L’heure du Diable – Chris Kovak 03 : Patrick Bauwen

Titre : L’heure du Diable – Chris Kovak 03

Auteur : Patrick Bauwen
Édition : Albin Michel (26/08/2020)

Résumé :
Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence.

Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Évangile, spécialiste des crimes du métro.

Lorsque le corps d’une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes.

Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable.
Mais c’est le diable qui va les trouver.

Après Le jour du Chien et La Nuit de l’ogre, Patrick Bauwen achève sa trilogie et révèle l’identité de son tueur hors normes.

Critique :
Victor Novak, gentil professeur toujours rieur, qui résout tous les problèmes, sillonne la France sur sa moto. STOOOP !!

Erreur sur la personne : Chris Kovak est un médecin urgentiste, devenu enquêteur malgré lui. Maintenant, il a quitté son poste des urgences, il est déprimé, agoraphobe et n’ose plus sortir de chez lui.

Drogué aux médocs et autres substances qui feraient remuer la queue des chiens policiers, alcoolo, il reste confiné chez lui à se lamenter, à se torturer l’âme et à mesurer les mètres qu’il arrive à faire dans son jardin.

Si on en faisait une série, est-ce qu’elle serait bonne ? Je n’en sais rien, mais assurément, elle ne serait pas « tout public »… Ce que je sais, c’est que ce pitch donne un super roman addictif qu’on a du mal à lâcher avant la fin.

Chris n’est plus que l’ombre de lui-même, l’ombre d’un chien, l’ombre de ma main lui ferait peur et son agoraphobie le ronge. Va falloir se sortir les tripes et faire preuve d’ingéniosité pour enquêter à nouveau car Le Chien est de retour et les défis sont là.

L’auteur mélange habillement des moments plus calmes avec ceux plus speedés et quand on pense qu’on joue dans du beurre, le lecteur n’est jamais à l’abri d’un revirement de situation ou de l’enquête qui prend un tout autre chemin que celui auquel il aurait pensé.

Les personnages sont bien travaillés, on s’y est attachés aussi, on les connait, on prend plaisir à les retrouver, même cabossé, en proies à des doutes, à la vindicte populaire qui augmente, à cause des réseaux sociaux qui surfent sur les émotions des gens.

Ce n’est pas le premier auteur qui nous met en garde contre les dérives du Net, contre le pouvoir immense du Web, contre ces réseaux sociaux qui n’ont de sociaux que le nom et qui servent plus à monter les gens entre eux, à diviser plutôt qu’a rassembler, sauf si c’est pour un lynchage car pour ça, il y a des gens prêts à se rassembler.

Moi, ça me glace lorsque je lis des appel aux meurtres, aux viols et j’en passe. Mais effectivement, je ne les utilise pas pour vilipender Pierre, Paul ou Jacques. Juste pour poster mes chroniques littéraires et mes bilans.

Le suspense est présent durant tout le roman, sans jamais qu’il ne diminue d’intensité. Ce thriller choral nous fait entrer dans les pensées de différents personnages, dont le fameux Chien, dont on se demande bien qui il est et je vous avoue que j’ai suspecté tout le monde.

Alors que j’étais plongée dans le récit, me rongeant les doigts à cause de l’adrénaline et du suspense, l’auteur est arrivé par derrière et m’a taclé sévèrement. Triple carton rouge ! Violent tacle qui m’a envoyé valdinguer cul par dessus tête. Je ne l’avais pas vu venir et tant mieux car j’apprécie les surprises violentes dans mes lectures.

Un thriller addictif, réfléchi, engagé, possédant de multiples pistes qui nous emmènerons sur différents chemins à la poursuite du Chien, ce tueur que l’on ne sait attraper et d’autres encore qui ne sont pas des anges de sainteté.

Sans compter qu’il n’est pas le seul à foutre le bordel, que vous en apprendrez plus sur un sport de combat, le béhourd et sur comment faire des vidéos qui donnent l’impression que ce sont les flics qui vous ont attaqué… (à ne pas faire !)

Tout le monde est suspect, l’auteur joue avec sa narration, faisant osciller nos convictions sur qui est coupable et qui ne l’est pas. Il joue aussi avec sa manière de nous conter son histoire, jouant avec la pédale des gaz, rétrogradant l’allure de temps en temps, avant de nous faire bondir ensuite. C’est méchant pour le tensiomètre, entre nous, mais excellent pour le plaisir de lecture.

Un dernier tome qui clôt cette trilogie de la meilleure manière, qui est différent du précédent et qui peut se lire indépendamment des autres, mais cela vous donnerait l’impression d’arriver à une fête sans en connaître les principaux protagonistes et il vaut mieux les avoir rencontré au meilleur de leur forme.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°142].

Publicité