Il est mort les yeux ouverts : Robin Cook

Il est mort les yeux ouverts - Robin Cook

Titre : Il est mort les yeux ouverts

Auteur : Robin Cook (L’Anglais)
Édition : Gallimard-Folio Policier (1989)
« On ne meurt que deux fois » dans l’édition de la Série Noire

Résumé :
Un soir, dans Londres, le cadavre d’un vieil ivrogne est découvert avec les membres brisés et plusieurs marques de sévices à la tête.

Cette affaire banale n’intéresse guère la police criminelle qui la confie au narrateur anonyme, un enquêteur de la section A14, le service des décès non éclaircis. La victime s’appelait Staniland. Il tenait une sorte de journal de bord et s’enregistrait sur cassettes.

Grâce à ces documents, le narrateur va s’imprégner de la personnalité du mort et côtoyer ses anciennes fréquentations pour tenter de remonter la source du crime. Il est mort les yeux ouverts est le récit d’une errance les ténèbres.

L’enquêteur progresse à l’aveugle mais avec obstination dans sa quête, vers un dénouement inéluctable.

Dans chaque confession de Staniland, c’est une part de sa vie que dévoile Robin Cook.

Un livre d’une noirceur absolue, comme Cook lui-même, l’un des écrivains britanniques majeurs de sa génération.

on-ne-meurt-que-deux-fois-affiche_13233_45998Critique :
Comme notre sergent sans nom de l’Usine (Section A14 – le service des décès non éclaircis) le dit si bien « C’est une affaire dans laquelle il faut extraire la vérité petit à petit, et pas taper dessus avec une matraque ».

Je ne le savais pas mais ce roman est le premier consacré à l’Usine et moi, bien entendu, je les ai fais dans le désordre.

Il fallait tout de même oser créer un sergent de police atypique et ne pas lui donner de nom ! Et ça marche puisque je suis attachée à ce sergent qui enquête à son aise mais ne lâche rien !

Ici, un homme est mort, tabassé à mort. Charles Staniland, 51 ans. C’était un alcoolique qui vivait dans une maison délabrée, et, au travers de ses récits qu’il a laissé ou des cassettes audio qu’il a enregistré (l’ancêtre du CD), notre sergent va en apprendre plus sur sa vie et remonter la piste patiemment, en tirant sa crampe de temps en temps.

— Tu as été aveugle jusqu’ici. Tu n’as pas découvert ce qu’est la passion. Tu as eu beaucoup d’hommes, mais tu n’as pas vraiment pris de plaisir avec eux.
— Tu n’es pas loin de la vérité.
— Tu as déjà eu un orgasme ?
— J’en ai entendu parler. Je ne crois pas que j’en aie déjà eu un.
— Si tu en avais eu un, tu l’aurais su. Ça se pourrait cette fois-ci.
— Bah, tiens.

Ces documents, notre sergent va nous les faire découvrir en même temps que lui et notre enquêteur acharné à découvrir la vérité va s’imprégner de la personnalité du mort, côtoyer ses anciennes fréquentations, son ex-femme, sa maîtresse pour tenter de faire toute la lumière sur ce crime atroce.

Cet homme était une plaie ambulante, la souffrance incarnée. La remarque de cette inconnue était absurde : demander à Staniland d’éprouver des regrets ou des remords de ce qu’il était, ça équivalait à dire à un homme atteint d’un cancer parvenu à sa fin qu’il avait l’air malade.

Si j’ai aimé retrouver le style d’écriture de Cook, mes préférés de la série resteront « Les mois d’avril sont meurtriers » pour son humour noir qui m’avait fait rire et le magnifique « J’étais Dora Suarez » qui culmine très haut.

Il secoua la tête ; elle tremblota comme une huître au bout de la fourchette d’un pochard.

Celui-ci est moins violent que les deux autres sus-nommés, il y a moins de sang et pas de morceaux de cadavres qui trainent partout…

Malgré tout, n’allez pas croire que vous allez faire une ballade agréable !

Que nenni ! Durant l’enquête de notre sergent sans nom, vous allez découvrir un pan de la ville de Londres qui ne figure pas sur votre guide du Routard habituel (uniquement sur l’édition limitée « Bas-fond ») car ici, on côtoie la misère humaine dans toute sa splendeur !

Le livre aurait pu s’intituler « Ballade dans les ténèbres » tant notre sergent va progresser à l’aveugle, sans trop savoir où il va, interrogeant tout le monde qui a côtoyé le mort et même de ceux qui ne le connaissaient pas dans le but de trouver un indice.

La plume de Cook est acide, sa peinture de l’Angleterre des années 80 n’est pas tendre, il vous promène dans les lieux de misère mieux qu’un tour-operator et il vous déposera à la fin en vous plantant là, dans une chambre misérable, pas gêné de vous abandonner dans ce lieu où vous n’auriez pas mis les pieds de votre plein gré.

Un roman noir qui baigne dans les ténèbres, sans rayon de soleil, juste un plan-cul pour donner un peu de plaisir à notre sergent sans nom durant ses investigations.

Une enquête qui pourrait passer en second plan tant le reste de l’histoire est plus importante grâce à ses personnages caractériels et avec des cases en moins !

Robin Cook l(anglais) est assurément un grand monsieur du roman noir anglais et commencer par ce roman pour le découvrir est un bon plan, assurément !

Ensuite, faut lire impérativement les trois autres, dont 2 sont magistraux !

— Trouve-moi le carrier, Watson, dit le médecin en ricanant. Trouve-moi la masse, hein ? Moi de mon côté je vais m’occuper des cheveux et du groupe sanguin.
Il me mit en rogne.
— Imaginez que vous ayez un jour une petite amie de trop, docteur, dis-je, et que l’amant jaloux vous tabasse à mort. Ou bien, pas une petite amie. Un petit copain.
— Dites donc, j’espère que vous n’insinuez pas…
— Et imaginez-vous, la police, en train d’imiter Sherlock Holmes, penchée sur vos restes…, moi et votre assistant, là, avec toute la sagesse du monde sur sa figure et le mégot éteint au bec.

Étoile 3,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre et Le Mois anglais 2016 (Saison 5) chez My Lou Book et Cryssilda.

Publicités

Sherlock BBC – Saison 2 : La série qui a mis Irene Adler fesses à l’air ! Et Sherlock aussi…

sherlock-season-two-dvd-cover-26

BBC One a commandé une deuxième saison de trois épisodes de 90 minutes pour une diffusion durant l’automne 2011.

Début août 2011, la productrice Sue Vertue a cependant annoncé que la diffusion de la deuxième saison était repoussée à l’année 2012, en raison notamment du retard pris dans le tournage, conséquence des émeutes ayant éclaté dans la capitale britannique pendant l’été.

Lors du Comic Con britannique en mai 2011, Mark Gatiss a annoncé les récits dont sont inspirés les trois épisodes de la saison : Un scandale en Bohême (A Scandal in Bohemia) pour le premier épisode, du Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles) pour le deuxième et enfin du Dernier Problème (The Final Problem) pour clore la saison.

La seconde saison a été diffusée à partir du 1er janvier 2012 sur BBC One.

Les deux premiers épisodes ont été réalisés par Paul McGuigan et le troisième par Toby Haynes (en), réalisateur de plusieurs épisodes de Doctor Who.

Lara Pulver's nude scenes in Sherlock

  1. Un scandale à Buckingham (A Scandal in Belgravia)
  2. Les Chiens de Baskerville (The Hounds of Baskerville)
  3. La Chute du Reichenbach (The Reichenbach Fall)

5e321c5def3310fbfb740b5f6272de5d 905f870f25742357c20d4cdb5fc7b926

Un scandale à Buckingham (A Scandal in Belgravia) : À la suite d’un coup de fil étrange, le face à face entre Sherlock et Moriarty prend fin de manière étrange. Plus tard, le détective est interrompu dans une de ses enquêtes et est conduit avec Watson au palais de Buckingham.

En effet, la dominatrice Irene Adler possède des photos compromettantes d’une princesse royale et Sherlock est engagé pour les récupérer. Cependant, après avoir fait connaissance de la brillante Irene, il se rend compte qu’elle a des preuves beaucoup plus dangereuses en sa possession.

Sans titre 2

Les Chiens de Baskerville (The Hounds of Baskerville) : Sherlock et John sont contactés par Henry Knight, un jeune homme tourmenté par les souvenirs traumatiques qu’il a de la mort de son père, tué par un monstrueux molosse vingt ans plus tôt.

Henry est persuadé que la base militaire de Baskerville est utilisée par le gouvernement pour créer des animaux mutants. Holmes et Watson se rendent donc dans le Dartmoor pour enquêter.

bbc-sherlock-season-2-online-free-i0

La Chute du Reichenbach (The Reichenbach Fall) : La Tour de Londres, la prison de Pentoville, la Banque d’Angleterre. Tous cambriolés le même jour ! Seul James Moriarty, plus grand criminel de son époque, est capable d’une telle chose. Mais pourquoi n’a-t-il rien volé ?

andrewscott

sherlock_season_2_2011_720p_coverCe que j’en ai pensé :
Que du bien ! Et je ne vous cacherai pas que le premier épisode, celui avec Irene Adler, était une réussite totale !

Certains diront que ça partait dans tous les sens, mais moi j’ai aimé ça ! On n’a pas le temps de souffler et quand on souffle un peu, boum, on repart de plus belle !

Pas moyen de savoir le fin mot de l’enquête avant la toute fin de l’épisode !

On croit qu’on a réussi un truc ? Ben non, on a foutu en l’air une opération importante…

Notre Sherlock va être malmené dans cet épisode et confronté à la belle Irene Adler, THE Woman. Rhââââ….

C’est dans cet épisode aussi que nous retrouverons Sherlock uniquement vêtu d’un drap de lit, embarqué de force qu’il fut, et amené à Buckingham pour se faire confier une affaire importante, délicate, impliquant un membre de la famille royale qui aurait des photos compromettantes d’elle en train d’avoir une amitié particulière avec une dominatrice du nom d’Irene Adler.

035437715ca6c6a18fee4ea1fd1f4a3e

Au moment de s’en aller, tout en balançant des gentillesses à son frère Mycroft, ce dernier pose le pied sur le drap qui tome, rattrapé in-extrémis par Sherlock avant que le salon de sa très gracieuse majesté n’aperçoive ses jolies fesses.

Faut s’introduire chez Irene Adler… Dans la version canonique ou de la Granada, c’était déguisé en pasteur non-conformiste qui s’était fait faussement agresser qu’il avait franchi la porte.

Ici, on change un peu la donne, mais bien vu !

Pas conne, Adler, elle sait QUI il est.

Intelligente notre dame, la dominatrice qui manie la cravache mieux que moi…

Arriver nue devant Sherlock afin qu’il ne puisse rien déduire, c’était fort, c’était du grand art, c’était du jamais-vu !

the-woman-irene-adler-nude-sherlock-lara-pulver-scandal-in-belgravia

Une scène que j’adore ! Sherlock ne perd pas son sang-froid, il reste de marbre (dans le slip aussi, c’était du marbre ??) tandis que John Watson fait de grands yeux.

Ne déduisant rien sur Irene Adler, notre détective vérifiera même sur John que ses déductions ne sont pas tombées en panne !

Oui, durant cet épisode, ces deux là vont jouer ensemble sur une sorte d’attirance, comme deux pôles qui s’opposent et qui s’attirent, mais Sherlock, là, tu m’as déçu ! Tu aurais pu culbuter la dame, j’aurais aimé…

L’ombre de Moriarty planait aussi ce premier épisode qui a placé la barre très haute.

Dans le suivant, avec le Chien, c’est bien vu aussi parce qu’ils ont réussi à me fiche la trouille quand on voyait une ombre qui passait devant les fenêtres !

Tout comme l’originale, cette enquête a tout du fantastique, mais tout en restant dans la logique pour les explications finales.

Ce que j’ai aimé ici, c’est que Sherlock montre plus son amitié envers John et que cet épisode possède aussi sa dose d’humour, de bons mots, d’ironie, de sarcasmes…

Sherlock ira même jusqu’à jouer à l’homme serviable pour obtenir des infos…

paZSXa9tumblr_misj062vwE1s1frseo1_250

Oui, j’ai aimé cet épisode qui nous plonge dans la peur, le palais mental et les sales tours joués au copain !

Le troisième est le plus dur à revoir…

C’est celui où Sherlock chute du haut du St Bart’s Hospital…

On commence en fanfare avec les vols audacieux de Moriarty, on court partout, on se pose des questions, rien n’est comme on le pense, ou qu’on le croit, c’est machiavélique et la cabale montée contre Sherlock était vicelarde, digne d’un cerveau de Napoléon du Crime.

Et à la fin, on a les larmes aux yeux… Tout en se demandant comment diable il a fait, le Sherlock !

Une saison 2 qui a confirmé tout le bien que je pensais de la première et une attente de malade avant d’avoir la suite et de savoir comment Sherlock a fait pour survivre à sa chute du haut du toit de l’hôpital.

Étoile 5

Le Mois anglais 2016 (Saison 5) chez My Lou Book et Cryssilda.

logomoisanglais4 Untitled-1