Les premières aventures de Sherlock Holmes – Tome 1 – L’ombre de la mort : Andrew Lane

Titre : Les premières aventures de Sherlock Holmes – Tome 1 – L’ombre de la mort

Auteur : Andrew Lane
Édition : Flammarion (2011)
Édition Originale : Young Sherlock Holmes, book 1: Death Cloud (2010)
Traducteur : Marie Hermet

Résumé :
« Il ne faut pas se mêler de tous les combats que l’on rencontre sur son chemin, Sherlock. Choisis ceux qui te semblent importants, et laisse le reste aux autres. »

Quand Sherlock s’est retrouvé embarqué dans l’enquête, il ne pensait pas frôler la mort d’aussi près. Une course poursuite haletante s’engage alors…

Critique :
Un super opus !! Pour de la littérature « enfantine », il est superbement bien écrit, pas trop complexe, pas trop neuneu non plus. Je l’avais commandé par Internet et je ne fus pas déçue de mon choix.

Nous nous retrouvons avec Sherlock, 14 ans, et il a hâte d’aller retrouver sa maison pour les vacances scolaires.

Stupeur, c’est son frère Mycroft qui vient le chercher et lui annoncer que suite au départ de leur père à la guerre en Inde et de l’état de santé fragile de leur mère, il devra passer ses vacances chez le frère de leur père : Sherrinford Holmes. C’est peu de le dire, mais Sherlock n’est guère enchanté par l’idée.

Notre pauvre garçon se retrouve coincé entre gouvernante qui ne cache pas son animosité envers lui, un oncle qui ne parle que de religion, rédemption et d’une tante qui a l’air plus « shootée » qu’autre chose.
Sherlock sent qu’il va s’ennuyer, n’ayant même pas accès à la bibliothèque. Heureusement, il va croiser un orphelin de son âge, Matthew

Afin d’éviter que son cadet ne remplisse pas son cerveau, Mycroft fera en sorte qu’il ait un précepteur et lui adjoindra un certain monsieur Crowne.

Cet Amyus Crowe est plus intéressant qu’il ne l’aurait pensé, assez excentrique en plus. du genre un couteau planté dans la correspondance, sur le manteau de la cheminée et des cigares dans le seau à charbon. Cela ne vous rappelle rien ?

C’est lui qui va lui apprendre les bases de son futur métier (même si Sherlock ne sait pas encore que ce sera son futur métier) : l’observation, la déduction, le calcul différentiel, la logique, l’écoute, etc.

« Tu viens d’apprendre que la déduction est importante, mais qu’elle ne sert à rien sans connaissances. Ton intelligence ressemble à un métier à tisser : elle tourne à vide et ne peut rien produire sans que tu lui fournisses un fil de trame » lui dira-t-il.

De plus, il a une fille, Virginia… Et Sherlock est intrigué par la jeune fille qui, du fait qu’elle a vécu en Amérique, est assez « libre » dans ses manières. Amour ? Amitié ? En tout cas, il l’apprécie fort et elle aussi… Les premiers émois de notre futur détective…

L’affaire prendra un tournant lorsque, se promenant avec Crowe pour observer les champignons, Sherlock trouve un cadavre avec des pustules. Variole ? Peste bubonique ? Sherlock s’ennuyait ? Plus maintenant !!

De plus, au début de l’histoire, Matthew avait été le témoin d’un étrange phénomène : en passant devant une maison où un homme venait de mourir, une bien étrange fumée noire, semblant douée d’une vie propre, s’échappait de la fenêtre…

Le final du livre est assez dynamique et c’est avec regret que je l’ai terminé. Un goût de trop peu.

 

Publicités

La jeunesse de Sherlock Holmes – Tome 1 – L’oeil du corbeau : Shane Peacock

Titre : La jeunesse de Sherlock Holmes – Tome 1 – L’oeil du corbeau

Auteur : Shane Peacock
Édition : Milan Jeunesse (2008)
Édition Originale : The boy Sherlock Holmes : Eye of the crow (2007)
Traducteur :

Résumé :
Sherlock Holmes, 13 ans, est le fils d’une union décriée entre une jeune aristocrate et un professeur juif sans le sou.

Dans le Londres des années 1860, ce mariage rejette la famille en marge de la bonne société.

Jeune homme solitaire, fasciné par sa mère à laquelle il est extrêmement attaché, Sherlock a un esprit rebelle et intuitif. Au début du roman, une ravissante jeune femme a été brutalement assassinée dans un quartier pauvre et malfamé de Londres.

Arrêté par la police, un jeune Arabe clame son innocence. Sherlock se passionne aussitôt pour l’affaire et débute une enquête parallèle.

Une enquête qui va bouleverser sa vie à jamais et fixer à tout jamais son destin.

Critique :
Agréablement surprise !

Ce fut un coup de chance de tomber sur ce livre alors que je ne le cherchais pas. « Chouette, un nouvel apocryphe », me suis-je dis, me fichant pas mal qu’il soit en littérature pour jeunes.

Après lecture, je me suis félicitée de l’avoir acheté. Quelques petites adaptations par rapport au canon, les parents de Holmes n’étant pas de petits propriétaires terriens, mais qui vivent de manière un peu chiche à Londres, dans un quartier pour tous les défavorisés aux comptes bancaires inexistants et qui tirent le diable par la queue.

Sa mère, Rose Sherrinford (clin d’oeil au prénom que SACD voulait donner à son personnage, finissant par le nommer Sherlock) était issue d’une famille aisée, mais pas le père, Wilber Holmes (pas d’allusion au sujet du père qui aurait pu s’appeler Siger), juif et peu fortuné. Ils se marieront contre l’avis des parents de Rose et partiront dans ce quartier mal fréquenté.

Les parents de Rose ayant déshérité leur fille, les salauds, obligeant le couple à se débrouiller avec peu d’argent et à travailler dur. En tout cas, Rose a une grande affection pour son fils cadet, qui lui, n’aime pas trop l’école, sauf si elle est buissonnière.

Mycroft est absent, sauf pour nous apprendre qu’il travaille et l’auteur parle aussi d’une soeur, Violet, morte à l’âge de quatre ans.

Voici donc notre jeune Sherlock, déjà friand des journaux et histoires à sensation, des crimes sordides, qui croise la route des Irréguliers…

Attention, rien à voir avec la bande sympathique du canon. Il y a là un certains Maléfactor, jeune homme de quinze ans, chef de la bande, qui déteste Holmes.

Directement, il m’a fait penser à quelqu’un… Non, pas Malefoy de Harry Potter, quoique… Je vous met sur la piste : ce garçon est intelligent, malgré le fait qu’il vive dans les taudis, il parle très bien, comme s’il n’était pas issu de la fange de la population mais du haut du panier, c’est une sorte de Holmes en version « obscure », c’est un chef, un meneur, passionné de géométrie…

Oui, aime aussi les problèmes mathématiques… Un peu plus ? Holmes le nomme « le petit Napoléon du banditisme »… Vous avez compris, je pense.

Nous croiserons aussi un certain Andrew C. Doyle, moustachu, et sa fille, prénommée… Irène ! Oui.

Ils vivent à Montague Street (la première adresse de Holmes), et la mère est décédée. Elle et Sherlock deviendront amis, elle l’aidera même dans son enquête sur la mort suspecte, le cachant dans la niche du chien (un grand péteur, celui-là).

Sherlock devra démontrer toute son habilité lors de cette enquête, se déguiser, fuir, escalader des murs, faire ami-ami avec les Irréguliers et leur terrible Maléfactor, additionner les indices, observer les corneilles, oiseaux intelligents et ne pas se faire attraper par un certain Lestrade.

Irène l’aide du mieux qu’elle peut, mais le danger qu’elle court lui fera renoncer à cette amitié naissante.

Dommage, on sentait bien que la fille aimait bien notre Sherlock et que cela était réciproque. Maléfactor aussi, l’aimait bien. Le livre se termine sur une note tragique et Sherlock deviendra celui qu’il sera plus tard.

EDIT : Meloë, du Consulting blogger, n’était pas du même avis que le mien et elle avait critiqué sévèrement ce roman. Ses critiques étaient justifiées, elle a tout à fait raison, mais malgré ces grosses erreurs et ces errances et tout le reste, j’avais apprécié ce roman. Comme quoi, de gustibus…

 

 

Les premières aventures de Sherlock Holmes – Tome 4 – Aux portes de l’enfer : Andrew Lane

Titre : Premières aventures de Sherlock Holmes – Tome 4 : Aux portes de l’enfer

Auteur : Andrew Lane
Édition : Flammarion

Résumé :

Tout en enquêtant sur les manigances de l’infecte gouvernante du manoir Holmes, Sherlock doit faire face à la soudaine disparition de Crowe et Virginia.

Pour les retrouver, il parcourt les grandes plaines hostiles d’Écosse, à la merci de ses habitants les plus terrifiants.

Critique : 

« Chouette » me suis-je dit en apprenant la sortie de ce quatrième tome des premières aventures de mon futur détective préféré.

C’est donc avec plaisir que je me suis plongée directement dans la suite de ses aventures, en espérant que l’on verrait un peu plus la jolie Virginia et de son père, mentor et professeur de Sherlock, monsieur Crowe.

Ah, une bonne nouvelle : on sait ENFIN ce que cette fichue gouvernante (et je reste polie) manigançait à Holmes Manor.

C’est Sherlock qui résoudra l’affaire qui a un léger goût de l’affaire canonique de Charles Auguste Milverton.

Belle réussite, mais je m’étonne toujours de ces truands qui racontent leur vie, leurs buts, leurs projets à voix haute, discutant avec leur complice comme nous parlerions de la pluie et du beau temps.

Dans mon imagination fertile, je m’attendais à une autre « raison » que celle donnée par l’oncle de Sherlock sur le pouvoir de la gouvernante sinistre.

Mais en y repensant à tête reposée et en remplaçant le tout dans l’époque et son contexte, je comprends que cela lui ait fichu les chocottes, à tonton Holmes.

Comme dans un roman précédent, il n’y a pas qu’une seule aventure dans le roman et c’est la disparition de monsieur Crowe et de sa fille Virginia qui va entraîner Sherlock et Matthew dans les plaines hostiles de l’Écosse à la merci de ses habitants les plus terrifiants… Et à côté d’eux, Heathcliff fait petit joueur.

Sherlock se retrouve une fois de plus « seul » pour résoudre le problème de la fuite de son mentor, aidé juste par son ami Matthew puisque Stone a disparu lui aussi.

Il s’affirme, peaufine sa future méthode, apprend un peu plus sur la société et sur le manque de logique des gens.

Son sentiment pour Virginia s’affirme aussi, le rendant un peu jaloux, lui faisant découvrir des émotions et des sensations qu’il ne connaissait pas, lui faisant peur aussi parce quand on aime, on est dépendant de cette personne.

Il y a même une scène pour laquelle j’aurais vendu père et mère au diable pour la lire (mon âme ne vaut pas grand-chose) ! La belle américaine n’a pas froid aux yeux et j’avais un sourire béat en lisant le passage (non, pas de sexe ! Mais vous ne pensez qu’à ça !).

Sherlock n’étant pas infaillible, il fera des erreurs assez énorme durant son périple qui lui seront reprochées par son mentor et pour un amoureux de la logique, notre Sherlock fera aussi preuve d’un manque total de discernement…

Je m’explique : lorsqu’on a des truands aux fesses et qu’on est dans les bois, on se terre dans un terrier de lapin (oups, pardon madame Lapine) ou de renard (mes excuses, monsieur Fox) si on veut plus de place, mais en aucun cas on ne va se cacher dans une petite maison abandonnée dans les bois et on ne fait encore moins du feu !

Désolé, là, c’est digne d’un garçon sans cervelle !

On me rétorquera que s’ils s’étaient planqués tous les deux dans un terrier, l’aventure n’aurait pas pu poursuivre son cours avec ses rebondissements…

Bref, Sherlock est en période d’essai, fait des erreurs, analyse la société et l’auteur se donne la peine de nous écrire les pistes qui nous donnerons le détective que nous connaissons dans les écrits de Sir Arthur Conan Doyle.

Ce qui me chagrine un peu, c’est qu’il se sorte si vite des situations les plus difficiles. L’auteur prend parfois des raccourcis faciles. Faire durer la difficulté n’aurait pas été plus mal, cela aurait fait plus sérieux.

Mon coup de gueule ?

Le premier est une scène de torture sur mon pauvre futur détective.

Le second est pour avoir fait une fin à la « cliffhanger » qui me donne envie de fouetter l’auteur ! Et le cinquième tome va emmener Sherlock sur une certaine Gloria Scott…

Ceux qui trouvaient que les aventures de Sherlock s’enchainaient très (trop ?) vite auront une autre pierre à mettre à leur édifice !

Titre participant aux Challenges « Thrillers et polars » de Liliba,  « Polar Historique » de Samlor et  « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict.