Sherlock – Tome 4 – Un scandale à Buckingham (partie 1/2) : Jay, Mark Gatiss et Steven Moffat

Titre : Sherlock – Tome 4 – Un scandale à Buckingham (partie 1/2)

Scénaristes : Mark Gatiss et Steven Moffat
Dessinateur : Jay

Édition : Kurokawa (14/11/2019)
Édition Originale : Sherlock : Belgravia no Shûbun jp, Vol.1 (2019)
Traducteur : Fabien Nabhan

Résumé :
Grâce au blog de John Watson relatant les multiples enquêtes élucidées par Sherlock, notre détective devient de plus en plus célèbre.

À tel point qu’un membre de la famille royale lui confie une nouvelle affaire consistant à récupérer des photos compromettantes prises par Irène, une femme dangereuse, aussi intelligente que culottée.

Début de la deuxième saison en manga de la célèbre série TV Sherlock !

Critique :
On peut dire que celui-là, je l’attendais au tournant !

Et j’ai attendu 2 ans pour voir enfin sortir le tome consacré à l’épisode que j’apprécie le plus dans la série Sherlock BBC.

Alors oui, j’avais les crocs et le poignard déjà en main pour trucider si jamais le résultat n’était pas à la hauteur de mes attentes.

Vu la richesse scénaristique de l’épisode 1 de la saison 2, le manga est divisé en deux parties et donc, je devrais encore attendre pour l’avoir en entier.

Pour l’histoire, rien de neuf sous le soleil puisque ce sont les épisodes télés mis en manga, tels quels.

Pourquoi ? Sans doute pour attirer les gens qui ne regardent pas les séries mais qui sont amateurs de mangas (qui pourraient ensuite basculer sur la série) ou alors, pour soutirer des sous aux fans du détective du 221b…

Dont je fais partie.

Autre avantage c’est qu’il permet de « revoir » l’épisode mais à son rythme, en prenant le temps car si vous avez déjà regardé un épisode de la série Sherlock de la BBC, vous n’êtes pas sans savoir qu’elle est rapide. Trop rapide, parfois.

Niveau rythme, on a beau être en version manga, ça avance tout de même, tout en restant fidèle au récit de la série, les seules différences notables étant que le mangaka a mangarisé (ça ne se dit pas, je sais) les personnages, ajoutant donc des onomatopées pour illustrer des pas ou tout autre chose.

J’avais déjà souligné dans les tomes précédents, que si Sherlock était réussi au niveau du physique et du rendu de ses expressions faciales, il n’allait pas de même pour les personnages…

Raté notre John (avec un nez qu’il a fort gros), le personnage de Lestrade (on pouvait parfois le confondre avec John), celui de Mycroft et pire, celui de Jim Moriarty qui avait perdu toute sa morgue et ce qui faisait de son personnage télé un Méchant bien plus angoissant que tous les Moriarty réunis.

Oui, ça fait beaucoup de petits loupages dans les expressions…

Autant où le mangaka a su donner au regard de Sherlock toute la morgue et le mépris de l’acteur, autant où il s’est un peu loupé sur les autres et ces personnages forts ont perdu de leur puissance faciale.

Là, on ajoute Irene Adler qui, hormis quelques cases où l’auteur a su donner toute l’intensité à son regard, est loupée.

Chez elle, tout est dans le sourire, dans le regard, dans l’éclat des yeux, dans la manière dont elle a de regarder Sherlock ou les autres…

Il lui manque quelque chose…

Heureusement que j’ai vu la série avant et que je sais comment elle est, sinon, ce personnage n’aurait eu aucun impact sur moi.

LA scène culte, pour ne pas dire « cul » est loupé aussi puisque l’apparition de Irene déguisée en Ève (sans la feuille de vigne) n’a pas la puissance visuelle de celle de la télé puisque le visage de l’actrice n’est pas bien exécuté.

Ce qui est bien dommage car elle est un personnage majeur dans la saga, qu’elle soit télévisuelle ou littéraire. Alors bon, si je passe outre les expressions de Molly Hooper qui ne sont pas non plus mises en valeur, je coince vraiment sur celles de LA Femme.

Un manga qui respecte les scénarios de la série télé, qui colle au plus juste avec les dessins, sauf pour le rendu des expressions de certains personnages, ce qui est dommage car ça a une importance capitale, pour moi.

Surtout pour cette aventure.

Mais je continuerai tout de même parce qu’une collection, c’est une collection ! Et que Sherlock le vaut bien.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°121 et le Challenge « British Mysteries 2019 » chez MyLouBook.

Publicité