Sherlock Holmes et le mystère du Palio : Luca Martinelli

Titre : Sherlock Holmes et le mystère du Palio

Auteur : Luca Martinelli
Édition : Joëlle Losfeld (2011)
Édition Originale : Il Palio di Sherlock Holmes (2009)
Traducteur : Lise Caillat

Résumé :
L’intrigue part d’un fait avéré de la saga de Sherlock Holmes : le séjour du détective londonien en Italie alors que tout le monde le croit mort. Sa mission est de reconstituer le réseau des agents secrets britanniques.

Mais à peine arrivé à Florence, Holmes entend parler d’un homicide advenu à Sienne dans lequel serait impliqué un Anglais et qui pourrait bien compromettre sa mission. Il s’y rend sur-le-champ.

Convaincu de l’innocence de son compatriote, il cherche à dénouer le piège dans lequel celui-ci est tombé.

Assisté par le petit Federigo, fils de son aubergiste, Holmes découvre vite des indices étonnants qui le plongent dans l’effervescence du Palio, la célèbre course de chevaux siennoise…

Critique :
Voilà un agréable petit pastiche qui fait plaisir à lire.

L’action se passe durant le grand hiatus de Holmes et nous le retrouvons en Italie.

Un des agents étant accusé d’une meurtre qu’il n’aurait aucune raison de commettre, Holmes est envoyé, incognito, bien évidemment (seul son frère Mycroft sait QUI il est), dans la ville de Sienne, en effervescence à cause de la proximité du Palio, la fameuse course.

L’enquête ne casse pas trois pattes à un canard, mais elle a le mérite d’être simple, pas tirée par les cheveux et, ma foi, ce sont celles là qui vont le mieux à un roman sur Holmes.

Bref, une agréable enquête à suivre en compagnie de Sherlock qui n’est pas seul car il est accompagné du fils de l’aubergiste (un enfoiré de première, l’aubergiste), un gamin d’une huitaine d’années.

Entre le détective et l’enfant nait une amitié car notre homme le prend sous son aile, le soustrayant à son père qui a la main un peu lourde. le gamin est en admiration pour le monsieur, sans savoir qui il a vraiment devant lui, Holmes étant censé être mort.

L’homme de Baker Street s’adoucira un peu devant cet enfant qui ne demande qu’à apprendre.

C’est un petit plus que j’ai bien aimé dans cette aventure que j’ai quitté avec regret.

L’ambiance du livre était agréable, on avait envie de continuer à lire, il n’est pas trop gros, pas de risques de tourner en rond, même si, à un moment, on lambine un peu. Juste très peu…

Bref, un chouette petit apocryphe qui mérite d’être connu. Agrémenté de quelques déductions holmésiennes et d’une résolution d’enquête à laquelle je ne m’attendais pas (non, je n’avais pas trouvé le coupable !).

Publicités

Dr Watson – Tome 2 – Le grand hiatus (Partie 2) : Stéphane Betbeder & Darko Perovic

Titre : Dr Watson – Tome 2 – Le grand hiatus (Partie 2)

Scénariste : Stéphane Betbeder
Dessinateur : Darko Perovic

Édition : Soleil 1800 (11/10/2017)

Résumé :
Après la disparition de Sherlock Holmes dans les chutes de Reichenbach, le docteur Watson part à sa recherche.

Son enquête le mène de son Angleterre natale en Afghanistan où il s’était battu pour la couronne d’Angleterre onze ans auparavant. Ce retour en terre d’Orient réveille les cicatrices du passé.

Est-il manipulé ? Revivre ce traumatisme de guerre, est-ce la condition de la libération de Holmes ?

Critique :
Vous qui entrez cette bédé, oubliez toutes vos connaissances  holmésiennes !

Le premier tome du Grand Hiatus avait du potentiel, mais je n’avais pas aimé le fait que l’on représente Watson comme un homme âgé, alors qu’en 1891, il devait avoir dans les 41 ans (au plus).

Mon grognement s’était accentué avec le fait qu’on le fasse tout quitter, même sa femme en cloque, pour se mettre à la recherche de Holmes qu’il pensait toujours vivant et retenu prisonnier par Moriarty.

Allez Watson, fait ton deuil, il reviendra dans 3 ans tout fringuant !

Anybref, ma rencontre avec le premier tome ne s’était pas bien déroulée, doux euphémisme.

Puisque l’occasion de lire le tome 2 sans débourser un euro s’est profilé dans mon horizon littéraire, j’en ai profité pour faire taire la curiosité éveillée lors du premier tome et voir si Watson allait revenir à la raison et surtout, mettre fin à l’horrible cliffhanger du tome 1 qui laissait Watson dans une sale situation.

On reprend donc dans le trou où Watson était tombé.

Passé et présent s’entremêlent habillement dans ce second tome à tel point que nous aurons même l’impression que Watson fait un retour dans le temps puisque 11 ans après (1891), il recroise Murray, son ordonnance qui lui avait sauvé la vie à la bataille de Maiwand et ce dernier lui rejoue le même scénario en lui sauvant la vie.

Attendez, là, on rembobine tout ! Nous sommes en 1891 pas en 1880 ! Si nous étions à la seconde guerre anglo-afghane (1879/1880), comme les images du passé de Watson nous le montraient, nous aurions un Watson jeune et pas un vieux croulant !

Petit aparté, je n’ai toujours pas compris comment en 11 ans, le Docteur Watson avait pu vieillir aussi vite et donner l’impression d’être un Sean Connery de 60 ans.

Comment diable Watson pourrait-il revivre cet épisode en 1891 ? Qui a utilisé la De Lorean de Doc sans lui demander la permission ??

Sous des airs de fantastique, cette histoire qui mêle le présent et le passé est intrigante, dérangeante, surtout lorsque nous rencontrons le Murray en question, en 1880, avec un Watson jeune et que le Murray a tout d’un Holmes, niveau déductions.

La partie jeunesse de Watson est intéressante, elle nous éclaire un peu sur cette guerre qu’un Empire mena à un pays qui ne se soumettra jamais, même si l’Empire contre-attaqua encore et encore.

Les dessins sont agréables et les couleurs chaudes, surtout lorsque nous sommes en Afghanistan car une fois de retour à Londres, ce n’est que grisaille.

Si j’avais eu des doutes à la lecture du premier tome, le second les a levés. Par contre, je pense que les non initiés au canon holmésien prendront plus de plaisir à la lecture car ils sont vierges de tout.

Nous, lecteurs qui le connaissons par coeur, on est toujours pris au dépourvu par certains changements, par certaines interprétations, car notre mémoire est fidèle aux récits canoniques et elle a du mal à découvrir une autre histoire.

Pourtant, celle-ci n’est pas mal foutue et elle s’éloigne du canon tout en le respectant, un peu à la manière d’un « Solution à 7% » de Meyer devenue « Sherlock Holmes attaque l’Orient Express » lorsque mise en film.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

 

Holmes (1854 / 1891 ?) – T3 – L’ombre du doute : Brunschwig & Cecil

Titre : Holmes (1854 / 1891 ?), Tome 3 : L’ombre du doute           big_4

Scénariste : Brunschwig Luc
Dessinateur : Cecil
Édition :  Futuropolis (2012)

Résumé :
A priori Sherlock Holmes est mort lors d’un combat avec l’empereur du mal, le professeur Moriarty.

C’est toutefois ce que pensait le fidèle Watson. Il apprend rapidement qu’en réalité le célèbre détective se serait suicidé pour échapper à la folie qui menaçait de s’emparer de lui.

Après s’être rendu chez la famille de son ami, il est assailli de doutes compte tenu de ce qui s’y passe et des zones d’ombre relevées dans le passé de ce clan pour le moins singulier.

Accompagné de son épouse, il part en France sur les traces de la nourrice de Holmes.

Pendant ce temps, Wiggins se rend à Londres pour enquêter sur l’étonnante infirmière chargée de s’occuper de Holmes père.

Mais le médecin est un drôle de personnage, et Wiggins se retrouve malgré lui mêlé à un violent combat de rue en plein Whitechapel, provoqué par Parks.

Un combat de rue dans l’ombre duquel traîne un certain Mycroft Holmes…

Critique :
Quatre ans, qu’il a fallu, avant qu’il ne sorte, ce tome trois !

« Quatre ans ! La grande guerre » comme se lamentait Louis De Funès dans « La grande vadrouille ».

Et vu que la série doit en comporter 9 (de tomes)…

Comme le disait l’ami Jean-Claude de la SSHF : « au rythme d’un livre tous les quatre ans, je serai pensionné quand ils la termineront ! » Moi aussi.

Mais cessons ces jérémiades et passons aux choses sérieuses : ce que j’en ai pensé.

Point de vue du graphisme, c’est magnifique. Une pureté dans le trait, dans les détails. Pas de visages mal faits, comme dans certaines autres bandes dessinées holmésiennes.

Toujours coloriée dans des tons « entre gris clairs et gris foncés » (gris acier pour les yeux de Holmes), cela donne une atmosphère bien spécifique à cette œuvre, la rendant incomparable.

Bon, pour celui qui aime les tons chaleureux, c’est râpé. Mais si vous aimez les dessins exécutés de main de maître, je vous la recommande.

Les personnages sont bien travaillés et si le rythme est un peu lent, c’est sans doute parce que le scénariste veut que le lecteur s’imprègne de l’histoire, se vautre dans l’ambiance, pénètre dans le passé de Sherlock Holmes, se gorge des dialogues taillés au scalpel.

Parce qu’il veut que le lecteur doute en même temps que Watson, après avoir – qui sait ? – avalé des couleuvres.

A-t-on tout dit à Watson ? Ne lui a t-on pas raconté des carabistouilles ? Ou alors, est-ce Watson qui devient fou et imagine des choses ? Son compagnon était-il bien celui qu’il croyait être ? Fut-il tué par Moriarty lors de leur combat aux chutes de Reichenbach ou s’est-il suicidé ?

Malheureusement, si Watson a passé sept ans aux côtés de Holmes, il n’a jamais réussi à appliquer sa méthode, ni à devenir un esprit aussi brillant que lui.

Attention, Watson est loin d’être un imbécile, mais face à Holmes et à son esprit, il ne fait pas le poids. Nous non plus.

Le seul qui pourrait s’en sortir mieux, c’est le jeune Wiggins, qui lui, mène son enquête du côté d’un médecin un peu étrange qui pourra le renseigner sur la encore plus étrange garde-malade du père de Holmes.

D’ailleurs, dans cet album, nous verrons la rencontre « Holmes-Wiggins » quand celui-ci n’était encore qu’un gamin d’une petite dizaine d’années. Une réflexion de Wiggins avait surpris Holmes et pour le surprendre, fallait se lever tôt.

Si cet opus ne répond, pour le moment, à aucune de mes questions, le récit s’avère toujours aussi prenant et, dans ce troisième tome, il se dirige vers l’enquête à proprement dite. Plus que dans le deuxième.

Malgré tout, de nombreuses questions sont soulevées sans avoir de réponse pour le moment.

Le fait que Watson et Wiggins mènent leur enquête séparément est une bonne idée, cela donne du suspense au scénario. De la profondeur, aussi, tant il est travaillé.

A la fin de ma lecture, j’ai eu cette impression aussi forte qu’un furoncle purulent mal placé que l’on aimerait bien que Watson ne poursuive pas son enquête…

Qui est cet homme mystérieux qui le suit, lui et son épouse ? Pourquoi diable veut-on l’empêcher d’interroger une personne ?

Nombreuses références aussi à la ville de Pau (où certains pasticheurs disent que Holmes a passé son enfance), au peintre Horace Vernet (le frère de la grand-mère de Holmes, ça, c’est canonique), au fait que Holmes se prénommait William (pas canonique).

Petit plus : un cahier graphique passionnant qui accompagne ce volume.

Un troisième album que j’ai eu plaisir à lire et dont j’espère que la suite ne se fera pas trop longtemps attendre…

Nous sommes en 2014, il est sorti en juin 2012, et j’ai beau relire souvent les trois premiers tomes, pour la suite, je ne vous toujours rien venir… Snif !

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Holmes (1854/1891 ?) – T2 – Les Liens du sang : Brunschwig & Cecil

Titre : Holmes (1854/1891 ?), Tome 2 : Les Liens du sang        big_3-5

Scénariste : Luc Brunschwig
Dessinateur : Cecil
Édition :  Futuropolis (2008)

Résumé :
16 avril 1844. L’effervescence règne à Dorval où les sœurs Sherringford s’apprêtent à faire la connaissance de Siger Holmes, le promis d’Emilie. 2 juin 1891, dans le Yorkshire.

Poursuivant leurs investigations, Wiggins, Watson et son épouse, arrivent devant la demeure des Holmes nourris de l’intention de rencontrer les parents du défunt détective.

Esprit brillant, artiste, mélomane mais aussi personnage fragile, misogyne et cocaïnomane, qui était vraiment Sherlock Holmes ? Un enquêteur hors pair ? Un mystificateur ?

Les circonstances de sa disparition et les contradictions que recèlent les diverses informations qu’il a pu recueillir posent question à Watson.

Quelque chose ne colle pas entre ce qu’on lui dit de son ancien ami et l’être dont il a partagé, un temps, le logement. Il lui faut en savoir plus sur l’homme, sur son passé, sur sa personnalité, sur sa famille, sur ce qui l’a construit et peut-être détruit.

Critique :
Un deuxième tome presque à la hauteur du premier.

Parfait à tous les points de vue que ce soit pour les dessins encore une fois très soignées et élégants que pour le scénario, même s’il ne se passe pas grand-chose.

Cette fois-ci, Cecil utilise deux types de dégradés : toujours des teintes de bleu acier, de blanc et de noir (comme pour le premier tome) pour la période consacrée à 1891.

En ce qui concerne les périodes antérieures à la naissance de Holmes (celles de la rencontre entre son père, Siger Holmes et une des filles Sherrinford – sa future mère), ce sont des tons sépia.

Ses dessins sont toujours aussi bien réalisés et on ne peut pas dire qu’il dessine des p’tits Mickeys !

Le scénario est un peu plus lent mais j’ai éprouvé à sa lecture autant de plaisir que pour le premier album.

La différence entre le Siger jeune et le Siger vieux, est stupéfiante, l’homme n’étant plus que l’ombre de lui-même.

Vraiment du beau travail de grande qualité qui vous plongera dans l’univers méconnu de notre détective préféré. Nous découvrirons la vérité sur le passé de Holmes et l’explication de ses relations plus que houleuse avec le professeur Moriarty.

Bon, elle est un peu tarabiscotée, un peu « non canonique » (beaucoup ?), mais chacun sa vision des choses. Les auteurs fument ce qu’ils veulent, après tout.

L’intrigue ainsi dosée ne se dévoile qu’au compte-goutte et nous laisse quand même avide de lire la suite.

En espérant que ça bouge un peu plus, tout de même et que l’on voit un peu plus Holmes qui est un grand absent.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Holmes (1854/1891 ?) – Tome 1 – L’Adieu à Baker Street : Brunschwig & Cecil

Titre : Holmes (1854/1891 ?), Tome 1 : L’Adieu à Baker Street    big_4

Scénariste : Brunschwig Luc
Dessinateur : Cecil
Édition:  Futuropolis (2006)

Résumé :
4 mai 1891, Sherlock Holmes disparaît en Suisse aux Chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty.

Quelques jours plus tard, l’appartement du détective au 221 b Baker Street est mis à sac par des hommes de main envoyés par Mycroft Holmes, le propre frère de Sherlock. Mycroft tente ainsi de détruire toutes les preuves de la folie de son frère, qu’il accuse de s’être abandonné à la cocaïne.

Pour lui, la mort de Holmes est le suicide déguisé d’un homme qui ne pouvait se résoudre à voir son cerveau détruit par la drogue.

Malgré les preuves apportées par Mycroft Holmes, le docteur Watson se refuse à croire cette version des faits. Il se lance à travers toute l’Europe dans une incroyable enquête qui va tout lui révéler de l’histoire de Sherlock Holmes et de sa famille.

Chez les parents d’Holmes, le mystère s’épaissit. Watson fait de bien mystérieuses découvertes en fouillant dans la chambre d’enfance de son ami. Quelle influence a bien pu avoir Mycroft Holmes sur son frère Sherlock ? Comment interpréter les propos de Mycroft qui affirme que l’ennemi mortel d’Holmes, le professeur Moriarty, n’a jamais existé ?

Critique :
Cette bédé m’avait été chaudement recommandée par une connaissance et je ne regrette pas de l’avoir écoutée.

Le scénario de Brunschwig est particulièrement original. Les auteurs s’attaquent ici au « grand hiatus », la fameuse période durant laquelle Sherlock Holmes est « censé » avoir disparu brutalement après un ultime affrontement avec son ennemi mortel.

En plus, dans ce tome 1, on entrevoit la jeunesse de Holmes, qui ne fut jamais abordée dans le canon, si ce n’est pour nous parler de son frère aîné (si peu, d’ailleurs).

Dans ce récit, nous retrouvons donc notre brave docteur Watson, rentré à Londres, effondré par la disparition de son meilleur ami.

Le jour où il apprend les manoeuvres étranges entreprises par Mycroft, un doute effroyable s’insinue dans son esprit. Je n’en dis pas plus !

Les dessins de Cecil, sobres, entièrement réalisé en aquarelle monochrome bleu/gris, avec des dégradés de bleu, sont assez déroutants au départ. Je ne suis pas du tout habituée à ce style, mais au fur et à mesure de ma lecture, je m’y suis faite, même si j’aurais mieux aimé des couleurs conventionnelles (je pinaille encore une fois).

Malgré tout, je comprends le dessinateur, cela donne un style très victorien, une ambiance particulièrement sombre et elle s’accorde volontiers avec ce que le scénariste nous apprend. J’ai beau ne pas être d’accord avec sa vision des choses, j’ai apprécié le livre et dévoré d’un coup.

La structure du récit, très agréable à lire et particulièrement bien amenée, est tout à fait digne du canon. Holmes est ressemblant à ce qu’il devrait être, grand et mince (même si peu présent dans l’album) et Watson est mince, athlétique, malgré les cheveux blancs. Ils ne l’ont pas dessiné en gros lourdaud, au moins !

Sans oublier la présence de l’agent littéraire de Watson, j’ai nomme : Arthur Conan Doyle…

Pour moi, sans conteste, les instants les plus marquants sont les flashbacks de l’esprit de Watson : beaux et émouvants, tout en restant sobres, eux aussi.

Surtout le rêve qu’il fait (ou plutôt un cauchemar) et où il revoit son ami dans la pénombre de sa chambre, s’entretenant avec lui sur un ton de la plaisanterie qui est en fait d’une noirceur toute holmesienne, avec des propos d’une ironie cinglante, presque méchante, qu’il lui adresse…

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Sherlock Holmes – Les Chroniques de Moriarty T1 – Renaissance : Cordurié & Fattori

Titre : Sherlock Holmes – Les Chroniques de Moriarty  T1 – Renaissance

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Andrea Fattori

Édition : Soleil (2014)

Résumé :
L’ENNEMI JURÉ DE SHERLOCK HOLMES DEVIENT LE HÉROS D’UNE SÉRIE !

Mai 1892.
Le Professeur Moriarty se sacrifie pour empêcher les anciens Dieux de fouler la Terre. Ces derniers l’attirent sur leur monde pour lui faire payer. Ainsi disparaît l’ennemi du détective.

Juin 1893.
Femme d’affaires habituée à nager en eaux troubles, Meredith Rutherford rentre chez elle et a la surprise de tomber sur un intrus qu’elle connaît bien : James Moriarty, de retour à Londres après une année d’exil.

Une expérience qui en a fait un homme encore plus redoutable qu’il ne l’était déjà. Et qui le conduit à une nouvelle croisade…

Critique : 
Ami du fantastique, bonjour… par contre, pour celui qui n’aime pas cela : au revoir.

Bien que j’aime le fantastique, il est des choses qui me laisse dubitative et Moriarty torturé – dans un monde parallèle – par les anciens Dieux en fait partie.

Les tons ocres de l’autre monde lui allaient bien, le graphisme est superbe, mais j’ai eu mainte fois envie de refermer l’album avant la fin.

Trop de fantastique tue le fantastique et j’apprécierais une aventure sans devoir me coltiner des anciens dieux ou des divinités mineures toutes droit sortie du Nécronomicon.

Le scénario est brillant, j’adore l’histoire mais elle serait mieux passée auprès de moi avec d’autres personnages que ceux du canon holmésien. Un quidam quelconque ou un Van Helsing auraient mieux convenu à ce genre de récit fantastique.

Le personnage de Moriarty est bien campé, le personnage est plausible, mais je ne le vois pas du tout dans ce genre d’aventure.

Mais ceci n’est que mon humble avis, d’autres trouveront leur compte dans ce genre d’album, tandis que pour moi, l’aventure va se terminer.

Seule la curiosité – le vilain défaut – pourrait me faire ouvrir la suite de ce diptyque.

POLAR - Minion blasé OKChallenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Dr Watson – Tome 1 – Le Grand Hiatus (Partie 1) : Stéphane Betbeder & Darko Perovic

Titre : Dr Watson – Tome 1 – Le Grand Hiatus – Partie 1            

Scénariste : Stéphane Betbeder
Dessinateur : Darko Perovic
Édition : Soleil (2014)

Résumé :
Jadis, dans l’ombre de Holmes, aujourd’hui, en pleine lumière, Dr Watson mène enquête.

En 1891, Sherlock Holmes disparaît dans les chutes de Reichenbach, poussé dans le vide par son ennemi juré, le professeur Moriarty. Son corps ne sera jamais retrouvé.

Fidèle collaborateur du détective, le docteur Watson est persuadé que son ami est encore vivant, retenu prisonnier par Moriarty quelque part dans Londres. Il n’a aucune piste, aucune preuve, mais il s’accroche à ce fol espoir, au grand dam de ses proches qui le voient sombrer peu à peu dans un délire paranoïaque.

Pourtant, la machination autour de la disparition de Holmes n’est pas le fruit de son esprit dérangé, elle est bien réelle…

Critique : 
C’est assez mitigée que je ressors de la lecture de ce nouveau tome paru aux éditions Soleil.

Non pas que je n’ai pas aimé, mais il y a quelques petites pierres d’achoppement qui, tel un petit gravier dans la chaussure, m’a gêné durant la marche, sans pour autant la freiner.

Nous sommes en 1891, Sherlock Holmes vient de disparaître dans les chutes de Reichenbach, poussé dans le vide par le professeur Moriarty. Le corps de Sherlock n’a pas été retrouvé.

Notre brave docteur Watson est persuadé que son ami est encore vivant et qu’il retenu prisonnier par Moriarty, quelque part dans Londres. C’est donc seul qu’il va mener son enquête, s’enfonçant de plus en plus dans des délires paranoïaques et laissant sa femme, enceinte, seule à la maison.

Ce qui m’a plu, c’est que le scénariste nous plonge dans l’étonnement le plus absolu avec un Watson amaigri et au fond d’un puits d’ossements, sans que l’on sache si cela tient du délire, d’un cauchemar ou de la réalité.

Les différents tons de sépias et d’ocres donnent à l’album des teintes chaudes, la ville de Londres est réaliste et les dessins sont bien fait. De ce côté là, rien à reprocher.

Par contre, j’ai tiqué sur le personnage de Watson qui se retrouve avec des cheveux blancs comme s’il avait 60 ans. Hors, étant né aux débuts des années 50 (selon les holmésiens), il ne devait pas avoir plus de 41 ans au moment de la disparition de son ami.

En fait, tout le problème vient du personnage de Watson…

Qu’il soit brisé à la mort de Holmes, je peux comprendre, c’était son ami. Mais qu’il en arrive à délaisser son épouse, enceinte jusqu’aux dents, pour courir derrière une chimère, là, je cale un peu.

L’amitié, c’est une chose, mais doit-on, au nom de cette amitié, abandonner son foyer, sa femme aimante, et courir les rues ? Doit-on en arriver à se droguer alors qu’on a soit même reproché à son ami d’avoir recours à ces stimulants ?

Pourtant, Watson était bien parti, menant même une enquête avec brio, en appliquant les méthodes de Holmes et du Dr Bell, qui déduisait la maladie de son patient en l’observant (le Dr Bell est le point de départ du personnage de Sherlock Holmes).

Et puis, ensuite, ça part évidement dans le fantastique et Watson n’est plus le point fixe dans le monde en mouvement que Holmes vantait.

La dernière page laisse planer bien des questions et je pense que je devrai relire l’album afin de mieux m’en imprégner et peut-être, qui sait, de le voir sous un autre œil.

Une chose est sûre, il a éveillé ma curiosité et je compte bien la réduire au silence en achetant le prochain album.

Challenge « Thrillers et polars » de Canel (2014-2015), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Arieste et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Sherlock Holmes et le fantôme de l’opéra : Nicholas Meyer

Titre : Sherlock Holmes et le fantôme de l’opéra

Auteur : Nicholas Meyer
Édition: Archipoche (2010)

 
Résumé :
Sherlock Holmes, coulant des jours heureux dans sa retraite du Sussex, est pressé de questions par son ami Watson… Que s’est-il passé durant ces deux années où le détective est sensé avoir disparu dans les chutes de Reichenbach ? Et où est-il allé ?

1891. Alors que toute l’Angleterre le croit mort et enterré Sherlock Holmes, fin mélomane, vivote à Paris en donnant des cours de musique sous un nom d’emprunt.

Apprenant que le prestigieux orchestre de l’Opéra recrute un violoniste, il parvient à se faire engager. Mais, très vite, il découvre que le Palais Garnier est le théâtre d’évènements étranges.

Le fantôme de l’opéra existerait-il ? A défaut, comment expliquer les accidents qui y surviennent ? Et les voix que chacun dit entendre résonner dans le labyrinthique édifice ?

Chargé de protéger une jeune soprano, le célèbre détective va se lancer dans une chasse à l’homme à travers le Paris nocturne et souterrain. Une course contre la montre … et la police française.

Critique :
Mais que diable à donc pu faire Sherlock Holmes durant les trois années que durèrent le Grand Hiatus ? Si vous voulez la réponse qu’il donna à Watson, je vous invite à aller lire la nouvelle « The Empty House » (la maison vide) dans le canon holmésien (recueil intitulé « Résurrection de Sherlock Holmes »).

Pour ceux qui seraient sceptiques (comme la fosse, mais ça s’écrit pas pareil), je les invite à lire ce petit roman de Nicholas Meyer.

An de grâce 1891. Toute l’Angleterre le croit mort et enterré. Toute ? Oui, toute !

Mais Sherlock Holmes n’est pas tombé dans les chutes de Reichenbach et, en fin mélomane qu’il est, il se retrouve à Paris, donnant des cours de musique sous un nom d’emprunt jusqu’à ce qu’il apprenne que le prestigieux orchestre de l’Opéra recrute un violoniste.

Le voilà engagé… Un travail pépère ? Que nenni ! Déjà que l’Opéra Garnier va engager une certaine soprano de notre connaissance et qui va donner quelques bouffées de chaleur au détective.

Toute l’Angleterre le croyait mort, et bien maintenant, on peut dire qu’une femme, LA femme, sait que non (elle résiste encore et toujours à son charme… mais pour combien de temps ?) : Irène Adler is back !

Patatras, si Holmes croyait se la couler douce tout en admirant la belle Irène, c’est rappé parce que le Palais Garnier est le théâtre d’évènements étranges.

Il y a un fendu pantôme ! Pardon, je parlais d’un fantôme et il n’est pas pendu. Par contre, faudra revoir la police d’assurance de l’opéra… Tout ces accidents qui y surviennent, ça fait mauvais genre.

Tiens, Jeanne d’Arc est revenue ? Oui, certains entendent des voix résonner dans le labyrinthique édifice…

Un vrai délice, ce pastiche ! Sherlock Holmes, Irène Adler… What’else ? Heu, des détails cocasses et coquins ? Ok, je sors.

Notre détective préféré qui est chargé de protéger la belle soprano,  une chasse à l’homme à travers le Paris nocturne et souterrain, une course contre la montre sans produits dopants… et le fantôme de l’opéra.

Un excellent moment de lecture, un Holmes plus humain, avec un coeur qui fait « boum, boum », de l’aventure avec un grand A, jubilatoire. Surtout la dernière phrase… hé, hé, hé, y’en a deux qui n’ont pas dû s’emmerder.

Bon, je ne connais rien au fantôme de l’opéra, donc, je ne puis me prononcer sur la justesse ou non de ce mythe (pour les mythes, je conseille la lavande, ça sent meilleur que la naphtaline), mais que ce soit au niveau de l’écriture, de l’histoire, rien à dire.

Du rythme et c’est trépidant dans la course-poursuite.

Livre participant au Challenge « Thrillers et polars » de Liliba, au Challenge « Polar Historique » de Samlor, au Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddic, au Challenge « I Love London » de Maggie et Titin, au Challenge « Le mois anglais » chez Titine et Lou et au Challenge « Victorien » chez Arieste.

CHALLENGE - DEstination la PAL CHALLENGE - Faire fondre la PAL

 

L’assassin du boulevard : René Réouven

Titre : L’assassin du boulevard

Auteur : René Réouven

Édition : Livre de Poche / Denoël (1985)

Résumé :

1893. L’angoisse règne au service des Dons et Legs. Des documents disparaissent, un fonctionnaire est assassiné, un autre échappe à un attentat après avoir écrit, sur les mœurs de la maison, un roman dont le manuscrit lui est aussitôt dérobé.

Le conservateur du musée de Vanne-en-Bresse mène l’enquête. Grâce à sa science des déductions, il dévidera l’énigme, du grotesque jus qu’au tragique, prouvant que les hommes du sinistre Moriarty sont à l’origine des attentats anarchistes qui font trembler Paris.

Singulier conservateur, au demeurant, qui se pique à la cocaïne,, joue du violon en virtuose, et que son meilleur ami, un certain docteur Watson, croit mort depuis deux ans…

 

Critique :  

« I’ll  be back » aurait pu nous gratifier le locataire du 221b lorsque son père littéraire le fit chuter dans les chutes de Reichenbach, se débarassant ainsi de son personnage encombrant… mais personne, même pas lui, ne pouvait déduire qu’il reviendrait, effectivement.

Nous sommes en 1893…

Vous l’aurez compris (sinon, faites semblant), nous nous trouvons en plein Grand Hiatus.

Le livre commence avec la narration d’une dénommée Irène Quibolle, descendante des Vernet… Pour les holmésiens, le nom du peintre Vernet fait directement penser à l’ancêtre de Holmes, le frère de sa grand-mère maternelle.

Donc, notre Irène – qui n’est malheureusement pas Adler – nous parle un peu de sa vie et de l’arrivée d’un cousin prénommé Sherrinford, le fils de Julienne Lecomte, sa tante, et descendant de la famille des peintres Vernet.

On l’aura compris, Sherrinford n’est autre que Sherlock Holmes, voyageant incognito pendant le grand hiatus, en 1893.

Sa petite enquête mènera le grand homme dans la bureaucratie française, au service des Dons et Legs, à Paris.

Si dehors, les attentats anarchistes font rage, dedans, ça sent tout autant l’anarchie et le m’en-foutisme à tous les étages. Oui, à cette époque là, les fonctionnaires ne fonctionnaient pas trop bien…

Vous ne me croyez pas ? Voyez plutôt : des documents qui disparaissent, un fonctionnaire qui est tout simplement assassiné, un autre qui est fou à lier, un autre qui échappe à un attentat après avoir écrit un roman qui parle des mœurs de la maison « fonctionnaire », sans compter qu’on lui a dérobé son manuscrit, et qu’il y a aussi un roman « Trois mois dans la jungle », écrit et dédicacé par un certain Colonel Sebastian Moran, qui a disparu…

Heureusement que le conservateur du musée de Vanne-en-Bresse est là pour mener l’enquête. Vous l’aurez deviné aussi que le conservateur du musée n’est autre que le détective anglais…

Holmes, dans cette enquête, découvrira que ce qui commençait par du grotesque finira jusqu’au tragique, prouvant que… Ah mais non, là je ne peux rien vous dire !

Agréable lecture, véritable plongée dans le Grand Hiatus holmésien où l’auteur égratigne, au passage, quelques explications proférées par Holmes lors de son retour, dans « La maison vide ».

Holmes usera de sa science de la déduction et de celle du déguisement. Sans oublier Paris et ses anarchistes, les « bons » et les dingues. Y’en a même un qui tua votre président de la république, Sadi Carnot…

De plus, hormis les quelques chapitres du départ qui sont de la main de la cousine Irène, le reste est de la main de Holmes, ce qui délectable pour quelqu’un comme moi.

Un défaut ? Comme toujours, c’est bien trop court !

Titre participant aux challenges « Sherlock Holmes » de Lavinia, celui de  « Thrillers et polars » de Liliba et de « Polar Historique » de Samlor.