12. Holmes – BD dont vous êtes héros – Ombre de Jack l’éventreur : CED [BD]
  13. L’Homme de l’année – Tome 13 – 1888 : Benjamin Blasco-Martinez & Céka [BD]
  14. Dans tête S. Holmes – T1 – L’Affaire Ticket Scandaleux : Lieron & Dahan [BD]
  15. Le Magicien de Whitechapel – Tome 01 – Jerrold Piccobello : Benn [BD]
  16. Choc – Tome 3 – Les fantômes de Knightgrave : Colman et Maltaite [BD]
  17. Barracuda – Tome 1 – Esclaves : Jean Dufaux et Jérémy [BD]
  18. Barracuda – Tome 2 – Cicatrices : Jean Dufaux et Jérémy [BD]
  19. Sherlock Holmes – Tome 2 : Ishinomori, Ishikawa & Conan Doyle [MANGA]
  20. Black Butler – Tome 27 : Yana Toboso [MANGA]
  21. Moriarty – Tome 04 : Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi [MANGA]

Bilan Filmesque Juin : 5 Films et 4 Séries

  1. Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Columbus (2001) [FILMS]
  2. Harry Potter et la chambre des secrets de Chris Columbus (2002) [FILMS]
  3. Robin des Bois de Ridley Scott (2010) [FILMS]
  4. Les Douze Salopards (The Dirty Dozen) de Robert Aldrich (1967) [FILMS]
  5. Brexit de Toby Haynes (2019) [TÉLÉFILMS]
  6. Ordeal by innocence – Témoin indésirable (2017) [SÉRIES]
  7. Witness for the Prosecution – Témoin à charge (2016) [SÉRIES]
  8. A very english scandal (2018) [SÉRIES]
  9. Gunpowder (2017) [SÉRIES]

Publicités