Lonesome – Tome 1 – La piste du prêcheur : Yves Swolfs

Titre : Lonesome – Tome 1 – La piste du prêcheur

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : Le Lombard (Janvier 2018)

Résumé :
Janvier 1861, quelque part au Kansas. Un cavalier, malgré le froid et la neige, s’approche d’une batisse où il sait qu’il pourra avoir à manger et se réchauffer.

Trois hommes l’ont vu arriver, ils prennent position pour mieux le surprendre.

Mais il les abat sans sourciller, il réussit néanmoins à soutirer au dernier, avant son dernier souffle, la direction qu’a prise le Précheur qui s’est rendu à Holton.

Critique :
UN NOUVEAU DURANGO !! me suis-je écriée en voyant la couverture sur une tête de gondole d’une grande enseigne.

Il devrait se couper les cheveux, il serait plus beau, mon Durango, me suis-je dis en plus, in petto.

Puis bardaf, l’embardée en lisant le titre : putain, c’est pas un Durango ! Pourtant, il lui ressemble comme deux gouttes d’eau.

Mince alors, un Canada Dry : ça a la couleur et le style de Durango, mais ce n’en est pas un. Et comme j’ai un gros faible pour les histoires et les dessins de Swolfs, ni une, ni deux, je le fourre sous mon bras. Le grand blond de Lonesome, pas l’auteur !

Verdict ? On sent que c’est du Swolfs, c’est son trait, ce sont ses paysages sous la neige (somptueux, rien à redire), ce sont ses têtes à lui et on reconnaît certains traits caractéristiques du dessinateur car des personnages ont des traits de familles avec ceux des autres séries.

Niveau scénario, on pourrait croire au départ que l’on ne s’écarte pas de l’habituel : un cavalier seul, taciturne, poursuit des salopards de tueurs sanguinaires dans la poudreuse, il sait se servir de ses armes, fait des cartons à faire pâlir de jalousie Lucky Luke (sauf que Luke ne tue pas les gens) et on apprend ensuite que les salopards de tueurs sont à la solde d’un riche homme de la ville voisine.

Oui mais, y’a pas que ça ! Ici, on atteint une profondeur dans la recherche scénaristique en ce sens que l’on va plus loin que les mercenaires à la solde du maire ou gros éleveur richissime du coin.

Plus haut, je dirais même, puisque les ramifications sont autrement plus malsaines et ne se limitent pas à la ville ou à la région.

Nous sommes à quelques années de la Guerre de Sécession, au moment où le Kansas et le Missouri sont mis à feu et à sang par des bandes de fanatiques qui sont soit pour l’abolitionnisme, soit pour l’esclavagisme (les Jayhawkers et les Border Ruffians) mais tous les deux pour le pillage et le boxon.

— Pour Marcus, le prêcheur est un dangereux illuminé appartenant à une ligue qui n’a rien de religieux, dont le but est d’attiser par tous les moyens la haine entre les populations du Kansas et du Missouri afin de provoquer des incidents assez sérieux pour déclencher une guerre ouverte sur la frontière.

Si vis pacem, para bellum… Si tu veux la paix, prépare la guerre, mais dans notre cas, on devrait plutôt dire « Si tu veux la guerre, prépare le bordel et les exactions et fait en sorte que l’on accuse le voisin ».

Parce que si la guerre ne nous rapporte rien, à nous, petites gens, elle rempli les poches des marchands d’armes, des banquiers et autres hyènes qui se repaissent sur les cadavres.

— Mon père nous racontait souvent sa guerre contre les mexicains, au Texas… Il en était revenu avec une jambe en moins et un goût immodéré pour la gnôle, monsieur Harper. Depuis, je me suis juré de ne jamais porter un uniforme ou de me retrouver sur un champ de bataille, à descendre des types que je ne connais pas, ou pire, à me faire couper en deux par un boulet envoyé par d’autres avec qui je n’aurais jamais aucun compte à régler… Tout ça au nom des intérêts d’une poignée de pontes trop bien nourris qui décident d’envoyer à la boucherie des gamins pas encore sortis des jupes de leur mère.

Alors si je me désole de ne plus avoir de nouveau Durango, si je me désole que Légende soit au point mort après un départ tonitruant, je me réjouis de cette nouvelle série western, qui, malgré le fait qu’elle mette de nouveau en avant un grand blond aux yeux bleus et aux pétoires qui visent juste, a tout d’un récit profond et qui explore une autre face sombre des États-Unis.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

 

Publicités

De sang-froid : Truman Capote

51v0t5jB-rL._SX305_BO1,204,203,200_Titre : De sang-froid                                                                       big_4

Auteur : Truman Capote
Édition : Folio (1972)
Première publication : In Cold Blood (1966)

Résumé :
« De Sang froid » est l’histoire inspirée d’un fait divers de deux jeunes repris de justice qui, le 15 novembre 1959 à Holcomb, petite ville du Kansas, assassinèrent froidement une famille d’agriculteurs. Le récit, chef-d’œuvre de Truman Capote, est le résultat d’un long travail d’investigation mené par l’auteur.

L’écrivain américain a en effet suivi de très près l’enquête policière sur le massacre de la famille Clutter allant jusqu’à interroger lui-même policiers et criminels impliqués. Une investigation qui ne se terminera qu’avec l’exécution des deux meurtriers à laquelle l’écrivain assiste.

Petit Plus : A force de détails, de témoignages, d’observations, Truman Capote raconte ce qui a pu se passer sans jamais prendre parti, ni juger, et crée un genre nouveau, le «roman de non-fiction».

« De Sang froid » (1966) obtient un énorme succès et porte Truman Capote au sommet de la gloire. Le livre est adapté au cinéma par Richard Brooks en 1967.

Critique : 
On aurait pu titrer aussi « Chronique d’un massacre annoncé » puisque d’entrée de jeu, nous faisons connaissance avec la famille Clutter dont on sait que 4 de ses membres finiront avec une balle dans le corps.

Ceci n’est pas une fiction, mais tiré d’un fait divers bien réel qui a eu lieu en novembre 1959, à Holcomb, Kansas.

« Le village de Holcomb est situé sur les hautes plaines à blé de l’ouest du Kansas, une région solitaire que les autres habitants du Kansas appellent « là-bas ». A quelques soixante-dix miles à l’est de la frontière du Colorado, la région a une atmophère qui est plutôt Far West que Middle West avec son dur ciel bleu et son air d’une pureté de désert. Le parler local est hérissé d’un accent de la plaine, un nasillement de cow-boy, et nombreux sont les hommes qui portent d’étroits pantalons de pionniers, de grands chapeaux de feutre et des bottes à bouts pointus et à talons hauts. Le pays est plat et la vue étonnamment vaste : des chevaux, des troupeaux de bétail, une masse blanche d’élévateurs à grain, qui se dressent aussi gracieusement que des temples grecs, sont visibles bien avant que le voyageur ne les atteigne. »

Sans mobile apparent, les quatre membres de la famille du fermier Clutter se font tuer. Truman Capote, tombant sur un article traitant de ce crime a décidé de relater cette histoire avec la plus grande précision.

Ce roman est ce qu’on appelle un « True Crime » car ceci est une reconstruction des faits, avant, pendant, après, ainsi que les conséquences qu’eurent ces meurtres sauvages sur les habitants de la petite ville de Holcomb.

Pensez-vous bien, on avait assassiné un homme qui était respecté, une famille qui allait à l’église tous les dimanches et qui, comme tous les habitants de la petite ville, ne fermaient jamais ses portes à clés.

La question que tout le monde se pose, c’est « Pourquoi eux ? » car il n’y a pas de mobile apparent vu que très peu d’argent volé car monsieur Clutter n’utilisait que des chèques pour payer.

L’auteur utilise tous les codes de la fiction mais dans le but de nous décrire un fait réel. La seule partie qui pourrait être fastidieuse à lire pour certains, c’est celle consacrée au procès. Pour moi, pas de soucis.

Sinon, ça se lit tout seul, la boule au fond de la gorge parce qu’on sait qu’on ne doit pas s’attacher aux membres de la famille Clutter, membres qu’on apprécie (surtout Nancy), malgré l’extrême bigoterie du père (ne boit pas, ne fume pas,…). Clutter est un homme de bien, intègre et honnête, mais on ne trinquera jamais avec une bière, nous deux.

Nancy Clutter est toujours à la course, mais elle a toujours le temps. Et c’est là une définition de ce qu’est une dame.

La première partie, fort importante, comporte la reconstitution minutieuse de tous les protagonistes à cette affaire, et pas à la n’importe nawak : Capote les a mis en scène grâce aux témoignages qu’il avait recueillis sur eux, additionnés des documents qu’il avait consulté. C’est un portrait d’une certaine Amérique des années 50 qu’il nous offre au travers de tout ces gens.

La seconde partie se compose de l’enquête, qui piétine, des rumeurs, qui enflent comme des ballons de baudruche, des pérégrinations de nos assassins et puis de leur traque.

Le lecteur passera beaucoup de temps avec nos meurtriers, apprenant des choses sur leur passé, leur enfance, leurs parents et verront avec horreur comment de marginaux ils sont devenus des criminels de sang-froid.

La psychologie des personnages est bien décrite, fouillée, profonde. Sans leur trouver des excuses (ils n’en n’ont pas), on « comprend » comment tout ce qu’ils ont vécu a fait d’eux des meurtriers putatifs. Les deux hommes sont sensiblement différent et si Dick est une grande gueule, Perry est plus prudent.

La psychologie de la petite communauté est aussi bien travaillée. Comment cette population sans histoires va basculer ensuite dans la paranoïa pure et simple… Comment ces gens ont-ils géré cette tragédie et les conséquences que cela a eu sur leur comportement.

La majorité de la population de Holcomb, après avoir vécu durant sept semaines au sein de rumeurs malsaines, d’une méfiance générale et de soupçons, semblait avoir été déçue d’apprendre que le meurtrier n’était pas l’un d’entre eux.

Ce roman m’a happé. De lent, dans les premières pages, quasi bucolique dans cette description de la vie à la campagne, on se laisserait bien aller à baguenauder si l’auteur ne nous envoyait pas de temps des piqûres de rappel en nous disant que cette famille va mourir.

Du modus operandi des auteurs, vous n’en saurez rien au début, il vous faudra attendre les aveux pour comprendre ce qu’il s’est passé et comment le tout à basculé dans le sang alors que cela aurait pu être empêché.

Ce roman magistral a valu à l’auteur une immense gloire, mais lui a collé une dépression sévère, touché qu’il avait été de sa rencontre avec Perry Smith, l’un des deux assassins. Celui qui, pour moi, avait la psychologie la plus profonde, celui pour qui j’avais ressenti de l’affection, malgré les crimes. Et la pendaison ne résout pas tout…

Il est presque impossible à un homme qui jouit de la liberté et de toutes ses prérogatives de se rendre compte de ce que signifie la privation de cette liberté.

Les riches ne sont jamais pendus. Seulement ceux qui sont pauvres et sans amis le sont.

— Oui, m’sieur, dit le gardien, confirmant cette nouvelle, ils ont eu la peine de mort ».
Dick dit :
— Bien sur. C’est drôlement à la mode dans le Kansas. Les jurys la donnent comme s’ils donnaient des bonbons à des gosses.

Perry et Dick ont été pendus mardi dernier. J’étais là parce qu’ils me l’avaient demandé. Ce fut une épreuve atroce. Dont je ne me remettrai jamais complètement. Je vous en parlerai un jour, si vous pouvez le supporter.

Un roman qui m’a glacé d’effroi devant tant de sang-froid (ou sang-chaud) pour un quadruple crime qui aurait pu ne jamais avoir lieu.

« Est-ce que j’ai des regrets? Si c’est ce que tu veux dire, non. Je ne ressens rien . Je voudrais bien. Mais ça me laisse complétement froid. Une demi-heure après que ce soit arrivé, Dick blaguait et moi, je riais. Peut-être qu’on n’est pas humains. J’suis assez humain pour m’apitoyer sur moi-même. Je regrette de ne pas pouvoir sortir d’ici quand tu t’en iras. Mais c’est tout. »

À quoi ça tient, la vie, parfois… juste à un fil ténu que n’importe qui peut vous sectionner gratuitement.

Qu’est-ce que la vie? C’est le scintillement d’une luciole dans la nuit. C’est le souffle d’un buffle en hiver. C’est comme la petite ombre qui traverse les champs et va se perdre dans le coucher du soleil.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre, « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur et Le « Challenge US » chez Noctenbule.

Chevauchée avec le diable : Daniel Woodrell

Chevauchée avec le diable - Woodrell
Titre : Chevauchée avec le diable                          big_3-5

Auteur : Daniel Woodrell
Édition : Payot et Rivages (2002)

Résumé :
1860. la guerre de sécession fait rage. les armées régulières des fédéraux et des confédérés s’affrontent a l’Est, mais a l’Ouest, dans les étendues sauvages du Kansas et du Missouri, des hommes se réclament de leur propre drapeau.

À seize ans, Jake Roedel et son frère de sang Jack Bull Chiles rejoignent l’une des troupes rebelles sécessionnistes. ils font l’apprentissage d’une vie qui leur semble héroïque, une vie ou la violence la plus inhumaine est si fréquente qu’elle parait presque acceptable.

Durant ces quatre années de guerre, Jake fera la découverte de la loyauté et de la trahison, et, quand naîtra la profonde amitié le liant a un « nègre », de la mort et de l’amour.

« Chevauchée avec le diable » est le récit flamboyant d’un voyage initiatique au sein du conflit qui déchira les États-Unis. Il nous fait découvrir un aspect peu connu de cette guerre civile et met en scène des passions et des émotions complètement intemporelles.

Critique : 
1860… La guerre de Sécession n’est pas encore officiellement déclarée que déjà des hors-la-loi se réclament de leur propre drapeau.

Restez bien scotché au fond de votre selle, parce que vous allez suivre ceux que l’ont nomme les Bushwhacker durant quelques années.

Des quoi ? Des Bushwhacker. C’était le surnom donné aux malfaiteurs qui se réclamaient plutôt des thèses sudistes et étaient des pro-esclavagistes (au contraire des Jayhawkers qui se réclamaient plutôt des thèses nordistes et anti-esclavagistes).

Jake Roedel, Hollandais d’origine, 16 ans et toutes ses dents, fait partie de cette bande de rebelles sécessionnistes, accompagné de son frère de sang, Jack Bull Chiles.

Ces hommes ne veulent pas endosser l’uniforme des Sudistes, ni appartenir à une armée régulière. Eux, tout ce qu’ils veulent, c’est que l’envahisseur Yankee foute le camp de leur pays, et ils sont prêt à tout pour ça.

Nous allons les suivre durant quatre années, quatre années faites de pillages, de pendaisons d’émigrés, de raids contre les fédéraux, de repos durant l’hiver, de crimes gratuits, et j’en passe.

Pourtant, malgré ce climat de violence, j’ai trouvé le récit assez « sobre », si je puis me permettre, bien que la mise à sac de la ville de Lawrence par eux, additionnés des troupes de Quantrill, soit un véritable massacre.

Les personnages ont tous un petit quelque chose qui les rend humain à certains moments. Jake « Dutchy » Roedel n’est qu’un gamin qui a pris les armes. Lui et son frère de sang baignent tellement dans la violence qu’elle fait partie de leur quotidien, qu’elle est devenue acceptable. Pour eux, ils sont héroïque.

Bizarrement, ils ont beau être des pro-esclavagistes, il y a tout de même un nègre (ceci n’est pas un terme péjoratif de ma part) dans leur troupe de sanguinaires : Holt, qui se bat avec eux.

— Ce que je sais, c’est qu’il y avait tous ces nègres morts à Lawrence. Je n’arrive pas à les chasser de mon esprit.
— Il y avait beaucoup de morts à Lawrence, dis-je.
— Il n’ont pas épargné un seul nègre.
— Ils ne voulaient épargner personne, Holt.
— Jake, voici ce que je pense de ces hommes : les nègres et les Hollandais sont leur cible favorite. Pourquoi est-ce qu’on était avec eux ?
— Et bien, pour arrêter les agresseurs Yankee.
— Mais on ne les a pas arrêtés.
— Non.
— Et ils t’ont tiré dessus, et ils m’ont tiré dessus.
— C’était une affaire d’hommes, répliquais-je. Les affaires d’hommes n’ont rien à voir avec la guerre.

Et c’est là que certains personnages prennent toute leur dimension pour évoluer vers un mieux : Jake, petit à petit, va sympathiser avec Holt.

C’est le massacre dans la ville de Lawrence qui va ouvrir les yeux de Jake sur toute cette folie. Mais le réveil sera brutal pour lui.

D’un style agréable et facile à lire, ce roman a la bonne idée de nous raconter la guerre de Sécession vue d’un autre angle, une version peu connue mais qui mériterait de plus amples développements de la part des Historiens. À noter aussi qu’il y a des personnages ayant réellement existé ainsi que des faits réels, dans le roman.

La violence est présente dans les pages, elle y est souvent gratuite, les exactions des uns entraînant des réponses plus musclées des autres.

Toute la bêtise de la guerre qui, du jour au lendemain, peut vous faire passer d’homme loyal à « traitre » aux yeux des autres.

La guerre est synonyme de perte, mais la capitulation est synonyme de dévastation.

La rédemption est toujours possible et c’est sur cette note un peu plus positive que j’ai mis pied à terre, rangeant mes colts au fond de mes fontes et conduisant mon cheval à l’écurie pour un repos bien mérité après cette folle chevauchée qui m’a entrainée loin dans les terres du Missouri et du Kansas.

Une bien belle lecture passionnante, mélangeant les folles chevauchées avec des moments plus calmes.

Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur, Challenge « La littérature fait son cinéma – 4ème année » chez Lukea Livre et le Challenge « Le Mois Américain » chez Titine.

Vous l’avez reconnu ?? Son sourire n’appartient qu’à lui…