Les lumières de l’aube : Jax Miller

Titre : Les lumières de l’aube

Auteur : Jax Miller
Édition : Plon Thriller (08/10/2020)
Édition Originale : Hell in the Heartland (2020)
Traduction : Claire-Marie Clévy

Résumé :
30 décembre 1999, Welsh, Oklahoma. Lauria Bible et sa meilleure amie Ashley Freeman, 16 ans, passent la soirée ensemble chez les Freeman.

Le lendemain matin, le mobil home familial est en feu et les deux jeunes filles ont disparu. Les corps des parents d’Ashley, sont découverts dans les décombres, deux balles dans la tête.

L’affaire est restée non résolue et les jeunes filles n’ont jamais été retrouvées.

Que s’est-il réellement passé cette nuit-là ? Entre règlement de compte sur fond de trafic de drogue, vengeance, corruption et négligence policière, Jax Miller nous plonge dans les villes oubliées de l’Amérique profonde, loin des lois, là où les plus sombres secrets peuvent s’épanouir.

Critique :
Écrire un roman true-crime n’est pas la chose la plus aisée en littérature car il faut enquêter, mouiller le maillot, se faire accepter par les gens, gagner leur confiance, les faire parler et ensuite, il faut mettre en place toutes les miettes glanées dans le but que cela forme un tout correct et lisible.

Pas de panique, Jax Miller y est parvenue ! Non seulement elle arrive à nous faire revivre les dernières heures de la famille Freeman mais en plus, elle a réussi à rendre tout ce travail de fourmi intéressant, alors qu’elle est arrivée sur les lieux du crime bien des années plus tard…

Pendant que nous passions en l’an 2000 et que le bug prévu n’arrivait pas, une famille perdait la vie dans leur mobil home, dans un trou perdu de la ville de Welsh, Oklahoma.

Ce fut la ruée de toute la ville sur les lieux de l’incendie mais on ne retrouva que les corps des parents Freeman, assassinés, mais pas de trace de leur fille Ashley et de sa meilleure amie, Lauria Bible.

Où ont-elles disparus ? Que s’est-il passé dans la nuit du 30 au 31 décembre ? Qui a allumé le feu, qui a enlevé les filles et d’ailleurs, ont-elles été enlevées ou… ?

Dans les séries télés, les policiers sont toujours intègres et font leur job du mieux qu’ils peuvent, avec passion, avec professionnalisme et s’il y a un mouton noir dans la troupe, il ne fera pas long feu longtemps.

Oui, mais ça, c’est dans la fiction… Dans la réalité, il n’en est rien ! Cette enquête aurait méritée un Horatio Caine ou un Gil Grissom, hélas, les victimes n’ont eu droit qu’à des bras cassés, aux pires flics corrompus de l’Oklahoma qui donnent souvent l’impression de se foutre de cette affaire comme de leur première paire de chaussette.

Si c’est vrai, je me demande si cette affaire a été gérée par l’ensemble d’agences du maintien de l’ordre le plus incompétent ou le plus corrompu de toute l’histoire de l’Amérique.

Souvent j’ai arrêté ma lecture, estomaquée devant tant de foutage de gueule, devant tant de je-m’en-foutisme, devant tant d’égocentrisme, devant tant de mauvaise foi…

Que les policiers aient eu un oeuf à peler avec le père Freeman, c’est une chose, qu’ils en aient eu après son fils, qui n’était pas un ange, c’est une autre chose, mais bon dieu de bordel de merde, il y avait deux gamines de 17 ans disparues, dans l’affaire ! Elles étaient innocentes des conneries des adultes ou du frère de l’une.

Lorsque vous êtes une mère qui a perdu sa fille mystérieusement et que vous devez faire le job des flics parce que eux, ils n’en branlent pas une, il y a de quoi avoir la rage aux tripes. Moi, à la place de la mère Bible, j’aurais tiré dans les fesses des flics…

Dans une partie de l’Oklahoma où les gens ont tendance à la boucler et où les fabricants de meth font la loi, l’auteure enquêtrice n’a pas eu facile à démêler le sac de nœuds des rumeurs, des fausses pistes et des carabistouilles qu’on lui a servie durant ses quatre années d’enquête.

De tout ce fatras d’infos, de ces menaces reçues, des mots à couvert qu’elle a recueilli, Jax Miller, à défaut d’avoir réussi à désigner formellement les coupables (mais il y a de forte chance que les noms qu’elle donne soient les bons), a réussi à extirper les métastases qui rongent cette partie de l’Amérique.

En plus de son enquête détaillée, elle nous livre un portrait peu flatteur d’un société américaine empreinte à la bigoterie et accrochée à ses armes à feu, vivant dans des mobil-home, des maisons délabrées (pas tous), vivotant grâce à des petits boulots, buvant de l’alcool, fumant ou produisant de la meth, le tout dans une partie de l’Oklahoma moribonde dont personne n’avait voulu au moment de son ouverture, du temps de Lucky Luke.

Mon seul bémol sera pour quelques longueurs à un moment donné… J’ai sauté des pages, mais à mon atterrissage, je ne comprenais plus rien, donc, retour au point de saut et j’ai tout lu. Ma foi, une quarantaine de pages n’étaient pas nécessaires, même si elles expliquent bien toutes les chausses-trappes qui se sont trouvées sur le chemin de notre auteure enquêtrice.

Un roman noir très noir, un true-crime qui se lit lentement, car il y a de nombreuses informations à digérer, un boulot titanesque réalisé par l’auteure et par la mère de Lauria Bible, le tout dans un État où les armes sont légion, où l’on vous les sort pour un oui ou pour un non et où la majorité des gens sont bigots (bigoterie et armes à feu, c’est un oxymore, non ??).

Un portrait de l’Amérique peu flatteur, mais ô combien réel, où les policiers sont élus pour 4 années et où bien souvent, ils n’ont aucune expérience, aucun diplôme, sont corrompus, bref, autant faire le boulot sois-même…

Un roman noir qui se déguste avec lenteur, la rage aux tripes, le cœur au bord des lèvres devant tant d’incompétence volontaire…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°145].